Cheikh Sarr : "J'ai envie de continuer jusqu'aux JO 2016"


Cheikh Sarr : "J'ai envie de continuer jusqu'aux JO 2016"
L'entraîneur national Cheikh Sarr souhaite poursuivre l'aventure avec les Lions du basket jusqu'à la fin de son contrat coïncidant avec les Jeux olympiques de Rio (Brésil), dans la continuité du dernier mondial de la discipline lors duquel l'équipe nationale avait atteint sous ses ordres les huitième de finale, pour la première fois de son histoire.
 
"Oui, j'ai envie de continuer, je suis entraîneur et c'est ce qui était prévu dans mon contrat avec l'ancienne Fédération de basket", a déclaré le technicien dans un entretien avec l'APS.
 
"Ce contrat court jusqu'en 2016 si nous gagnons l'Afrobasket 2015", a rappelé Cheikh Sarr, détaillant le contenu de son contrat avec l'ancienne Fédération de basket dirigée par Baba Tandian.
 
"Nous avons atteint les trois premiers objectifs, à savoir gagner le tournoi de la zone 2 pour se qualifier à l'Afrobasket, se qualifier en coupe du monde et atteindre les huitièmes de finale", a-t-il rappelé.
 
"Le prochain objectif, c'est une victoire au prochain Afrobasket, mais ça passe par la qualification contre le Mali (match aller à Bamako et retour à Dakar)", a dit l'entraîneur des Lions. Il a toutefois relevé que même s'il a envie de continuer l'aventure avec les Lions, il faut que du côté des dirigeants que des préalables soient remplis.
 
Parmi lesquels, le technicien local rappelle "la nécessité de signer un contrat en bonne et due forme avec des engagements à remplir par les deux côtés". Il a rappelé qu'il lui a été signifié que l'ancien contrat "avait été mal ficelé".
 
"Mieux encore, au ministère des Sports, on nous avait dit qu'on n'avait jamais vu de contrat à notre nom", a-t-il dit, appelant à la mise en place d'un "contrat clair" pour savoir ce qui est attendu de son staff.
 
"Mais en plus de la définition du statut des entraîneurs, celui du joueur en sélection nationale doit être bien spécifiée pour que tout le monde soit à l'aise", a indiqué Cheikh Sarr, estimant qu'on doit aller dans le sens de valoriser les pensionnaires de l'équipe nationale de basket.
 
C’est la meilleure manière de mettre fin à toutes ces difficultés et autres incompréhensions qui font souvent le lit des participations de nos équipes nationales dans les compétitions internationales, a-t-il par ailleurs ajouté.


APS
 
Mardi 16 Septembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :