Contribution sur la situation actuelle du parti socialiste : L’heure est grave


Contribution sur la situation actuelle du parti socialiste : L’heure est grave
 Chers camarades,

Nous, qui sommes toujours sur le devant de la scène combattant dans l’engagement, la détermination et la massification pour le bien du parti socialiste ; ne pouvons aujourd’hui tourner le dos à ce qui se passe actuellement au niveau du parti.
Perte de valeur, de civisme, de dignité : nous sommes confrontés de nos jours à des problèmes très sérieux liés à l’hypothèque de l’héritage que nous avons reçu de Léopold Sedar Senghor par Ousmane Tanor Dieng et sa bande de compagnons infimes.
L’heure est grave. Une période où des responsables renoncent à la vocation première d’un parti politique pour aller à la conquête du pouvoir et de la gouvernance au lieu d’être juste un mouvement de soutien a Macky Sall et des suiveurs. Nous ne l’accepterons pas et nous le combattrons jusqu’à notre dernier souffle.
Nous dénonçons le manque de démocratie interne, la violation des textes du parti ainsi que le maquillage politique. Le parti est entrain d’être monnayé pour des postes de responsabilité et des positionnements dans ce gouvernement incapable de Macky Sall qui peine même à apporter des solutions aux besoins basiques de sa population. Nous ne parlons même pas des sacrifices des milliers de militants qui sont fidèles, engagés et qui ont toujours combattu pour les valeurs socialistes.
La seule chose que méritent ces gens aujourd’hui, c’est l’emprisonnement.
Nous réitérons notre appartenance à un parti socialiste de valeur pour lequel notre très cher camarade Ababacar Sall a toujours combattu. Dorénavant, nous portons tous ce combat qui ne sont rien d’autre qu’un combat pour la restauration des valeurs et de la dignité socialiste.
Khalifa sall est un très bel exemple pour la nouvelle génération, c’est une personne transparente dans sa gestion, crédible pour diriger, humble, respectueux, adorable, digne, honnête et qui est soucieux des problèmes de sa population.  Ses différentes actions de tous les jours constituent une preuve irréfutable.
La seule « faute » qu’il a commis_ si cela est réellement une faute_ est celle d’avoir très tôt eu des ambitions présidentielles et d’avoir fait des problèmes des sénégalais, son unique préoccupation. C’est ce qui lui vaut aujourd’hui son emprisonnement.
Nous dénonçons cet accaparement, cet acharnement, cette injustice à l’encontre de sa modeste personne. Nous allons faire front et combattre cette impunité que représente la machination de la justice. Aujourd’hui, si Ababacar s’était rangé aux côtés de Ousmane Tanor Dieng et de Macky Sall, il n’aurait jamais été emprisonné, mais Dieu est là ; un jour la vérité éclatera et les droits seront rétablis. Nous sommes derrière lui et nous lui faisons savoir que ce combat nous le portons. Nous sommes beaucoup plus déterminés et engagés ; nous resterons debout comme un seul homme et nous ferons face à tous. Nous investirons le terrain, irons à la rencontre de la population, des militants, des sympathisants et des parents pour leur expliquer la situation actuelle afin de lui donner la majorité au soir du 31 juillet 2017 et au présidentielle 2019.
Aujourd’hui le pourvoir veut nous faire croire que nous sommes dans un état de droit, de justice, d’égalité mais c’est archi-faux. Les questions que nous posons sont : où sont la gestion sobre et vertueuse que ce régime ne cesse de proclamer, où est la bonne gouvernance que Macky nous avait promise ?
Nous voulons que la justice sénégalaise soit une justice transparente, équitable, impartiale et non pas une justice à deux poids deux mesures, une justice sélective, qui prône la réduction des comptes et utilise son pouvoir pour un règlement de compte d’adversaires politiques mal-camouflé comme le souligne souvent Macky Sall, je cite : je réduirai l’opposition à sa plus simple expression.
 Au moment où les biens du peuple sont pillés et les pilleurs protégés par ce régime, ce que nous attendons c’est un éclaircissement sur les dossiers tels que le rapport de l’OFNAC, la Cour des Comptes, l’ARMP, l’IGE qui ont épinglés les directeurs généraux, les ministres et les membres de la famille du président Macky Sall.
 
Nous exigeons que nos camarades Hottages politiques, que sont le Maire Bamba Fall et Cie et le grand Maire Khalifa Ababacar Sall, seul adversaire potentiel et alternative crédible pour les prochaines joutes électorales, soient libérés sans délai ni condition et que les droits de chacun soient rétablis.
 
Momath Sy   <je suis Khalifa>
Responsable jeunesse socialiste de  Pikine
Membre des cadres du parti socialiste (Vision Socialiste)
Membre Front national des Jeunesses pour la Restauration de la Dignité Socialiste
 
 
Vendredi 17 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :