Coup d’Etat au Burkina : Le point des arrestations


Coup d’Etat au Burkina : Le point des arrestations
Commencé le mardi 29 septembre avec le général Djibrill Bassolé, plusieurs officiers sont entre les mains de la gendarmerie nationale. Toutes ces arrestations concernent l’affaire du coup d’Etat des 16 et 17 septembre.

Deux généraux sont à la gendarmerie. Le général Djibrill Bassolé et le Général Gilbert Diendéré, chef de l’ancienne junte. A ses côtés, il y a son fidèle compagnon le colonel-major Boureima Kere jusque-là chef d’Etat-major particulier du président du Faso, tous deux de l’ancien Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

Il y a également le médecin colonel Mamadou Bamba qui était en charge de la lecture des déclarations du Conseil national pour la démocratie (CND) sur la télévision nationale. Outre ces officiers, il y a d’autres comme les capitaines Abdoulaye Dao, chef de la sécurité rapprochée du président du Faso et Oussène Zoumbri, commandant de compagnie au RSP.

Par ailleurs, le commandant Aziz Korogo, chef de corps intérimaire de l’ex RSP a été interpellé.  Toujours dans le cadre du coup d’Etat, le colonel Abdoul Karim Traoré de la justice militaire est entre les mains de la gendarmerie. C’est un fidèle du général Djibrill Bassolé.  Abraham Badolo, dissident du Citoyen africain pour la renaissance (CAR) et aujourd’hui président de l’Alliance pour la défense de la patrie (ADP), une organisation de la société civile a également été interpellé.

Le samedi 3 septembre, dans un communiqué, le procureur général a indiqué que la procédure judiciaire concernant le coup d’Etat a été transmise à la justice militaire. C’est donc Sita Sangaré, président de la Fédération burkinabé de football (FBF) qui a désormais la charge de ses dossiers.

Sita Sangaré a été nommé Directeur de la justice militaire le 25 septembre dernier lors du conseil extraordinaire des ministres. Il remplace le colonel Sidi Paré, précédemment ministre délégué chargé de la Sécurité et qui est lui-même mis en cause dans cette affaire de coup d’Etat. Une commission d’enquête composée de huit personnes présidée par Simplice Poda devrait travailler avec lui sur ce dossier.

Omegabf.info
 
Lundi 5 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :