COUR D’APPEL DE DAKAR : Le PDG de Senemer poursuivi pour abus de confiance portant sur 777 millions F Cfa

Le Président directeur général de la société Senemer, Fouad Nouaisser, a été traduit, hier, à la Cour d’appel de Dakar pour abus de confiance portant sur 777 millions de francs Cfa. Il sera fixé sur son sort le 28 juin prochain.


COUR D’APPEL DE DAKAR : Le PDG de Senemer poursuivi pour abus de confiance portant sur 777 millions F Cfa
777 millions de francs Cfa ! C’est la rondelette somme que le mareyeur Ibrahima Cissé réclame au Président directeur général de la société Senemer, en l’occurrence Fouad Nouaisser, qui a comparu devant le prétoire pour le délit d’abus de confiance.
Ayant perdu le procès première instance, Ibrahima Cissé a interjeté pour, dit-il, rentrer dans ses fonds. Revenant sur les faits, ce dernier a expliqué que sa licence pour exporter des conteneurs de poissons avait expiré et il n’avait pas eu le temps de la renouveler. Pour éviter le ralentissement de son activité, il a, selon ses dires, signé une convention d’apporteur d’affaires avec le PDG de Senemer.
Sur ces entrefaites, M. Cissé avait négocié avec un de ses partenaires à qui il a envoyé 3 conteneurs. Il a ainsi saisi la Senemer qui lui a fait une facture proforma. Il avait décidé de majorer le kilogramme du poisson en y rajoutant 100 francs Cfa. Le partenaire, après avoir trouvé un accord avec lui, a viré le montant dans le compte bancaire de la société.
Et c’est son patron, Fouad Nouaisser, qui devait poursuivre la transaction pour Ibrahima Cissé. Hélas, le PDG de Senemer lui a remis un chèque de 1,2 million en lieu et place des 577 millions de francs Cfa qu’il devrait percevoir. Pis, il a réussi à convaincre le partenaire qui a tourné le dos à Ibrahima Cissé à son profit.
Las de réclamer vainement le montant qui lui est dû, le plaignant a saisi la justice pour recouvrer ses fonds. Devant le prétoire, le prévenu a balayé d’un revers de la main les accusations de la partie civile. Fouad Nouaisser nie toute relation d’affaires avec le plaignant. Il n’y aurait jamais eu de remise de somme entre eux, encore moins de contrat.
Invité à faire ses réquisitions, l’avocat général s’en est rapporté à la décision de la Cour, là où Ibrahima Cissé réclame 777 millions de francs Cfa pour la réparation du préjudice subi.
L’avocat de la défense a dans un premier soulevé la prescription de l’action car, à son avis, les faits de l’espèce datent de 2009 et c’est en 2017 que la partie civile a saisi la justice. Subsidiairement, il a plaidé la relaxe pure et simple de son client, car l’accusateur n’a aucune preuve attestant ses allégations.
L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 28 juin prochain.
Jeudi 1 Juin 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :