Casamance : l’ANED sensibilise les élus pour une mobilisation à l’élection des membres du HCCT


L’Association nationale des élus départementaux (ANED) a mené, mardi à Ziguinchor, une séance de sensibilisation de ses élus à la compréhension des enjeux de l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), a constaté l’APS.
 
Les élus venus des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor ont été sensibilisés sur la compréhension des enjeux en vue d’anticiper sur le déficit de communication autour de l’élection des membres du Haut conseil des collectivités locales (HCCT), a indiqué le président de l’ANED, El Hadji Malick Mbaye.
 
"Depuis que le HCCT a été mis en place, nous avons senti que le débat est politique et partisan. Il se résume sur des intérêts personnels du genre +qui est investi ? et qui sera copté par le président ?", a expliqué El Hadji Malick Mbaye.
 
Il s’exprimait à Ziguinchor au cours d’une rencontre avec des élus et des membres de la société civile dans le cadre d’une tournée nationale de sensibilisation et de mobilisation des acteurs municipaux pour l’élection des membres du HCCT.
 
"Ce débat politicien et partisan avait commencé à suffoquer l’intérêt de cette institution. C’est pourquoi nous sommes ici (Ziguinchor) pour rencontrer les élus de Bignona, d’Oussouye, de Bounkiling, de Sédhiou, de Kolda, de Ziguinchor et d’autres pour les sensibiliser sur le sens et l’importance du vote", a poursuivi M. Mbaye.
 
Se disant adopter une démarche "citoyenne et non partisane", le président de l’ANED a souligné que cette tournée vise à "anticiper sur les incompréhensions qui pourraient découler d’un manque ou déficit de communication avec les acteurs concernés par le scrutin du 4 septembre prochain".
 
En collaboration avec le ministère de l’Intérieur, l’Association nationale des élus départementaux compte partager les enjeux du HCCT en donnant la bonne information sur les missions et attributions de cette institution, à travers des conférences thématiques animées par des experts de la décentralisation dans les langues locales.
 
"Nous ne sommes pas venus donner un mot d’ordre de vote. Il s’agit d’attirer l’attention des élus locaux sur le bien-fondé d’une institution qui va quasiment résoudre la question des concertations entre l’Etat central et les collectivités locales parce que la démocratie locale a souvent souffert d’un manque de concertations", a justifié El Hadji Malick Mbaye.
 
 






Jeudi 1 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :