Collège d’Anambé Couta de Kolda : Ou l’ironie de l’histoire entre Macky Sall et Almamy Baldé, prof d’histo-géo

Macky Sall ne savait, sans doute, pas que le collège dont il a salué les performances dans son discours du 31 décembre avait un prof, « vieille » connaissance, qu’il avait croisé et encouragé au campus de l’Ucad. Ce jeune prof, Almamy Baldé, était alors étudiant-caméraman et lui Macky Sall, opposant.


« Je tiens à féliciter ici le Cem d’Anambé Couta, dans la région de Kolda, pour ses excellents résultats. Malgré son état d’abri provisoire, cet établissement s’est, en effet, distingué avec un taux de réussite de 100% à l’examen du Bfem. En récompense de son bel exemple, le Cem d’Anambé Couta sera entièrement construit et équipé.» C’est le chef de l’Etat qui s’émeut ainsi des performances du collège d’Anambé Couta. Les éloges du président de la République sont, sans doute, largement mérités. L’établissement en abris provisoires est à 11 km de la Guinée Bissau. Le collège cache d’autres réalités qui auraient rendu le président Macky Sall beaucoup plus élogieux. Le jeune prof d’histoire et de géographie, Almamy Baldé, adjoint au principal du collège, avait croisé le chemin de l’opposant Macky Sall au cours d’une journée d’intégration des étudiants originaires de Fatick. Baldé, alors étudiant, était dans ses heures perdues cameraman-photographe. « Comment tu parviens à allier les cours avec tes activités de photographe ? Est-ce que tes études n’en souffrent pas ? », lui avait demandé Macky Sall, visiblement tombé sous le charme de cet étudiant qui couvrait à merveille la manifestation. « Je fais cette activité pour voler au secours de mes camarades de village ou de la région de Kolda », lui répondit Almamy Baldé. Le futur chef de l’Etat lui tapote l’épaule et l’encourage à persévérer dans cette voie. Le conseil a été apparemment bien entendu.
Baldé est, en effet, devenu plus tard prof dans ce collège d’Anambé Couta. Et Macky Sall, président de la République. « Si le chef de l’Etat nous avait trouvé au Cem, il nous aurait sûrement posé la même question de savoir comment nous parvenons à travailler à Anambé Couta », soupire Almamy. Le collège est, en effet, dans un milieu défavorisé. «  A partir du mois d’octobre », pour aller à Anambé Couta, il faut traverser en pirogue un petit cours, quasiment déshabillé.
Au cours de la traversée, tu redoutes de rencontrer un de tes élèves », raconte Baldé. Lui qui explique les bons résultats par la rigueur des évaluations. « Les élèves sont assis un par table et sont séparés un table-banc », indique Almamy Baldé qui magnifie le dynamisme des professeurs et l’engagement des parents d’élèves. Le premier principal Sélimane Diop a réussi à construire une équipe soudée, son successeur, Oumar a consolidé cet esprit qui a germé dans un corps professoral intègre.          
Mercredi 6 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :