Célébration du 08 Mars : L’histoire méconnue du suicide collectif des femmes de Goundiour (Koumpentoum)


Célébration du 08 Mars : L’histoire méconnue du suicide collectif des femmes de Goundiour (Koumpentoum)
Ce 08 Mars, la communauté internationale célèbre la journée internationale de la femme. Le monde célèbre la femme. Elle est une occasion pour revenir sur les combats de ces dernières, à travers le temps et l’histoire.
De ces combats et sacrifices, certains sont très connus, mais d’autres malheureusement pas. C’est le cas du suicide collectif des femmes de Goundiour, un village du royaume du  NIANI, actuel département de Koumpentoum.  Il est situé sur la route nationale N° 1, à 15 km à l’Est de Koumpentoum.
L’histoire des femmes de ce village millénaire, « est douloureuse à raconter. On préfère ne pas en parler » nous avait confié l’actuel chef de village.
Pour connaitre l’histoire de ces femmes, il faut aller à Ndiambour, capitale du Niani (20km Sud-Est de Koumpentoum). Le drame s’est produit du temps de Sadio Aly qui aurait libéré le Niani de la domination du Djolof.
Ce guerrier Socé aurait décidé de rompre la tradition de payer l’impôt au Djolof. Il demanda au roi de le faire accompagner de deux autres guerriers (Sona Mamoudou et Taral Saral) pour servir de preuve. Il aurait dit au Mansa : « je vais aller payer l’impôt pour la dernière fois au Djolof, si je reviens, sachez que le paiement de l’impôt sera terminé, si je ne reviens pas, vous devrez leur payer éternellement cet impôt ». Arrivé dans la capitale du Djolof, Yang Yang, il tua accidentellement la femme du roi qui décida néanmoins de l’écouter.
Après avoir payé l’impôt, il présenta au roi un sachet de coton et un sachet de poudre entre lesquels il devait choisir. Le roi, ayant compris le message, choisit le coton, signe de paix en répliquant : « vous avez une dette envers moi, je viendrais chercher mon dû ». C’est à la suite de cet événement que le Djolof avait attaqué Goundiour.
Pour éviter de tomber entre les mains des assaillants du Djolof, beaucoup de femmes et des enfants se sont jetés dans un puits à Goundiour. Seules les personnes qui étaient dans le « tata » ont été sauvées. Cette attaque aurait été repoussée grâce à l’appui des guerriers de Ndiambour (voir photos). Sur place bien des siècles après des ossements sont encore visibles sur place. Ce suicide collectif des femmes de Goundiour nous rappelle l’histoire des femmes de NDer, capitale du Walo.
 
Mercredi 8 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :