Chamboulements à la Directrion des Douanes : Macky arrête l’avarie

Un grand coup de balai a été donné hier en Conseil des ministres, à la Douane sénégalaise. Ce chamboulement, qui n’a épargné que le Direction générale, est destiné à mettre un frein au laxisme et à la corruption qui commençaient à gangréner ce service important de l’Etat.


Chamboulements à la Directrion des Douanes : Macky arrête l’avarie
A peine revenu d’un long périple qui l’a mené en Extrême-Orient et en Afrique australe, le ministre de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, a sorti son couperet qu’il avait sans doute pris le temps d’aiguiser. Si beaucoup des services de ses départements l’ont senti passer, la Direction nationale des Douanes elle, en a été profondément chamboulée. En fait, hormis la Direction générale, on peut noter qu’aucun service n’en a réchappé. Et il n’est pas dit d’ailleurs que le ministre et le président de la République s’en arrêtent là.

Car en fait, l’attention des autorités a été attirée depuis un certain moment, sur le fonctionnement de ce service crucial. Si aujourd’hui, on note une certaine recrudescence de saisies des produits avariés, la responsabilité des douanes est fortement engagée. Et le Gou­vernement a entendu les complaintes des chefs d’entreprise, concernant certaines pratiques qui avaient cours dans ces services.
Il y a d’ailleurs quelque temps, le ministre avait initié une rencontre entre les services de l’Economie et des finances et des chefs d’entreprise locaux. Au cours de ladite rencontre, il est ressorti plusieurs récriminations, de la part des ces hommes d’affaires, contre le fonctionnement des Douanes sénégalaises. Au point que le ministre a jugé bon d’inviter les douaniers seuls, à une rencontre avec les industriels locaux. Lors de ces retrouvailles, la tension avait été très forte, parce que des vérités ont été dites de manière crue.
Ainsi, les industriels des oléagineux n’ont pas compris que l’on puisse trouver sur le marché national, de l’huile de palme qui coûtait moins cher que son prix de production, par exemple. Et il n’y a pas que l’huile de palme. De manière régulière, la presse a dénoncé ces derniers temps, des importations frauduleuses de sucre, de riz, dont une bonne partie était d’ailleurs avariée, ou de produits cosmétiques. Tous ces produits qui mettent à mal les industries locales et fragilisent l’Economie nationale. D’autres industriels présents ont mis l’accent sur la guerre des services que se livreraient différents départements du corps des Douanes, notamment au Port autonome de Dakar. Ainsi, il serait de notoriété publique que la tarification des produits d’entrée est différente selon que vous fassiez passer vos produits par le Môle 2 ou par le Môle 8. Des fausses déclarations de douane, ainsi que de la réexportation fictive, seraient pratiques courantes, et favorisées par une corruption généralisée au sein des services.
C’est tout cela que le Gou­vernement, à l’initiative d’Amadou Ba, a voulu sanctionner en opérant aux changements qui sont intervenus en Conseil des ministres hier.


Le Quotidien
Jeudi 26 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :