Commémoration de « Nakba » et « Naksa » : L'Etat de Palestine demande à Israël la reconnaissance historique de ses exactions


Le peuple de la Palestine a été marqué par deux grandes catastrophes humanitaires qui ont endeuillé son peuple, à savoir la 68ème année de  la Nakba et la 49ème année de la Naksa. Respectivement, ces deux tragédies, selon une note de l’Ambassade qui nous a été transmise, font référence « à la douloureuse expérience de dépossessions, de destructions, d’expulsions, de pillages et de massacres commis par les milices israéliennes, et vécue, depuis 1948, par l’ensemble du peuple palestinien, comme une plaie ouverte : environ 900 000 palestiniens expulsés, et plus de 531 villes et villages rasés et la chute, en référence à la deuxième occupation des terres palestiniennes et arabe à l’issue de l’agression militaire israélienne du 4 juin 1967 : la Palestine historique entière est sous occupation et son peuple vit en martyre et dans le refuge pour la deuxième fois. »
Et pour un apaisement de la crise, la reconnaissance par Israël de sa responsabilité dans ces deux évènements est souhaitée. « Avec la Nakba et la Naksa, et leurs valeurs symboliques, c’est un devoir de mémoire très important que nous commémorons, celui de l’exil forcé de la population palestinienne, et de la revendication du droit au retour entériné par la résolution 194 de l’ONU. 
L’Ambassade de l’Etat de Palestine rappelle qu’aujourd’hui plus de 7 millions de réfugiés palestiniens vivent pour la plupart dans les 58 camps administrés par l’agence onusienne de l’UNRWA. Le cas des réfugiés palestiniens est le plus massif dans le monde et le plus long dans l’histoire contemporaine. Presque 70% du peuple palestinien est réfugié. Jusqu’à ce jour, Israël refuse de reconnaître sa responsabilité historique pour les graves crimes commis durant la Nakba et la Naksa, et poursuit sa politique coloniale et raciste », lit-on sur la note.
 L’Ambassade de rappeler aussi à l’ensemble de la communauté internationale, la nécessité de reconnaitre ses responsabilités historiques au sujet des torts subis par le peuple palestinien, de protéger le peuple palestinien et de rétablir la justice en mettant en œuvre ses droits au retour sur sa terre, à l’autodétermination et à l’Indépendance. Elle a insisté « en particulier sur la responsabilité historique, éthique et juridique israélienne pour les crimes commis à l’encontre du peuple palestinien et l’importance de mettre fin à son impunité ». Cela implique, indique la note « des réparations matérielles et morales en faveur des victimes conformément au droit international humanitaire ».
C’est à partir de ces reconnaissances et réparations « que nous pourrons envisager une paix juste et durable basée sur une véritable réconciliation entre les peuples », fait savoir l’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal.
Pour finir, elle a souligné l’importance, dans cette période d’impasse politique, de toutes initiatives diplomatiques d’envergure reprenant l’idée du Président Mahmoud ABBAS d’instaurer un mécanisme international visant à mettre fin à l’occupation israélienne et à établir un Etat palestinien souverain et indépendant avec Jérusalem (AL QODS) comme capitale.
 

Vendredi 20 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :