Cas d’incendies, retraits de Thimbo et Aliou Sall de la tête de listes départementales : Les vérités d’Awa Niang

Les femmes de l’APR de Pikine ont initié hier, un après-midi de prières en hommage aux victimes du Daaka de Médina Gounass. Une occasion pour le deuxième questeur de l’Assemblée nationale de révéler ses ambitions, mais aussi de donner son point de vue sur les cas d’incendie et aussi d’accident. Elle a évoqué par ailleurs le retrait comme tête de liste départementale d’Aliou Sall et Abdoulaye Thimbo, maire de Guédiawaye et de Pikine et proches du Chef de l’Etat.


Cas d’incendies, retraits de Thimbo et Aliou Sall de la tête de listes départementales : Les vérités d’Awa Niang
Motifs de la manifestation
 
« Nous avions appelé les femmes de l’APR du département de Pikine, les Imams pour une séance de prières puisque depuis Mardi, le Président a décrété trois jours de deuil pour les victimes du Daaka de Médina Gounass. La peine est partagée et nous avons pensé organiser cette séance de prières pour rendre hommage. Mais aussi pour lancer un appel à un comportement plus responsable. On a décelé beaucoup de cas d’incendie, ou encore des accidents. Et tout cela résulte du fait des humains ».
 
Retraits d’Aliou Sall et Abdoulaye Thimbo
 
« Je les félicite pour la noblesse de leurs actes. Ils avaient nourri cette ambition depuis longtemps, mais pour mettre à l’aise le Président, ils ont décidé de tout laisser tomber. Le Président est notre Chef à nous tous, et chaque militant devrait suivre ses directives. Même si c’est la base qui les a choisis. D’autant plus que l’opposition utilise la position d’Aliou Sall pour parler de dévolution monarchique du pouvoir, ce qui est archi-faux. Alors pour démontrer que cette l'assertion « la patrie avant le parti » est bien réel dans notre système de Gouvernance, nous devons nous plier devant cette décision ».
 
Pensez-vous à quelqu’un en particulier
 
« Etre tête de liste c’est important, mais le plus important est que chaque responsable puisse gagner sa commune et offrir le département à l’APR. Moi je n’ai pas de choix et je ne demande pas à être investie. Je laisse à l’appréciation du Président et on sera derrière celui qu’il aura choisi ».
 
Succession Fatoumata Matar Ndiaye ?
 
« Je n’ai rien demandé, je le rappelle. Mais on ne sème que ce que l’on a récolté. Dans le département de Pikine, je ne demande pas à être responsable des femmes, mon option est que l’on se solidarise et que l’on travaille à la réélection du Chef de l’Etat. Mais ce combat je ne le porte pas, ce sont les responsables des communes qui veulent me mettre à ce poste de responsable. Mais ce n’est pas mon option… »
Mercredi 19 Avril 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :