Contribution / Sénégal : Émergence et champ de manioc


Contribution / Sénégal : Émergence et champ de manioc
L’actu chaude de ce moment, l’an Macky3, fait saliver la presse. Une diversion de plus pour amuser la galerie. Le peuple, englué dans ses difficultés quotidiennes, observe ce cirque. Macky Sall sait qu’il court à sa perte s’il engage ce combat. Allez demander à son mentor, l’ancien président Abdoulaye Wade, qui du haut de ses 91 ans, reprend du service. Le peuple sénégalais a toujours eu bon dos. Mais un dilettantisme et un fatalisme inébranlables sommeillent en lui. Arrivé au pouvoir en 2012, après une belle pirouette technique, le président Macky Sall s’est taillé un nom, Monsieur Emergence. Ce terme dans l’air du temps, fut festiné au siège de la Banque Mondiale, à Paris, en un février pluvieux de 2014. Croyant sans doute que ce concept serait compris et adopté par le peuple. Jusque là, il est auréolé d’un flou total dans l’inconscient collectif. Ce peuple résigné et silencieux arbore une attitude on ne peut plus bizarre. Un peuple à la révolte larvée ! Autrefois un modèle sous nos tropiques mais de nos jours tombé en désuétude. Ne nous voilons pas la face ! L’homosenegalensis n’est plus ce qu’il était. Tout s’écroule autour de nous. Le système. Les Hommes. Une élite dépenaillée d’idées, démissionnaire et refusant de penser. Bras baissés. Rideaux tirés. Rien à signaler. C’est fort de ce constat que Macky Sall se met à gérer ce pays tel un champ de manioc. Le père de la nation. Oups, terme inventé par feu Léopold Sédar Senghor, notre poète-président qui nous a appris, nous sénégalais, à égayer notre quotidien calamiteux par la musique et la danse. Merci cher Léopold ! Au moins, cela nous soulage et nous fait oublier nos peines et nos malheurs.

Emergence
Emergence, dynamique de croissance de 6,5%…rythment la vie des sénégalais. Une absurdité quand le sénégalais continue de tirer le diable par la queue. Tout coûte cher de la tête aux pieds. Il est perdu mais porte par devers lui un fatalisme frisant la peur et le chaos. L’on parle à tue-tête du fameux éléphant de Macky Sall, le Plan Sénégal Emergent(PSE) dans tous les médias. De ce PSE l’on ahane à longueur de journée, le pauvre citoyen ne voit que de la poudre de Perlimpinpin. Un vrai leurre, ce que pestent contempteurs et ennemis jurés du président Sall qui contre vents et marées fait ce qu’il peut d’après certains qui lui sont proches et d’autres qui ne savent pas sur quel pied tenir. Le terme Emergence est pour le président le mot qui sied dans ce Sénégal aspirant à la démocratie corrélée à la modernité. Un Sénégal en marche dans un océan de chaos. Mais n’est-ce pas l’Etat synonyme de continuité ? Disent à cor et à cri certaines têtes pensantes. Suffit-il que Macky suive ce qu’avait tracé son prédécesseur dans les normes et le tour est joué. Ce dont il est en train de faire. Les chantiers font florès : l’Aéroport International Blaise Diagne(AIBD), Diamniadio la ville du futur, le prolongement des autoroutes à péage, le maillage du territoire à travers le Programme d’Urgence de Développement Communautaire(PUDC), le fameux Train Express Régional(TER), le développement de l’agriculture(…) L’allocation des bourses de sécurité familiale pour le bien-être des plus démunis et pour l’égalité des chances. Et dans ce lot, existe aussi la fameuse Couverture Maladie Universelle(CMU), un concept très cher au président…

Champ de manioc
En effet le travail abattu est en train d’être sapé par ce népotisme et cette corruption à tous les étages de l’administration gangrénant tout régime sous nos tropiques. En effet, Macky en père de la nation, rire sous cape, administre le Sénégal comme un paysan qui gère son champ de manioc. Nominations à tout va, nombre pléthorique de ministres et de ministres-conseillers. En effet il veut satisfaire son monde oubliant qu’on ne gère pas un pays avec les sentiments mais avec courage, dévotion et raison. Même le fameux PSE a du plomb dans l’aile. Et le sénégalais lambda ne s’y retrouve pas. Il a besoin de manger, de se vêtir et d’avoir un toit où mettre sa famille. Conditions basiques pour la dignité humaine. Au Sénégal, chaque jour charrie son lot de scandales. La famille du président est mêlée à la gestion des affaires de l’Etat. Et le peuple observe et ploie sous le poids de cette ignominie mais ne rompt pas. Et quid du gros scandale sur le pétrole et le gaz découverts récemment et de la fameuse Caisse de Dépôts et Consignations(CDC) confiée au frère du président ? Un vrai butin de guerre pour les élections qui se profilent à l’horizon 2019. Et in fine une opposition bâillonnée et réduite à sa simple expression. L’on se demande des fois si Macky est amnésique ou joue-t-il sur les nerfs du peuple qui l’a élu au pinacle. En tous les cas, l’hyène qui a eu droit sur le régime de Wade risque de mordre Macky Sall et son régime voués aux gémonies à l’heure actuelle par une bonne partie du peuple. Qui vivra verra.
POUYE Ibra
 
Jeudi 19 Octobre 2017
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :