Ce que l’on sait de la tuerie de masse la plus meurtrière de l'histoire de l'Amérique commise dans une boîte de nuit LGBT à Orlando en Floride


Ce que l’on sait de la tuerie de masse la plus meurtrière de l'histoire de l'Amérique commise dans une boîte de nuit LGBT à Orlando en Floride
Un homme lourdement armé a ouvert le feu, dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juin, dans une boîte de nuit LGBT d’Orlando, en Floride aux Etats-Unis. Au moins cinquante personnes ont été tuées et 53 blessées, selon le dernier bilan diffusé par le maire de la ville, Buddy Dyer. Il s’agit de la plus grave fusillade de l’histoire des Etats-Unis. Les témoins ont décrit des scènes d’horreur dans cet établissement très fréquenté de la région.

Que s’est-il passé ?

Un officier de police, qui travaillait comme agent de sécurité dans la boîte de nuit Pulse, a échangé des coups de feu avec l’assaillant vers 2 heures locales, ont précisé des responsables de la police lors d’un point presse.
L’homme a ensuite pris des personnes en otages, avant que les troupes d’élite américaines du SWAT ne décident de pénétrer dans la boîte de nuit et n’abattent l’agresseur. « A 5 heures [locales] ce matin, la décision a été prise de porter secours aux otages qui se trouvaient à l’intérieur. Nos officiers ont échangé des coups de feu avec le suspect. Le suspect est mort », a raconté John Mina, chef de la police d’Orlando. Au moins un policier a été blessé dans la fusillade et les forces de l’ordre ont réussi à sauver au moins 30 personnes, a-t-il ajouté.
Pour l’instant, on ne sait pas si les victimes ont été tuées par le tireur ou lors d’échanges de tirs avec la police. Aucune information n’a été donnée sur le nombre de clients présents à l’intérieur de l’établissement au moment de la fusillade.
La police a indiqué avoir procédé à une « explosion maîtrisée » dans la discothèque plusieurs heures après la fusillade mais n’a pas expliqué les raisons de cette intervention.

Qui est le tireur ?

Selon les chaînes de télévision CBS et NBC, le tireur a été identifié comme Omar Mir Seddique Mateen, un citoyen américain d’origine afghane, né en 1986 de parents afghans. Selon elles, il vivait apparemment à Port St. Lucie, en Floride, à environ 200 kilomètres d’Orlando, et n’avait pas de casier judiciaire. Le FBI l’a identifié mais n’a pas voulu en dire plus en attendant de prévenir ses proches.
Lors des échanges de tirs avec la police, le tireur était armé d’un fusil d’assaut de type AR-15, d’une arme de poing et d’un « dispositif suspect », dont la nature n’a pas été établie, ont indiqué les autorités.

Ouverture d’une enquête pour « acte de terrorisme »

La police fédérale américaine (FBI) n’a pas écarté la piste du terrorisme islamiste. L’homme « pourrait avoir des sympathies pour cette idéologie particulière, mais nous ne pouvons pas l’affirmer catégoriquement », a expliqué un de ses agents. Le FBI a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme ».
« Cela n’a rien à voir avec la religion », a toutefois affirmé le père de l’assaillant présumé, Mir Sadique sur NBC News. Il a présenté ses excuses à la nation, affirmant tout ignorer des projets de son fils. Il a rappelé que son fils avait été choqué de voir deux hommes s’embrasser à Miami, il y a quelques mois, et que cela aurait pu motiver son geste.
Le président américain Barack Obama a demandé à être informé régulièrement de la suite des événements et a ordonné au gouvernement fédéral « de fournir toute l’aide nécessaire ».
L’état d’urgence a été déclaré dans la ville d’Orlando et dans l’Etat de Floride. Toutefois, les autorités américaines sont convaincues qu’« il n’y a pas d’autre menace ».

Intervention au domicile du suspect

Des forces spéciales du SWAT, des officiers de police et du FBI se sont déployés vers midi (18 heures à Paris) autour d’un complexe résidentiel à Fort Pierce (Floride), dernière adresse connue du suspect. Selon les reporters présents sur place, des voisins ont été évacués avant l’entrée d’une unité antibombe dans l’appartement. Aucune information n’a été donnée sur les résultats de cette opération.

Pas de lien avec le meurtre de Christina Grimme vendredi

C’est la deuxième fois en trois jours que la ville d’Orlando est le théâtre d’une fusillade. Vendredi soir, la chanteuse américaine Christina Grimmie, ancienne candidate de l’émission « The Voice », a été abattue alors qu’elle signait des autographes à l’issue d’un concert au Plaza Live, situé à moins de cinq kilomètres du Pulse. Mais selon la police, il n’existe aucun lien entre les deux affaires.
L’agresseur de la jeune chanteuse, un jeune homme de 27 ans en possession de deux armes de poing, s’est donné la mort en se tirant une balle dans la tête. Ses mobiles n’ont, pour le moment, pas été éclaircis.

 
Dimanche 12 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :