Conseil Constitutionnel : Ça manœuvre ferme pour la succession de Cheikh Tidiane Diakhaté


Conseil Constitutionnel : Ça manœuvre ferme pour la succession de Cheikh Tidiane Diakhaté

Ça manœuvre ferme au Conseil Constitutionnel. Dans un mois, les cinq sages devront se prononcer sur l’affaire Hissène Habré. Toutefois, il y a un petit problème car la haute juridiction n’est composée que de trois sages opérationnels sur les cinq. Depuis le décès de Cheikh Tidiane Diakhaté, le poste de président est laissé vacant. Pareil pour celui de vice-président laissé vacant par Isaac Yankhoba Ndiaye dont le mandat de six ans est arrivé à terme. Il faut dire que le Conseil Constitutionnel doit être composé de 5 membres (deux issus du monde universitaire ou de l’Inspection générale d’Etat et trois qui sont traditionnellement des magistrats).

Pour la Présidence, le nom de l’Inspecteur général d’Etat Malick Diop circule dans les chaumières. Il a été le directeur de cabinet du Premier ministre Macky Sall avant Mohamed Dionne. Mais « l’As » indique qu’il pourrait être défavorisé par son statut d’Ige et aussi par son jeune âge par rapport à Mandiogou Ndiaye qui, en plus d’être un magistrat ayant blanchi sous le harnais, est aussi originaire de Fatick, la ville du Président. Or le poste est traditionnellement dévolu à un magistrat. Mandiogou Ndiaye a été nommé président de la Crei avant d’atterrir au Conseil Constitutionnel. Pour le remplacement du Pr Isaac Yankhoba Ndiaye dit Jacob, le chef de l’Etat a la latitude de choisir parmi la pléthore de professeurs de droit.

Mercredi 18 Février 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :