Changements climatiques : Les ministères de la pêche et de l’environnement signent un plan national d’adaptation face au phénomène


Abdoulaye Baldé, ministre de l’environnement et du développement durable et son collègue de la pêche Omar Guèye, ont signé hier matin un plan d’adaptation pour faire face au défi du changement climatique et des variations du climat.
Le ministre de l’environnement a rappelé que le changement climatique menace la pêche notamment par la hausse des températures et du niveau des mers, la fonte des glaciers, les modifications de la salinité et de l'acidité des océans, la recrudescence de cyclones dans certaines régions, les modifications des écosystèmes marins. « Il est à craindre que les conséquences du changement climatique contribuent à élever les risques de conflits dans certaines zones » a-t-il aussi dit, ainsi que les nombreuses pertes en vies humaines et matérielles occasionnées par les accidents notamment en haute mer liés aux événements extrêmes
Aussi pour un meilleur suivi de la mise en œuvre de ce PNA Pêche, le ministre a invité son collègue à mettre en place une plateforme nationale pêche face aux changements climatiques (PN-PCC) par arrêté interministériel.
Oumar Guèye, le ministre de la pêche et de l’économie maritime a quant à lui, rappelé que ce document est le fruit d’un important travail de concertation et d’échange entre ses services, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés - point focal de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), le Comité National sur les Changements Climatiques, la Mission USAID SENEGAL par le biais du projet COMFISH/USAID, le Programme des Nations Unies sur le Développement et d’autres Partenaires Techniques et Financiers.
« La mise en œuvre de ce Plan d’adaptation de la Pêche et de l’Aquaculture, validé par toutes les parties prenantes, nécessite la mobilisation d’importantes ressources financières », fera t-il savoir.
« La mobilisation du budget nécessaire évalué à 188 milliards francs CFA  pour une période de vingt (20) ans en vue de la mise en œuvre effective du Plan d’adaptation de la Pêche et de l’Aquaculture, constitue un impératif pour permettre à notre secteur si vulnérable aux changements climatiques, de maintenir sa dynamique de performance avec son chiffre d’affaire estimé à 230 milliards francs CFA par an, soit 4 600 milliards francs CFA pour vingt (20) ans »dira aussi le ministre.
Pour finir, il a appelé à l’engagement de toutes les Parties prenantes afin de renforcer la résilience des ressources halieutiques et des communautés côtières pour une pêche durable et le développement de l’aquaculture.
Vendredi 4 Novembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :