Chelsea: Mourinho, les dessous de sa technique pour gonfler ses contrats


Chelsea: Mourinho, les dessous de sa technique pour gonfler ses contrats
José Mourinho sait parfaitement jouer avec les rumeurs de la presse pour les transformer à son avatange !
D’après le très sérieux journal The Times, le Mourinho a prévu de prolonger le contrat de José Mourinho de deux saisons supplémentaires à la fin de l’exercice 2015. A son retour dans la capitale anglaise, le technicien portugais avait signé un contrat de quatre ans (jusqu’en 2017 contre un salaire de 14 millions d’euros annuel). En prolongeant son bail, moyennant revalorisation salariale (estimée à 17 millions d’euros), il sera sous contrat jusqu’en 2019. Mourinho connait parfaitement la musique et récite à chaque fois la même partition.
Sa technique est toujours la même depuis une décennie : il signe un premier contrat, puis le prolonge une année plus tard (pour une période maximum de 18 mois), en négociant au passage, une augmentation de salaire. Puis il quitte le club à la fin de son premier contrat, en se faisant racheter sa clause de sortie.
Avant de l’engager, en 2004, Roman Abramovitch a payé 2,5 millions d’euros sa clause de sortie. Au technicien portugais, il offrait un contrat de 4 ans assorti d’un salaire à 4,2 millions d’euros. Une saison plus tard, son salaire était de 5,2 millions d’euros, avant qu’il ne paraphe une juteuse prolongation jusqu’à la fin de l’exercice 2009, à hauteur de 7,5 millions d’euros. Mourinho quittera finalement son poste le 19 septembre 2007. A l’amiable, mais en échange de 6 mois d’inactivité. Dans le jargon de la Formule 1, on appelle cela « le congé de jardinage ».
En Mai 2008, Mourinho a signé un contrat de trois ans avec l’Inter Milan. Son salaire ? 7 millions d’euros (un revenu très proche de la prolongation de Chelsea).
 
Lundi 23 Février 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :