CONTENTIEUX SOUTH AFRICAN AIRWAYS/COLLECTIF DES EMPLOYÉS UNIS DE DAKAR : Vingt-deux Sénégalais réclament justice pour « licenciement abusif »


Regroupés dans une structure dénommée « collectif des employés unis de Dakar », 22 Sénégalais estent en justice pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un licenciement abusif de la part de South African Airways.  
La compagnie aérienne Sud Africaine s’est, en effet, séparée d’eux pour raison économique. Joint au téléphone, Mansour M'boup, délégué nommé par ses pairs, confie qu’il s’agit d’une résiliation abusive de contrats. Selon notre interlocuteur, la compagnie est victime d’un mauvais management qu’il l’a tuée à petit feu. Tout part, selon lui, des pertes financières énormes de 100 millions de francs Cfa enregistrés lors des vols Johannesbourg/Beijing avec escale à Dakar. 
En vérité la situation économique désastreuse de la compagnie SAA serait plutôt liée à l’incohérence et au manque de vision quant aux choix de développement stratégique et opérationnel dans un environnement volatile et très concurrentiel. Il s’y ajoute une instabilité directionnelle qui plombe sérieusement la bonne conduite des affaires de l’entreprise. Dakar est considérée comme une escale technique dans le tronçon Johannesburg/Washington dont le vol directe ne peut être ni techniquement ni opérationnellement rentabilisé vus les coûts d’exploitation élevés par rapport aux limitations de chargement en relation avec les paramètres de vol » explique-t-il, cette fois à travers un document remis à Dakaractu. 
Pour Mansour Mboup, la menace de fermer boutique d’ici Avril et le licenciement des 22 Sénégalais pour conjoncture économique difficile n’est qu’une ruse pour atteindre de nouveaux objectifs. Ainsi, soutient-il que « la thèse  servie et selon laquelle Dakar perd de l’argent est totalement erronée et s’avère juste un subterfuge élaboré pour divertir et maintenir provisoirement leurs opérations en attendant d’avoir l’aval d’Accra et d’Abidjan pour quitter définitivement le Sénégal ».  Notre interlocuteur de marteler que « quatre vols sur sept ont déjà été délocalisés sur Accra et les trois autres n’attendent que la tenue d’élections démocratiques et pacifiques en Côte d’Ivoire pour un départ définitif du Sénégal ».
 Aujourd’hui, les deux parties seront en audience publique le 13 novembre prochain et un coup de main est sollicité de l’Etat du Sénégal par les plaignants.  
Lundi 9 Novembre 2015
Dakaractu




1.Posté par moi le 09/11/2015 10:35
Que Justice soit rendue et puis c`est tout. Ces Sud africains se foutent du Sénégal, la manière dont ils ont traité nos frères et soeurs est choquante. Ils n`oseraient le faire dans aucun autre pays qui se respecte et qui protège ses citoyens. La Justice sénégalaise n`a qu`a montrer une fermeté exemplaire par rapport a ce dossier en guise d`avertissement a toutes les autres multinationales qui s`hasarderaient a effectuer de telles fourberies dans notre pays. Que nos compatriotes obtiennent gain de cause.

2.Posté par SAT le 09/11/2015 14:40
Le problème de SAA dépasse largement Dakar. En réalité, c'est une compagnie en faillite.

Dakar n'était pas non plus très compétitive comme escale avec la juxtaposition d'impôts, de taxes et de redevances.


3.Posté par Employé a laeroport le 09/11/2015 15:35
Seule la vérité jaillira inchallah
Ce Claude SEBRE ivorien en complicite avec Ibra Wane GSA et ce toubab Sylvain BOSC pensent que DIEU n'existe pas mais ils se trompent lourdement le jour viendra ou ils s'expliqueront devant Allah Tout Puissant. Il sait tout
La justice senegalaise doit dire le droit et l'appliquer pleinement sur ces Sud Africains et leurs comploteurs senegalais pour un avertissement a toutes les autres compagnies aeriennes operant sur la plate forme de DKR. Economique non ce n'est pas vrai ils ont menti a l'Etat du senegal: les avions volent toujours a partir de notre pays....

4.Posté par la patrie le 09/11/2015 17:45
Un état responsable ne se laisse pas abuser . Ce que nous n'osons faire chez les autres ils ne doivent s'aventurer à le faire chez nous. Le Sénégal est devenue une terre de laisser aller où la politique passe avant tout. A défaut d'avoir une compagnie nationale viable l'Etat doit au moins être capable de protéger les emplois existants ainsi que les intérêts patriotiques .La justice sénégalaise doit donner un Signal très fort afin que de tels abus ne se répètent.
Les sud-africains devraient se souvenir du rôle joué par le Sénégal pour leur libération.
Courage frères et soeurs le peuple est derrière vous.



Dans la même rubrique :