Confronté à Pape Diéry Sène et à l’ACP Boubacar Konaté au sujet des transactions avec DAPORT : Voici ce que M'baye N'diaye disait aux enquêteurs de la CREI


Confronté à Pape Diéry Sène et à l’ACP Boubacar Konaté au sujet des transactions avec DAPORT :  Voici ce que M'baye N'diaye disait aux enquêteurs de la CREI

Depuis hier, l’ex patron de l’Agence des Aéroports du Sénégal (ADS) fait face à la contestée Crei. Réfutant tout « link » autant avec Wade père que Wade fils, M'baye N'diaye a de prime abord été « cuisiné » sur les raisons pour lesquelles il avait ordonnancé le paiement de 400.000.000 de FCFA, alors que les ADS avaient été dissoutes. 

Pour toute réponse, M'baye N'diaye a soutenu : « je suis fonctionnaire de l’Etat du Sénégal, directeur d’une structure nationale. Je n’avais qu’à obéir au ministre de tutelle, Karim WADE, sur la base d’une correspondance qu’il m’avait envoyée. On a ordonnancé, mais le paiement n’a pas été effectué. Ces 440 millions représentaient des  arriérés de paiement que les ADS devaient à DAPORT. Après l’ordonnancement, l’agent comptable  particulier et moi-même avions décidé de ne pas payer la somme parce que les ADS n’en avaient pas les moyens, vu que notre trésorerie était très tendue. » 

 
A la question de savoir si Karim Wade lui donnait des instructions dans le cadre des relations entre les ADS d’une part les sociétés AHS, ABS et DAPORT d’autre part, il a répondu : « toutes les instructions que je recevais émanaient du SG, du Dircab ou du DG des transports aériens mais Karim WADE ne m’appelait pas pour me donner des instructions ».
 
Poursuivant, un des enquêteurs lui demande : « il résulte de nombreux témoignages recueillis au cours de l’instruction que les seules prestations fournies par DAPORT aux ADS se résument en un seul voyage organisé en Allemagne au profit de quelques agents des ADS. Que répondez-vous à cela ? »
 
Pour toute réponse, l’ex administrateur des ADS dira : « je vous ai fourni la liste de l’ensemble des prestations fournies par DAPORT sur la plateforme aéroportuaire de LSS. Je maintiens la première liste donnée à la suite de ma première audition. J’ajoute à cette liste la mise en place du système de management de la sécurité qui nous a permis d’obtenir la certification de LSS. Les procès verbaux existent au niveau des structures des ADS. Ce sont les mêmes allemands qui étaient chez nous qui suivaient les travaux sur le site d’AIBD.»
 
         Et la CI fait entrer Monsieur Pape Diéry SENE, lequel a été invité à prêter serment

 
Un des  membres de la commission d’instruction demandera à Papa Diéry Sène : « Au cours de votre audition du 20 février 2014, vous avez déclaré qu’alors que vous étiez en mission en France, M'baye N'diaye vous a appelé pour vous demander de revenir parce que le syndicat avait tenu un point de presse à LSS pour dénoncer les paiements faits à DAPORT et que vous seriez derrière le syndicat. Vous avez ajouté que quand vous êtes revenu de mission le dimanche, dans la nuit, M'baye N'DIAYE est venu vous trouver à votre domicile pour vous dire que le ministre d’Etat KW lui avait demandé de vous relever de vos fonctions et de vous affecter à Tambacounda. Confirmez-vous ces déclarations ? »

 
 Sans sourciller, Papa Diéry Sène répond : « je confirme ces déclarations ».
 
Et M'baye N'DIAYE de répliquer : « Pape Diéry Sène est un de mes plus proches collaborateurs dans les missions qui m’ont été confiées. Je ne me rappelle plus de la date mais, un jour, j’étais chez moi quand Monsieur Boubacar CAMARA m’a appelé au téléphone pour me dire qu’il fallait que je relève PDS de ses fonctions. Je lui en ai demandé la raison parce qu’étant très surpris de la mesure, il m’a dit que je devais exécuter sans en apprécier. J’ai demandé à mon DRH de venir au bureau pour échanger avec lui de la décision. PDS étant en mission, je lui ai téléphoné pour lui demander de rentrer rapidement parce qu’il y avait des problèmes à Dakar. A son retour, je suis venu le voir à son domicile vu les relations que j’ai avec lui, pour lui demander s’il connaissait les raisons de cette mesure. Il m’a dit qu’il n’était pas au courant. Je lui ai proposé une affectation à Tambacounda tout en sachant qu’il n’avait pas de tâches spécifiques à Tambacounda compte tenu de son profil. M. SENE s’est emporté et n’acceptait pas d’être « l’agneau du sacrifice ». Je lui ai déclaré que l’affectation serait temporaire en attendant de voir ce qui justifiait cette mesure. On s’est quitté sur ces entrefaites. Je souligne que je n’avais pris aucune mesure de sanction salariale, vu qu’il n’avait jamais pris service à Tambacounda »
 
Poursuivant, M'baye N'diaye dit : « je lui ai dit qu’on m’a demandé au niveau du ministère de tutelle de prendre des mesures le concernant, mais je n’ai pas cité de nom. C’est le SG, Boubacar CAMARA, qui m’a appelé pour cela. Je ne saurais vous dire si le SG a pris cette décision après avoir reçu ou non des ordres de son ministre de tutelle. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il m’a donné des ordres en sa qualité de SG du ministère.
 
Interpellé sur cette réponse de M'baye N'diaye, Pape Diéry Sène soutiendra : « je confirme que M'baye N'diaye m’a montré un sms que je n’ai pas pu lire par lequel KW lui a donné l’ordre de me démettre et que s’il ne le faisait pas, il serait lui-même démis de ses fonctions de DG des ADS. M. N'DIAYE ne m’a jamais cité Boubacar CAMARA comme étant le donneur d’ordre. Je lui ai répondu que KW venait de lui tendre une perche et qu’il lui suffisait de ne pas donner suite à l’ordre pour lui donner l’occasion de nous démettre et de nous donner les moyens de le combattre. Je lui ai aussi dit qu’il n’accepterait pas cette proposition et qu’il préférerait sa fonction plutôt que de se sacrifier pour moi. »
 
Et M'baye N'diaye de revenir à la charge : « je ne me souviens pas que M. SENE m’ait tenu ces propos. Je lui ai juste promis de pousser mes investigations au niveau du ministère pour connaître les raisons de cette mesure. Et je me suis rendu au ministre pour discuter avec Abdoulaye Racine KANE, le dircab et monsieur Boubacar Camara. Ce dernier m’a dit de ne pas m’occuper de ce dossier et de le laisser faire. Il m’a précisé qu’il avait de bonnes relations avec PDS. Je suis allé voir le DIRCAB qui m’a demandé pourquoi je me battais pour une personne qui avait envoyé directement un courrier au ministre de tutelle et dans lequel il me chargeait. Il a promis de me montrer le courrier, ce qu’il n’a pas fait parce que qu’il a été appelé et jusqu’à ce jour, je n’ai pas vu ce courrier. Je ne me souviens pas qu’un point de presse avait été fait par le syndicat professionnel des agents de l’aviation civile (SYMPAAS) pour dénoncer les paiements faits à Daport par les ADS. »

 
Subitement, un des enquêteurs dit à Papa Diéry Sène : « Au cours de son interrogatoire Mbaye Ndiaye a, contrairement à vos déclarations faites le 20 février 2014, déclaré que les prestations effectuées par la société DAPORT au profit des ADS étaient nombreuses et variées. C’est ainsi qu’il a déclaré que DAPORT aidait à mettre en place : des cahiers de charges pour les travaux initiés sur la plateforme aéroportuaire pour obtenir la certification, la sensibilisation et la formation du personnel, le contrôle et le suivi des travaux sur la plateforme, la formation du personnel et matière de nouvelles technologies de gestion aéroportuaire et la formation en anglais du personnel. Quelle réaction cette déclaration suscite de votre part ? »
 
Dans sa réponse, Papa Diéry Sène répondra tout de go : « je maintiens ce que j’avais dit parce que lorsque l’IGE est venu nous demander la consistance des prestations fournies par DAPORT, on n’a pas pu nous donner une seule action concrète qu’aurait accomplie DAPORT sur la plateforme, hormis la formation du personnel effectuée à l’étranger. Les prestations listées par M. NDIAYE ne correspondent qu’à ce qui est listé dans le cahier des charges, mais aucun membre du personnel n’a été capable de nous montrer une seule réalisation effectuée par DAPORT. Aucun rapport concernant ces prestations n’a été mis à notre disposition. »
 
M'baye N'diaye de répliquer : « je suis surpris par ces déclarations. M. SENE a assisté à toutes les réunions tenues entre DAPORT et les ADS. Tout ce que j’ai déclaré est avéré. Ces critiques qu’il est en train de faire sont tardives parce que c’est lui qui suivait les dossiers de DAPORT et ADS. Je maintiens ce que j’avais donné comme informations concernant les activités fournies par DAPORT à LSS. A ce titre, je vous demande d’auditionner le DRH en l’occurrence Samba Dieng N'diaye qui travaillait en parfaite collaboration avec DAPORT et le Directeur Commercial Madame Awa Guèye Diagne et le directeur technique Khassimou Dia. En  ma qualité de DG, je n’avais pas de contacts directs avec les allemands, je les voyais très rarement. Tous les paiements faits au profit de DAPORT ont été ordonnancés par moi-même au vu de rapports attestant que des prestations avaient été effectuées par DAPORT au profit des ADS. »

 
          Et la CI d’introduire l’Agent Comptable Particulier, Boubacar Konaté
 
Un des enquêteurs lui demandera : « Au cours de votre interrogatoire vous avez déclaré que le milliard a été obtenu comme facilité de caisse avec l’accord du DG. Confirmez-vous ces déclarations ? »
 
Tout de go, Konaté répondra : « je les confirme ! »
 
M'baye N'diaye de répliquer : « je n’ai jamais été informé de la mise à disposition de ce prêt d’un milliard, encore moins donné mon accord. Les démarches pour le prêt d’un milliard au niveau de la Banque Atlantique ont été entreprises au mois de décembre 2011 et dans le courrier portant demande de facilité de caisse adressé à la banque, le DG était ampliataire à titre de compte rendu. Il s’y ajoute que la notification a été faite en fin février 2012. La convention a été signée le 08 mars 2012 par mes soins. Les fonds ont été mis en place progressivement à partir du 15 mars. Donc je confirme que le DG était informé. Cependant, il aurait pu ne pas être au courant de la disponibilité des fonds »
 
Et M'baye N'diaye de soutenir  mordicus : « je maintiens ce que j’ai dit. En tant que DG ayant eu à faire face à des emprunts plus importants, si j’avais eu à faire cet emprunt certainement que je l’aurais reconnu, mais tel n’est pas le cas. Je confirme que la tutelle nous avait demandé de ne plus faire d’emprunt au niveau de ADS. Lors de ma passation de service avec le nouveau DG entrant, nulle part ne figurait le prêt d’un milliard. A ce titre, j’avais demandé au commissaire aux comptes de nous aider à améliorer le système de recouvrement. Et c’est ce dernier qui m’a signalé la mise en place de cet emprunt de 1.000.000.000 F. J’ai appelé l’intéressé pour l’en informer, mais il m’a indiqué qu’il était en ville pour des réunions. Je me suis dit que s’il y avait un emprunt, c’est moi qui aurais dû le signer parce que j’étais sur place. Pour le surplus, je m’en rapporte à mon audition au fond »

 
S’en suit une réplique de l’ACP, Boubacar Konaté qui dit : « la demande de facilité de caisse adressée au DG de la BA a été envoyée en ampliation à titre de compte rendu au DG des ADS. Elle est datée du 19 décembre 2011. Elle porte le n°00947/ADS/AC/SP. Cette lettre a été déchargée par le secrétariat du DG. Je peux la chercher et vous en produire copie »
 
L’ex patron des ADS de revenir à la charge pour dire : « je confirme mes propos tenus »
 
S’en suivra Konaté qui martèlera : « s’agissant des démarches entreprises pour cette facilité de caisse, le lundi 12 mars 2012, vers 15 heures, le DG m’a reçu dans son bureau pour demander la suite par rapport à la disponibilité du milliard. Je lui ai fait savoir qu’aux environs de 12 heures, j’étais passé à South African Airways pour diligenter la délivrance de l’attestation de virement irrévocable de leur redevance pour la Banque Atlantique comme garantie et une des conditionnalités pour la mise à disposition des fonds. Il a appelé au téléphone Claude SEBRE en vain. Sur ce, il avait promis de le rappeler ultérieurement »
 
M'baye N'DIAYE d’intervenir : « je confirme les déclarations que j’ai faites depuis mon audition au fond. Je n’ai jamais été informé de ce prêt d’un milliard »

 
Un des enquêteurs demandera à l’Agent Comptable Particulier Boubacar Konaté : « Pouvez-vous nous retracer de manière exhaustive les dépenses effectuées sur le milliard emprunté ? »
 
Pour toute réponse, Konaté dira : « il y a un virement de la Banque Atlantique vers la BICIS de 500 Millions ; un autre de 300 millions de la Banque Atlantique vers UBA ; une avance de démarrage d’un marché de 27.378.313 FCFA ; un deuxième acompte à CFAO Motors pour l’achat de véhicules d’un montant de 20.000.000 F CFA ; un paiement 29.557.000 F CFA à une société dénommée BUILT SARL. Je vous déposerai les relevés bancaires y afférents »
 
Un des magistrats instructeurs de se tourner vers Pape Diéry Sène à qui il demandera : « En votre qualité de contrôleur de gestion des ADS, quelles appréciations faites-vous des déclarations de M. KONATE relatives aux dépenses effectuées sur le milliard. Celles-ci peuvent-elles être corroborées par des pièces justificatives ? »

 
En réponse, Diéry Sène, comme on le surnomme affectueusement aux ADS de laisser entendre : « il faut se référer à la justification de demande de prêt pour pouvoir vérifier l’utilisation effective des fonds. Si tel n’est pas le cas, le comptable étant tenu par la règle de la caisse unique, tous les fonds réputés fongibles et en conséquence, tel qu’il vient de s’expliquer, on ne peut pas se retrouver dans les comptes. S’il n’y a pas de justification précise et préalable, il est difficile, voire impossible, de produire des pièces pouvant justifier les dépenses alléguées par BC sur le milliard ».
 
Et in fine, Konaté de soutenir :  « en plus des dépenses que je viens de lister, il est arrivé que des montants soient prélevés sur le milliard de francs CFA pour payer les échéances d’un précédent emprunt »

Mardi 9 Septembre 2014
Dakaractu




1.Posté par Bita le 09/09/2014 09:47
Toutes ces accusations sont cousues de fil blanc.rien qui incrimine ce monsieur n'est sur ce PV!
je desespere et je crois sincerement qu'on a été berné dans cette affaire de biens mal acquis

2.Posté par dada le 09/09/2014 14:04
que Dieu t'aide à sortir de cette situation. tu ne mérites pas cela. si la loyauté faisait partie des vertus de certaines personnes ils ne seraient pas la à t'enfoncer. yalla rek key buur

3.Posté par Xeme le 09/09/2014 18:35
1/ Et si on avait demandé à Papa Diéry Séne de dire que c'est Karim Wade qui a demandé qu'on l'affecte ? Juste pour analyser toutes les possibilités, au lieu de se cantonner à une seule. Là toute la narration retrouve sa cohésion. Il y a eu des faits. Mais elles tiennent bien si on y exclue la responsabilité de Karim. Mais si on veut en faire un responsable d'une demande d'affectation, tout perd sa cohésion. On ne retrouve plus le pourquoi du comment.
2/ Et si le prêt d'un milliard a été mis en place juste dans la gestion suivante, celle des accusateurs ? Parce qu'il serait incompréhensible qu'un directeur partant cache à son suivant un prêt d'un milliard. Il serait encre plus incompréhensible que le directeur suivant découvre ce prêt et attende sagement l'arrivée de la CREI pour que celle-ci le révèle.

4.Posté par Diaraaf le 09/09/2014 19:48
Arrêter vos nafekh ce Monsieur fait partie des sangsues de la république aux ADS sa fille et son fils faisaient les lois l'une passait rarement à son boulot et à la fin du mois elle touche son salaire le second était un auditeur soit disant...

5.Posté par Galsen-Galsen le 10/09/2014 01:17
Tous les escrocs, voleurs de la Republique du Senegal, doivent aller croupir en prison apres restitution des biens et deniers detournés au détriment de notre peuple qui a tant souffert et qui manque encore de tout!

6.Posté par ZINOVIEV le 10/09/2014 02:59
Monsieur n'a que ce qu"il merite . Quand un Ministre te dit enleves celui la ou je t"rnleve, la 1ere dignite c"est de lui remettre ta demission . Tu as deja perdu toute credibilité devant lui et il te coniderera desormais comme un ane qu"il faut monter !
La Traque des biens mal acquis est sur la bonne voie, le modus oprandi de Karim est a nu ! Il avait sous sa coupe des Fonctionnaires taillables et corveables a merci pour ses besognes mafieuses :
Assumez et taisez vous : honte aux pilleurs de la republique

7.Posté par DIARABI le 10/09/2014 03:08
tu na que ce que tu merites tu as ete deloyal vis a vis de tes collaborateurs pour profiter de karim ton complice tu ne dois pas beneficier d une liberte provisoire car tu n etais pas malade quand tu volait l argent du peuple

8.Posté par kadia le 10/09/2014 15:10
J'en suis pas sûr si mbaye ndiaye était un voleur ou pas bien vrai qu'il en ressemblait un mais Pape Diery Sene est pire que tous il était l'homme de confiance de Mbaye Ndiaye mais aussi un Salaut de pire espéce il nous proposait de coucher avec lui pour qu'il nous met en contact avec Mbaye Ndiaye pour un recrutement chose à laquelle on ne regrette pas d'avoir refuser car aujourd'hui "yalla wane naniou que lép deugeuleu" aujourd'hui dieu merci on marche la tête haute Mbaye Ndiaye mounieul dakh workat gua amal affaire ce Pape Diéry Sene est unCEDDO de pire espèce donc Mbaye Ndiaye fallait favorisé tes agents et tous au même pieds d'égalité tu ne récolte que ce tu as semé



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016