CORRUPTION IAAF : Lamine Diack mouille le président Macky Sall


Selon le quotidien français Le Monde, durant son face-à-face avec les enquêteurs français dans le cadre de sa mise en examen, l'ancien président de l'athlétisme mondial, Lamine Diack aurait mouillé le président de la République du Sénégal, Macky Sall. 
Selon Le Monde, Lamine Diack, face aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) a déclaré : « Je vous ai dit qu’il fallait à cette période gagner la “bataille de Dakar”, c’est-à-dire renverser le pouvoir en place dans mon pays, le Sénégal, explique-t-il, dans une allusion aux élections présidentielle et législatives, en février et juillet 2012, sur lesquelles il entend peser en faveur de l’opposition. Il fallait pour cela financer notamment le déplacement des jeunes afin de battre campagne, sensibiliser les gens à la citoyenneté. (…) J’avais donc besoin de financements pour louer les véhicules, des salles de meeting, pour fabriquer des tracts dans tous les villages et tous les quartiers de la ville. M. Balakhnichev [président de l’ARAF, la Fédération russe d’athlétisme] faisait partie de l’équipe Poutine et à ce moment, il y avait ces problèmes de suspension des athlètes russes à quelques mois des championnats du monde en Russie. Nous nous sommes entendus, la Russie a financé. C’est Balakhnichev qui a organisé tout ça. Papa Massata Diack [l’un des fils de Lamine Diack] s’est occupé du financement avec Balakhnichev. »
Avant de préciser à propos de cet étonnant arrangement avec Valentin Balakhnichev, alors président de la fédération russe et trésorier… de l’IAAF : « Il n’y a eu aucun accord écrit entre nous ». 
Le deal s’est conclu « fin 2011, à trois mois des élections présidentielles »sénégalaises.
« Quand j’ai sollicité une aide de la part de Balakhnichev, ajoute Diack, je lui ai dit que pour gagner les élections, il me faudrait environ 1,5 million d’euros. »
« Quelle a été sa réaction ? », demandent les enquêteurs de l’OCLCIFF.
« Il(Balakhnichev) m’a dit : “On va essayer de les trouver, il n’y a pas de problème” », répond Diack.
« Ni moi, ni ma fédération n’avons été impliqués dans une telle discussion ou affaire avec M. Diack, assure au Monde Valentin Balakhnichev. Ce type de business n’est pas de notre intérêt et pouvoir. Nous ne pouvons pas interférer dans les affaires intérieures du Sénégal. Pour moi, c’est clair! »
Et Le Monde de continuer de plus belle dans ses révélations en déclarant qu'entendu le 29 novembre par le juge Renaud Van Ruymbeke, Lamine Diack, qui fut maire de Dakar (1978-1980) et vice-président de l’assemblée nationale sénégalaise (1988-1993) a réitéré ses propos, revenant plus longuement sur ses différends avec l’ex-président Abdoulaye Wade (« J’ai continué à me battre pour que Wade soit battu »). Mais Diack ne livre presque aucun détail supplémentaire au juge sur les modalités financières de ce pacte. Dans ses réponses, il glisse tout de même que l’argent « venait nécessairement du gouvernement » russe et que « oui », les opposants sénégalais ont bien reçu cette aide. Lors des élections sénégalaises de 2012, le président sortant Wade a perdu face à Macky Sall. En août 2015, le président sénégalais avait élevé Diack au rang de commandeur de l’ordre national du Lion et avait pris sa défense en novembre après sa mise en examen.
Ceci montre la proximité entre les deux hommes. Est-ce que cela veut dire que les allégations de Lamine Diack sont vérifiées, nous ne saurions le dire...
Vendredi 18 Décembre 2015
Dakaractu




1.Posté par fb@ le 18/12/2015 16:53
Bandes de corrompus



Dans la même rubrique :