Conférence publique dans la zone de Ngnith : Le PSE vulgarise


Conférence publique dans la zone de Ngnith : Le PSE vulgarise
L’association des élèves et étudiants ressortissants de  la commune de Ngnith, située dans le département de Dagana a tenu une conférence publique ce Dimanche, à Yamane Fall, sur le Thème : Le PSE, une opportunité pour révolutionner l’agriculture sénégalaise. Le conférencier, El hadji Daniel SO, secrétaire exécutif d’AG JOTNA, dirigé par Me Moussa DIOP, s’est profité de l’occasion pour revenir sur l’historique du plan Sénégal émergent mais aussi et surtout de ses atouts dans cette zone de Ngnith, à vocation agricole.
Le choix du thème n’est pas fortuit pour le maitre du jour. En effet, pour El hadji Daniel SO, secrétaire exécutif d’AG JOTNA,  avec ce que regorge Ngnith comme potentialité et atout à savoir l’eau, la terre fertile, il ne peut y avoir de thème plus pertinent à débattre avec les populations. Abondant dans le même sens Ibrahima Diop, président de l’association trouve la quintessence du thème pour dit-il : « étant donné que nous vivons dans une zone où l’activité principale est l’agriculture nous avons jugé nécessaire d’organiser une journée qui prendrait en ligne de compte cette activité ».
Abordant le premier point de la conférence, M.SO s’est beaucoup appesanti sur l’historique du PSE. Et pour lui c’est un constat amer qui a poussé son Excellence Macky Sall, à vite penser à un plan Sénégal émergent. « Confronté au défi de la croissance depuis 2006 avec un taux de 3,3% alors qu’à la même période, la moyenne était de 6% dans l’Afrique Subsaharienne, notre pays a vu celui-ci décroitre jusqu’à 1,7% en 2011 » regrette El hadji Daniel SO. Ce dernier d’ajouter que le Sénégal, ne possédant pas d’abondantes ressources naturelles, a vu également sa production par habitant croître à un rythme plus lent que celles des Etats membres de l’UEMO avec entre autre un taux de pauvreté de 46,7% alors que l’accroissement démographique annuel pointe autour de 2,6%. Et de surcroit, «A la même année le taux de production agricole était négatif de 27,8% » poursuit-il.
En dépit de toutes ces insuffisances de résultats, le président Macky Sall a mis en place dans ce fameux programme certes ambitieux mais réaliste qu’est le PSE afin de répondre à de meilleurs délais aux aspirations des sénégalais. Ainsi, de l’avis du secrétaire exécutif d’AG JOTNA, les localités qui bordent la vallée du fleuve Sénégal, celles de l’Anambé et plus précisément la commune de Ngnith ne sont pas en reste pour l’appropriation du PSE. En effet, devant une forte assistance des populations, il a, pendant plus de deux tours d’horloge sensibilisé ces dernières sur retombées du Plan Sénégal émergent qui selon lui, n’a commencé à être exécutif qu’en mieux voir fin 2014 et sur les 27 projets phares 14 ont été réalisées ou en cours et idem sur les 17 réformes visées 5 le sont déjà.

Le PSE, une aubaine pour les populations de la vallée et de l’Anambé

Pour M. SO, Dès le début de la mise en œuvre du programme de relance de la vallée, 60 000 ha, en collaboration avec le programme indien ont été aménagés dont 10 000 ha en périmètres irrigués villageois en sus du matériels agricoles 1 050 tracteurs, 375 motopompes, 115 batteuses, 12 moissonneuses, compte  non tenu d’une ligne de crédit de plus de 5milliards avec en vue la construction de 36 magasins de stockage. Et dans la foulée l’ensemble des dettes des producteurs de riz et de coton contractées à hauteur de 13,6% est épongé. A ce jour, 120 000 ha des 240 000 ha potentiellement irrigables répertoriés dans la vallée (St Louis, Matam et Bakel) ont été aménagés et 36 009 ha emblavés et ensemencés soit 5 500ha de plus par rapport à la saison sèche chaude de 2014.

La commune de Ngnith apprécie à sa juste valeur le PSE et ses retombées

S’il y’a une localité qui a commencé à goutter les fruits du plan Sénégal émergent, c’est bien sur la commune de Ngnith. En effet, elle étrenne  une ferme agricole, financée par l’ONG britannique WAF ( West Africa Farms), en partenariat avec l’Etat du Sénégal. Installée sur une étendue de 200ha, la ferme l’une des secteurs qui crée le plus d’emploi. En effet, 800 femmes, moyennant un salaire mensuel de 40 millions de francs Cfa. La production de cette ferme vivement appréciée par les habitants des 64 villages de la commune est exclusivement orientée  vers l’exportation de légumes particulièrement le radis et l’oignon vert.

Le quotidien

 
Jeudi 8 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :