Comment le coup d’Etat contre Jammeh a été préparé entre les USA, Dakar et Banjul ?

Nous commençons à y voir plus clair dans l’avortement de ce coup d’Etat qui devait éjecter Yayah Jammeh du trône quasi royal qu’il occupe depuis maintenant 20 ans.


Comment le coup d’Etat contre Jammeh a été préparé entre les USA, Dakar et Banjul ?

 Pour comprendre la situation actuelle, il faut dresser les portraits des intervenants, qui ont été cravatés par les services de sécurité américains et dont on a la preuve qu’ils ont été à Dakar et qu’ils avaient bel et bien prévu de faire ce coup d’Etat, et qu’ils s’étaient bien donnés les moyens de le réussir. Les deux gambiens arrêtés par la police américaine l’ont été, l’un à Dakar, et l’autre à son retour à Washington, en provenance de Dakar. De plus, à la lecture des renseignements obtenus par le biais de nos sources aux Etats-Unis, il semble acquis que Yayah Jammeh ait été au courant de ce qui se tramait avant son départ pour Dubaï, et qu’il ait bien monté son guet-apens qui allait engloutir les putschistes. Notre source aux Etats-Unis, nous apprend que le principal suspect, du nom de Cherno Njie, 57 ans, est un riche homme d’affaires gambien, naturalisé américain, bâtisseur et investisseur, financier, a monté une société à Houston au Texas. Il quitte Banjul en 1982 alors qu’il est Directeur Financier de la Standard Chattered Bank, dont la succursale était à Banjul. Il devient PDG d’un groupe la Songhaï Developpement Company. Il a été contacté par un certain L. J. et d’autres gambiens en exil, poursuivis pour activités séditieuses par Yayah jammeh et exilés. 
 
Cherno Njie a séjourné dans un grand hôtel de Dakar durant le déroulement du putsch manqué.
 

Nos renseignements obtenus ce jour, nous démontrent que cet homme, Cherno Njie, a été durant quelques jours dans un grand hôtel à Dakar, le temps que se déroulait ce putsch raté. Sachant les carottes cuites, il a quitté Dakar à la va vite et a été arrêté à son arrivée à Washington par les services américains. Il avait investi dans cette affaire plus de 250 mille dollars et déjà payé, ce qu’a prouvé la perquisition opérée à son domicile de Austin au Texas, plus de 4 000 dollars à chaque assaillant en guise d’avance. la saisie de son ordinateur a laissé des traces, prouvant qu’il se préparait à prendre la tête de la transition, à travers ses communications via skype, viber et autres emails, interceptées par les services américains. 
 
Pa Fall s’est rendu lui-même à l’Ambassade US à Dakar.
 

Quant à l’autre gambien de nationalité américaine arrêté par les américains, il l’a été à la suite d’aveux extra-judiciaires, à savoir que Pa Fall a lui été non pas arrêté, mais s’était de lui même rendu dans les locaux de l’Ambassade des Etats-Unis.....à Dakar. Cet homme habite Minesota, dans l’Etat de Minneapolis, citoyen américain qui a quitté la Gambie depuis 23 ans. Il a 47 ans, est vétéran de l’armée américaine et à ce titre a même fait dans le cadre de l’Otan, la guerre d’Afghanistan. Nos sources, estampillées Pentagone, montrent qu’il a été libéré en 2012. Il a guidé toutes les opérations de Banjul et en se rendant compte de l’échec de leur aventure putschiste, il est revenu sur Dakar et s’est rendu de lui-même aux autorités américaines de son ambassade, qui l’ont ensuite exfiltré vers les Etats-Unis, par le FBI de Dakar, qui l’ont remis à Washington où il a été interrogé et inculpé pour trafic d’armes et organisation de complot à partir du territoire américain, en infraction avec les lois américaines qui interdisent à tout citoyen de tels actes. En perquisitionnant son domicile les services américains ont trouvé des manuels de fonctionnement des armes achetées aux Etats-Unis, accompagnés des reçus correspondant. Les américains ont retracé le parcours des armes et c’est cette information livrée par la justice américaine, qui laisse pantois : Yayah Jammeh était au courant de ce qui se tramait dans son pays et a organisé son déroulement pour mieux les coincer. En effet, ce sont les services de renseignements gambiens qui ont réceptionné les armes envoyées depuis les Etats-Unis, des agents se faisant passer pour les transitaires des commandes à livrer à Banjul aux comploteurs.

Les deux hommes sont inculpés pour trafic d’armes et soutien de coup d’Etat sur un territoire étranger, et ils seront livrés à la justice par l’Attorney Général, la juge Stéphanie Gallagher, qui aura 72 heures à partir de ce jour pour délivrer le chef d’accusation et la sentence encourue, qui est de 25 à 30 ans de prison.

Tel est pour l’instant le déroulement de ce coup d’Etat avorté qui aura fait couler beaucoup d’encre et peut-être aussi de...sang, comme promis en guise de châtiment par Yayah Jammeh himself, au grand dam des organisations de droits de l’homme.

Vendredi 9 Janvier 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :