Candidature de Wade : un juriste canadien pour une réponse locale "favorable au peuple"


Candidature de Wade : un juriste canadien pour une réponse locale "favorable au peuple"
L’enseignant-chercheur canadien Hugo Cyr a invité les constitutionnalistes sénégalais à trancher "dans une optique favorable au peuple" la question de la candidature d’Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle du 26 février 2012.

‘’Tous les acteurs de la Constitution sénégalaise doivent agir dans une optique favorable au peuple, pour trancher la recevabilité de la candidature de Me Abdoulaye Wade’’, a-t-il dit vendredi lors d’une rencontre avec la presse, organisée par le Groupe des amis de la Francophonie (GAF).

‘’Ils doivent prendre conscience des enjeux politiques et sociaux, pour la stabilité du pays’’, a ajouté M. Cyr, enseignant à la Faculté de science politique et de droit de l’Université de Montréal (Canada).

Le professeur Hugo Cyr s’est également prononcé sur le séminaire international tenu à Dakar le 21 novembre dernier sur la recevabilité de la candidature du chef de l’Etat sortant à l’élection du 26 février 2012.

Pour l’expert en droit constitutionnel, ce n’est pas aux experts constitutionnalistes étrangers de ‘’valider’’ la recevabilité d’une candidature du président sortant, mais plutôt au peuple sénégalais et à ses spécialistes en droit constitutionnel.

‘’C’est au peuple sénégalais et à ses constitutionnalistes de prendre leurs responsabilités et de dire si la candidature du président Wade est recevable ou non’’, a dit l’universitaire canadien.

‘’Il est important de connaître la culture du peuple avant de se prononcer’’ sur cette question juridique, a-t-il souligné.

Hugo Cyr ne récuse toutefois pas ‘’le fait de recueillir les avis des autres ou de s’inspirer de la démocratie d’un pays quelconque en vue de trouver solution à ses problèmes’’.

Lors du séminaire international organisé par la mouvance présidentielle, le président sortant et ses alliés, des juristes africains, américains et européens avaient donné de la Constitution sénégalaise une interprétation selon laquelle la candidature de M. Wade est recevable.

Le président Wade a été élu en mars 2000 et réélu en février 2007. Il a organisé un référendum constitutionnel en janvier 2001, ce qui a donné au Sénégal une nouvelle Constitution diversement interprétée par les juristes, à la question de savoir si en février 2007 il était élu pour un second ou un premier mandat.

Le Conseil constitutionnel est l’organe compétent pour dire si les candidatures sont recevables ou pas, au plus tard 29 jours avant le jour du scrutin présidentiel.

( APS )
Vendredi 9 Décembre 2011




1.Posté par Ibc le 09/12/2011 21:40
La façon la plus juste et de laisser les sénégalais s'exprimer par les urnes en toute liberté.

Tout autre baromètre ne serait pas équitable.


2.Posté par fatou gaye le 10/12/2011 21:18
je suis un peu heurtée avec le discour de mon frere MAKY , mes freres de l'opposition doit sortir du piege de wade qui consiste à parler de 2eme tour cest là une maniere de légitimer la candidature de WADE et faiblir le projet de riposte du M23 .Ce qui serait une honte pour le peuple
WADE NE PEUT ETRE CANDIDAT EN 2012 et cest clair . Cest triste meme sur les plateaux de télèvision on entend l'opposition nous parlerde 2eme ; LE 1ER TOUR IL EST CITOYEN C'EST DE RELEVER LE DEFI QUE WADE PORTE A NOTRE PEUPLE avec ce forcing de 3em mandat

vive le M23



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016