"Ceux qui développent les pays sont moins les Etats que les citoyens eux-mêmes"


"Ceux qui développent les pays sont moins les Etats que les citoyens eux-mêmes"
Il y a plus de 50 ans, le colon disait que « le nègre ne comprend que le bâton ». 50 années plus tard, sommes-nous entrain de corroborer cette « assertion » qui fait de nous des animaux ?
On jette des ordures n’importe où, lorsqu'un citoyen lambda nous y interpelle, on lui lance au visage « tu ne fais pas la loi ici », on est incapable de faire le rang à la boulangerie et quand le citoyen lambda nous demande de le faire, le couperet tombe « ah grawoul dé », à la prière du vendredi lorsque le citoyen lambda demande aux conducteurs de se garer correctement, il a tous les problèmes du monde et en entend des vertes et pas des mûres, mais si le policier s’en charge, ils font exactement ce que le citoyen leur demandait de faire et sans mot piper. Dans les lieux publics où il y a un un agent de police ou système de gestion de la file d'attente, aucun problème ne se pose. Mais lorsque nous sommes seuls, entre nous, l'auto-organisation devient presqu'impossible. Pourquoi ? 
Quels que soient les investissements faits par l'Etat, quelles que soient les idées, stratégies et les réalisations effectuées, si le citoyen ne se les approprie pas alors nous ne verrons JAMAIS le "E" de l’Émergence.
Nous avons un sérieux problème d'éducation à la citoyenneté ou d'éducation tout simplement. 
Chacun est libre de faire ce qu'il veut à la seule condition de ne pas porter préjudice à autrui et de ne pas violer les Lois et Règlements. C'est ce qu'on appelle le RESPECT (respect de soi, de l'autre, du bien public et du bien collectif) seul gage de PAIX et de STABILITÉ.
Je suis entièrement d'accord avec le Président de la République sur sa décision d'exiger du citoyen le civisme. Cependant, la sanction doit être le dernier recours car il faut une panoplie de conditions et de procédures pour arriver à discipliner le citoyen. Il faut informer, sensibiliser et former, ce qui nécessite un investissement lourd et sur la durée. Il faut, quotidiennement, sur toutes les chaines télévisées avant chaque émission de grande audience, faire passer des spots sur le civisme, il faut mettre à profit les sites internet et les radios. Il faut permettre au citoyen lambda, par le moyen d'un numéro vert, de dénoncer l'interdit, il faut mettre en place un site internet dédié où des photos et des vidéos peuvent être envoyées par n'importe quel citoyen. Il faut que les programmes scolaires intègrent l'éducation à la citoyenneté et qu'elle soit une matière à fort coefficient. Mais il faut surtout une équité sur l'application des sanctions prévues en cas de non respect des règles établies. Quiconque transgresse les règles doit être sanctionné par une amende ou par une privation d'une à 2 heures de liberté. Le civisme doit faire partie des critères de sélection pour tout emploi et il faudra, par conséquent, mettre en place une base de données de tous les citoyens qui ont été sanctionnés et la faute qui en est la cause, une base de données que tout chef d'entreprise doit consulter avant de recruter un agent ou avant d'accorder un stage. Et la dernière chose c'est qu'il faut des équipes de surveillance réactives en cas de signalement d'abus. 
Le chemin sera long et sinueux mais nous pouvons y arriver si chacun y met du sien. 
Ce que nul sénégalais n'ose faire en Europe ou aux Etats Unis, personne ne doit s'autoriser à le faire au Sénégal.


Demba Makalou
Mercredi 5 Février 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015