Convention de partenariat entre l’Aprosi et la Commune de Sandiara : Un investissement de 250 millions pour se mettre sur les rampes de l’émergence


La Commune de Sandiara s’est lancée inéluctablement sur le chemin du développement en s’orientant dans la dynamique du Plan Sénégal Émergent (PSE). C’est dans ce cadre que s’inscrit la signature de la convention entre l’Agence de Promotion des Sites Industriels (Aprosi) et la Commune de Sandiara qui s’est tenue ce mercredi au Ministère de l’Industrie et des Mines.
Cette convention de partenariat d’un montant de 250. 000 000 F CFA  (deux cent cinquante millions) vise l’aménagement, la promotion et la gestion de la zone industrielle de Sandiara dans le cadre du Plan Sandiara Émergent (PSE) qui s’inscrit, selon le ministre des Mines et de l’Industrie, Aly Ngouille Ndiaye dans l’esprit de l’acte 3 de la décentralisation.
« Sandiara, à travers ce plan exploite de manière cohérente toutes les opportunités qu’offrent le PSE », a déclaré Aly Ngouille Ndiaye au cours de la cérémonie de signature. «Vous avez sauté plus que toutes les communes du département de Mbour en concoctant ce plan qui mobilisera plus de 60 milliards d’investissement et plus de 10 mille emplois », s’est félicité le ministre qui se réjouit également de la pluralité d’investisseurs venant des USA, de l’Afrique de l’Europe, etc.  
«Les fonds sont déjà disponibles et je vous invite à achever avec diligence ce projet pour que les initiateurs aient des titres de propriétés pour plus de sécurité à l’endroit de nos amis investisseurs », informe-t-il, avant de se satisfaire que ce projet du maire de Sandiara devienne un projet de l’Etat.
Précisant que le projet tourne autour de 10 milliards avec plusieurs phases, le Directeur  Général de l’APROSI, Momath Ba fera savoir que toutes conditions seront mises en œuvre pour mettre les éléments de bases pour créer un écosystème fiable pour créer un investissement favorable. Parce que, note-t-il, dans le souci de développement de notre pays il est nécessaire de décentraliser les activités économiques notamment les industries.  Toute chose qui ne se fera pas sans la sécurité des investissements. D’où la création d’un cadre réglementaire à travers des aménagements particuliers, sécurité du foncier afin que les investisseurs trouvent des garanties et la pérennité de leur investissement.
Il est important de rappeler, par ailleurs, de l’avis du maire de Sandiara,  Dr. Serigne Guèye Diop que 20 usines ont déjà confirmé, la zone industrielle génèrera à terme 10.000 emplois et servira de centre d’application pour les apprenants du Lycée Professionnel et Technique et d’incubation pour ses futurs produits.
Parmi les projets réalisés ou en cours, on peut citer entre autre le Lycée Professionnel et Technique d’un cout de 8 milliards, offert par l’État, le stade municipal de Sandiara (25. 000. 000 frs Cfa), l’électrification des 22 villages de la Commune, le château d’eau d’un débit de 94 m3/heure, les travaux de la zone industrielle de la localité d’une superficie de 50 ha, le projet de construction de la nouvelle ville avec plus de 200 logements, une gendarmerie, une poste, une brigade des sapeurs pompiers, un centre commercial et artisanal pour un investissement de 3,5 milliards et les 02 pistes rurales d’un montant de 387.580.110 F CFA, etc.…
Mardi 23 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :