Cap Manuel : Baldé et Cheikh Bamba Dièye chez Oumar Sarr…


Cap Manuel : Baldé et Cheikh Bamba Dièye chez Oumar Sarr…
Au Cap manuel où il séjourne actuellement, le Secrétaire général national adjoint du Pds et Coordinateur du Comité directeur ne s'ennuie pas, car ne chômant pas avec les visites qui se suivent. Hier, Oumar Sarr a reçu le président de l’Union centriste du Sénégal (Ucs). Abdoulaye Baldé y a débarqué vers 12h30 et n'en est ressorti qu'à 13h. « Je suis venu lui apporter mon soutien, ma solidarité, mon amitié dans ces moments durs qu’il traverse parce qu'Oumar Sarr, c’est un ami. Je suis aussi venu exprimer la solidarité de l’Ucs au Pds parce que Oumar Sarr, en est le coordonnateur », a-t-il confié, au « Populaire », hier, au sortir de la visite à Oumar Sarr.
Pour rappel, le coordonnateur national adjoint du Pds a été arrêté le 19 décembre 2015 pour faux et usage de faux dans l’affaire Lamine Diack. Arrestation qu'Abdoulaye Baldé avait d'ailleurs condamnée samedi, à Kaolack, lors d’une tournée politique dans le Saloum.
Après Malick Gakou, Mamadou Diop Decroix, Abdoulaye Baldé entres autres, c’est autour du leader de Fsd/Bj d’apporter son soutien à au maire de Dagana. Nos capteurs nos rapportent que Cheikh Bamba Dièye, accompagné de Cheikh Babou, responsable du Fsd/Bj à Mékhé et Fatoumata Gassama, chargée de communication du parti, lui a rendu visite, hier. Jugeant « injuste » l’emprisonnement du Sgna du Pds, il lui a confié que « le combat » va continuer. « Nous partageons avec vous votre souffrance. Nous trouvons que votre emprisonnement est une injustice, mais le combat va continuer parce que nous n’accepterons le musellement de l’opposition. Nous continuerons le combat jusqu'à ce qu’il emprisonne tout le monde », a dit l’ancien maire de Saint-Louis au maire de Dagana. D'ailleurs sur sa page facebook, Cheikh Bamba Dièye a écrit : « J'ai rendu une visite à Oumar Sarr au Cap Manuel. Je suis sorti très amer. On terrorise et on avilit un homme politique juste parce qu'il a le courage de pointer du doigt une anomalie qui porte atteinte à l'image de marque de notre pays ». Poursuivant, il souligne : « En combattant l'arbitraire en 2012, je nourrissais l'espoir de voir être banni dans notre pays l'usage abusif de la puissance publique à des fins politiciennes. Il faut que la classe politique apprenne une fois pour toute et pour le bien du Sénégal que la seule manière de faire taire ou de museler ses adversaires est à chercher dans la qualité de nos actes au service des citoyens et la force de nos arguments ». Selon lui, « il est des situations et des actes innommables qui sont inacceptables par le cynisme et la volonté de nuire des personnes qui les actionnent »
Mardi 26 Janvier 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :