Cameroun: forts doutes des autorités que la kamikaze arrêtée soit une lycéenne enlevée à Chibok

Les autorités camerounaises ont de très forts doutes sur les affirmations de la kamikaze arrêtée vendredi qui dit faire partie des 276 lycéennes enlevées en avril 2014 à Chibok (Nigeria) par les islamistes de Boko Haram, a-t-on appris lundi de source administrative.


Cameroun: forts doutes des autorités que la kamikaze arrêtée soit une lycéenne enlevée à Chibok
Nous ne pensons pas qu'elle est une fille (élève) de Chibok, a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un haut responsable administratif camerounais, mettant en avant des incohérences entre l'âge supposé de la kamikaze et celui des lycéennes enlevées.

Dès samedi, le gouverneur de la région de l'extrême-nord du Cameroun, Midjiyawa Bakari, avait souligné qu'il fallait être très prudent sur ses déclarations. 

Deux kamikazes ont été appréhendées (vendredi) par des membres du comité local de vigilance de Limani, localité de la région de l'extrême-nord, frontalière du Nigeria, avait indiqué à l'AFP le gouverneur, précisant que chacune d'elle portait 12 kg d'explosifs et cherchait où se faire exploser.

L'une d'elles a dit qu'elle faisait partie des filles enlevées (à Chibok) au Nigeria, mais il faut prendre cette déclaration avec beaucoup de prudence, a souligné le responsable: Elles sont souvent droguées et peuvent raconter n'importe quoi.

Les photos des kamikazes présumées obtenues par les autorités nigérianes indiquent que la jeune fille (qui dit être de Chibok) est probablement mineure, âgée de neuf à douze ans. Sa complice a environ la trentaine ou plus et elles parlent toutes les deux seulement la langue kanourie, a déclaré Garba Shehu, le porte-parole du président nigérian Muhammadu Buhari, lundi soir dans un communiqué.

Cette jeune fille qui était très fortement droguée et portait de nombreuses blessures sur le corps, est en train d'être soignée au Cameroun et elle est difficilement transportable pour le moment, a ajouté M. Shehu.

Ces photos doivent être vérifiées par des membres de la communauté de Chibok, a-t-il précisé.

La question de l'appartenance ou non de l'une d'elles au groupe des filles enlevées à Chibok sera clarifiée, avait assuré M. Midjiyawa. Les deux kamikazes ont été remises pour enquête à la composante camerounaise de la force régionale chargée de lutter contre Boko Haram.

A la suite de cette arrestation, le Nigeria avait déclaré ce weekend souhaiter envoyer au Cameroun une délégation comprenant notamment des parents de lycéennes enlevées pour vérifier les dires de la kamikaze.

Les familles peuvent venir si elles le souhaitent. Les deux kamikazes sont toujours là, a ajouté le haut-responsable administratif.

Ykubu Nkeki, le porte-parole des familles de Chibok censé faire partie de la délégation nigériane, a déclaré à l'AFP, lundi après-midi, n'avoir reçu aucune précision des autorités quant à ce voyage.

Au total, 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram alors qu'elles se préparaient à passer des examens scolaires, à Chibok, dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste, qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

Cinquante-sept d'entre elles ont réussi à s'échapper dans les heures et les jours qui ont suivi leur rapt, qui avait provoqué une vague d'indignation internationale.

On est toujours sans nouvelles des 219 autres depuis une vidéo publiée en mai 2014 par Boko Haram.

Le groupe, qui a subi d'importants revers ces derniers mois face aux offensives menées par les armées de la région, a multiplié les attentats-suicides, utilisant régulièrement des femmes et filles comme kamikazes.
Mardi 29 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :