COUP DE GUEULE DE Me EL HADJ DIOUF CONTRE LE PROJET DE CHAMBRE UNIQUE : «Dou dem»

Le député Me El Hadj Diouf, n’est pas, loin s’en faut, emballé par le projet de Chambre nationale unique qui pourrait résulter des conclusions du Comité national de réformes des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal. Il l’a fait savoir, de manière virulente, ce samedi, lors de l’Assemblée générale de la principale institution consulaire de Kaolack.


COUP DE GUEULE DE Me EL HADJ DIOUF CONTRE LE PROJET DE CHAMBRE UNIQUE : «Dou dem»
L’avocat Me El Hadji Diouf, député à l’Assemblée nationale, a (re) trouvé une cause à la dimension de sa stature de célébrité des prétoires. Il s’est engagé, ce samedi, dans sa ville natale de Kaolack, à combattre le projet de Chambre nationale unique agité avec les conclusions attendues des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal.
Invité à participer, en tant qu’invité, à l’Assemblée générale de l’instance consulaire du Saloum, il n’a pas pris de gants pour fustiger cette initiative qui serait le fait des organisations patronales. «Ce projet funeste de Chambre unique ne peut guère prospérer. "DOU DEM!" On ne peut pas circonscrire le Sénégal à Dakar. Je vais personnellement en parler au Président de la République, mon ami Macky Sall. Il a été élu par les régions, il ne peut pas les ignorer. Sinon, elles aussi, vont l’ignorer», a mis en garde le député.
Selon lui, les initiateurs de ce projet entendent marginaliser les opérateurs économiques ressortissants de l’intérieur du pays. «On ne saurait promouvoir un approfondissement de la politique de décentralisation territoriale et en même temps préconiser un retour en arrière pour les Chambres de commerce, ce serait absurde», a poursuivi le leader du Parti des Travailleurs et du Peuple (PTP) devant ses hôtes tout heureux de ce soutien de taille.
Outre la question de la Chambre nationale unique, l’avocat s’est aussi démarqué du projet de détachement des Chambres agricoles. «Qu’il s’agisse du pasteur ou de l’éleveur, ils sont tous des commerçants car leurs activités ne se réduisent pas à l’auto consommation, il leur faut vendre pour satisfaire d’autres besoins. Donc, il serait dommage de les confiner dans leur seul secteur de base. Le format actuel des Chambres de commerce reflète la cohérence et la transversalité de l’activité des uns et des autres», a analysé Me Diouf qui a plaidé par ailleurs pour le respect du calendrier électoral pour les Chambres consulaires.
Une rencontre à laquelle était invitée aussi le président de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS) JAPPO, Cheikh Cissé, accompagné de son Secrétaire général Alla Dieng. Ces derniers ont témoigné au président Serigne Mboup et à son équipe de leur soutien sur ces différents fronts.
Lundi 3 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :