Cheikh Sarr animateur-vedette de la Zik FM : « Je dormais dans la rue ou sur une table de tailleur… »

Entre deux séances d’animation vivantes et captivantes, l’animateur-vedette de la Zik FM s’est entièrement ouvert à Dakaractu. De ses débuts extrêmement difficiles à son arrivée à la Zik FM, Cheikh Sarr a tout déballé, avec une sincérité et une profondeur particulières. Cet entretien livré à Dakaractu aura permis de lever un grand coin du voile sur cette voix très joviale de la radio qui , à l’insu de tout un monde, cache un jeune homme très pieux, un digne battant que les épreuves de la vie ont bien des fois assiégé.


Cheikh Sarr animateur-vedette de la Zik FM : « Je dormais dans la rue ou sur une table de tailleur… »
Qui est Cheikh Sarr ?
Cheikh Sarr est un « diam bou xéébou », ou un serviteur des moindres. Je suis né dans la communauté rurale de Keur Momar Sarr. J’ai enseigné pendant 6ans, j’ai commencé l’enseignement en 1998. En 1999, mon grand-frère N'dongo Sarr a acquis une radio communautaire à Keur Momar Sarr, c’est là que j’ai fait mes premiers pas dans l’animation et que s’est véritablement réveillée ma passion pour la radio. Après quelques temps, j’ai décidé de démissionner de l’enseignement pour me consacrer à l’animation ; j’en ai parlé avec mon père, puis j’ai présenté ma lettre de démission en 2003, pour venir m’installer définitivement à Dakar J’ai beaucoup voyagé aussi, dès le bas-âge. Je vis depuis longtemps avec l’art, depuis l’école primaire je m’activais dans l’animation, lors des événements culturels tels les « fourral » et autres… du temps des cassettes. Depuis enfant je m’intéresse à l’animation.

Qu’est-ce-qui vous a motivé à embrasser ce métier ?
Je suis né avec cette passion. Déjà le bas-âge, j’assemblais des bâtons pour en faire un micro et ainsi chantonner l’appel à la prière devant la chambre de ma mère. Donc, mon amour pour le micro date de très longtemps…. Le seul secret dans ce métier et tout autre d'ailleurs, c’est la passion. L’on ne peut persévérer et avoir de l’endurance que pour ce que l’on n'aime pas. Après l’amour vient le talent, qui est naturel, un don de DIEU.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans la pratique du métier ?
J’y ai rencontré d’énormes difficultés. Après ma démission de l’enseignement et  mon arrivée à Dakar, j’ai eu la malchance d’atterrir dans une radio où je n’étais pas payé, c’était « Pareil pour les enfants » de N'dèye Birima Lat Dior Diop ; j’y ai fait deux ans sans salaire ni indemnité. Et cela a causé des problèmes entre moi et mon grand-frère, qui m’hébergeait. Par la suite je dormais dans la rue, pour me réveiller tôt le matin et aller au travail.

Comment ça dans la rue ? Et vos autres parents ?
Ah oui, je dormais dans la rue! Je ne pouvais quitter mon frère pour aller chez d’autres parents. Parce que j’acceptais de travailler sans salaire et que j’avais quitté mon poste pour cela, on ne se comprenait plus, mon frère ne pouvait le tolérer. Et quand mon père a su que je vivais ce calvaire, il m’a demandé de rentrer, et a même proposé de m’ouvrir un commerce; mais je lui ai fait comprendre que l’animation c’était mon amour. Il  m’a donné sa bénédiction.

Combien de temps avez-vous dormi dans la rue ?
Je ne peux franchement pas compter le nombre de fois où j’ai dormi dans la rue. J’avais aussi quelquefois la chance de dormir dans une maison, sans compter aussi cet ami tailleur qui me prêtait souvent sa petite table pour la nuit… je me levais à l’aube pour aller travailler à la radio, et personne ne se doutait de mon calvaire… je gardais toujours tout pour moi. C’est ma nature de toujours taire mes malheurs.

Et quand vous repensez à ces durs moments, qu’est-ce-que vous ressentez ?
Je suis très content quand j’y repense. Je n’ai jamais pleuré franchement, je ne me suis jamais plaint à personne. J’ai accepté tous ces durs moments. Quand je dormais dans la rue, j’étais très fier, pensant que DIEU me réservait une grande surprise pour l’avenir.

Maintenant que vous connaissez un grand succès à la radio, quelles sont vos impressions ?
A mon avis, je n’ai encore rien connu dans l’animation, il me reste un long chemin à parcourir, au niveau du succès comme de l’apprentissage. Je suis très content de l’affection que les auditeurs me portent, j’en rends grâce à DIEU. Je me réveillais parfois sans manger, tantôt je n’avais que le petit-déjeuner, tantôt que le dîner, mais jamais personne n’en savait rien, je gardais toujours mes douleurs pour moi-même…

Comment avez-vous atterri à la Zik FM ?
En fait, j’étais à « Première FM » lorsque Madiambal Diagne a fermé la radio, et le matériel vendu à Zik FM. C’est en ce moment que j’ai commencé à aimer cette radio. J’ai déposé une tonne de demandes d’emploi à Zik FM, sans réponse. Un jour, pendant que j’étais au chômage et que je m’activais dans le commerce, j’ai reçu un coup de fil d’Ahmed Aïdara qui me demandait de venir de suite à la radio. Après entretien, ils m’ont demandé de rejoindre l’équipe. Trois semaines avant cet appel, j’ai tout vu en rêve, et j’ai dit à ma femme que sous peu j’allais y travailler…

Est-ce-qu’il existe des problèmes de maraboutage dans ce milieu ?
Je ne l’ai jamais vécu et je prie DIEU que personne ne le subisse.

Vous avez apporté une nouvelle touche à l’animation avec votre jovialité, vos petites histoires drôles et tout….
C’est ma nature, je cherche tout le temps à faire rire les gens, où que je sois. L’animation c’est mon métier et je dois bien faire plaisir aux auditeurs… ma mère, dont je suis très proche, a été durant une semaine dans le coma, et pourtant pendant ce temps je faisais tout pétiller à la radio, oubliant ma douleur. Par la suite ma mère est décédée, je suis parti faire mon deuil avant de revenir à mon travail. Et il faut préciser que je n’écoute jamais d’autres animateurs, mes collègues et les auditeurs me suffisent à juger de mon travail.

Et votre terme favori, « taarkalah » ?
Mes parents déformaient ainsi le terme arabe « tabarakalahou », et c’est une expression dont je raffole.

Quelles relations entretenez-vous avec Wally Seck, qui est omniprésent dans vos animations ?
J’étais à Walf 3 quand j’ai entendu parler pour la première fois de Wally Seck, par un taximan qui louait sa générosité…Plus tard, je l’ai vu dans un clip video et j’entendais par la suite parler de ses « premières parties » torrides au Penc Mii. Il ne m’a jamais offert de l’argent, et moi non plus. Je ne fréquente pas les boites, j’ai rencontré Wally pour la première fois lors d’un spectacle dans un lycée de la place. Je le porte dans mon cœur, tout le monde loue sa générosité, mais je ne suis jamais passé le voir chez lui, je me dis qu’il n’a pas le temps…

C’est vous qu’il chante dans ce morceau dont vous avez fait votre générique ?
Si vous voulez, c’est moi ou un autre.

Vous semblez à l’aise maintenant financièrement ?
Je rends grâce à DIEU. Je n’ai franchement pas à me plaindre, je perçois un salaire que je n’avais pas perçu depuis longtemps… Bougane est vraiment quelqu’un de bien, qui m’a beaucoup soutenu lors de la maladie de ma maman qui est survenue un mois après mon arrivée à Zik FM. Si l’argent pouvait guérir, ma maman ne serait pas partie…

Vous n’envisagez pas alors de quitter un jour la Zik FM ?
Bougane devra alors me licencier, parce que jamais je ne le quitterai, je serai toujours à son service. Il m’a soutenu au moment où j’en avais le plus besoin.

Cheikh Sarr animateur-vedette de la Zik FM : « Je dormais dans la rue ou sur une table de tailleur… »
Jeudi 26 Juin 2014




1.Posté par helenaicha. le 26/06/2014 17:45
Non ynagui bombbb Sénégal. Et modeste en plus. On te suit depuis SOPI FM.

2.Posté par deug le 26/06/2014 20:26
Boy, wakhal lo kham, tu vas quitter tôt ou tard pour aller à Rfm.

3.Posté par thomas mbaye le 27/06/2014 08:46
bonjour cheikh SARR, je suis content d'avoir su que tu travailles à ZIK FM du courage. c'est notre agence qui t'avait loué à Grand Yoff. j'ai perdu ton tel si tu peux me l'envoyer. Je confirme que tu es une personne pieuse et digne malgré les difficultés. Mon tel c'est le 338367576

4.Posté par Jack le 27/06/2014 10:00
Courage lou waye mougne ci adouna dina massa diékhe. Je ne vous connais pas , je n’écoute pas non plus les animations sur les radios mais je reste très ému de votre histoire. C'est la raison de ma participation à ce forum.
Bonne continuation

5.Posté par cxbsfg le 27/06/2014 14:35
Des gosses comme lui; courageux et travailleurs; il yen a des millions au Senegal; le problem ce sont nos cretins de presidents, qui n'ont jamais pu tirer le meilleur de ces jeunes, qu'ils sacrifient quotidiennement a l'autel de leur instiable boulimie de biens ephemeres qu'ils ne pourront meme jamais utilizer sur terre.

6.Posté par Jeune Reporter a Faggaru le 27/06/2014 14:53
Tout d'abord toutes mes felicitations pour ton poste a Zik Fm. Ensuite une petite rectification concernant la radio ou tu as travaille pendant 2ans il s'agit de Faggaru Fm puisque j'y etais tout comme toi en tant que Jeune Reporter. Et surtout ne pas oublier que Faggaru Fm etait une radio communautaire par et pour les enfants. Permettant aux enfants de faire de la radio, notre temps d'antenne c'etait les Mercredi Samedi Dimanche pour ne pas pertuber nos etudes. Et il s'en suit que c'est vrai nous etions pas paye mais notre transport et d'autres frais etaient a la chargede la radio. Nous etions des enfants avec une envie de faire de la radio. Et Faggaru nous offrait l'apprentissage, nous ouvrait le micro avec des mentor comme Simon Meledge. Cependant les adultes qui se reliaient a l'antenne les autres jours de la semaine etaient des benevoles passionnes de Radio et a qui Faggaru ouvrait les portes de l'animation. Je me rappelle que tu etais petri de Talent, un jeune homme toujours propre et avec une belle mise a chaque que tu venais a la Radio. Personne ne se doutait de ce tu vivais reellement c'est pourquoi quand j'ai lu l'article, je suis reste bouche bee. Cependant tu aurais pu en parler a la direcrice parce que c'est une personne avec une bonte extraordinaire qui s'est toujours battue pour que Faggaru continue d'emettre et si elle etait au courant de ce que tu etais entrain de vivre la tournure serait autre. Vu que cela a ete le cas pour d'autres. Sinon Bonne chance pour la suite et je sais que le meilleur reste a venir.



Dans la même rubrique :