CONSTRUCTION D’UN RESTAURANT SUR LA CORNICHE PAR ABY NDOUR : Pierre Goudiaby Atépa et Cie annoncent une plainte contre l’artiste et la mairie du Point E

Les défenseurs du littoral menacent de déposer une plainte contre Aby Ndour, qui est en train de construire un restaurant sur un rond-point de la Corniche, ainsi que la mairie du Point E qui lui a délivré l’autorisation de construire. Mais, l’artiste et petite sœur de Youssou Ndour qui a nié les accusations en soutenant qu’elle y érige une terrasse, promet de répondre car l’architecte n’est pas plus dakarois qu’elle. Ce dernier, dit-elle, est né à Bignona (Ziguinchor) alors qu’elle est née à la Rue 15 X Corniche.


La Plateforme pour l’environnement et la réappropriation du littoral née de la riposte citoyenne contre la construction de l’Ambassade de Turquie sur la Corniche est montée au créneau, hier, pour dénoncer la construction d’un restaurant sur un des ronds-points par l’artiste chanteuse Aby Ndour.
Le site, pour ceux qui ne le savent pas, se trouve en face de l’Ambassade du Mali. Il a, jadis, été occupé par les sculpteurs qui y exposaient leurs objets d’art. Aujourd’hui, ces derniers y sont chassés. Une buvette y est installée et on a commencé à couper les arbres qui, pendant des années, servaient d’abris aux étudiants qui venaient réviser leurs cours. Une situation que Pierre Goudiaby Atépa et Cie jugent inadmissible.
Face à la presse, ces défenseurs du littoral ont annoncé qu’ils vont déposer une plainte contre Aby Ndour et la mairie de Point E qui lui a délivré l’autorisation. «Aby Ndour a décidé de construire un restaurant dans ce rond-point. Nous avons tout fait pour l’en dissuader mais elle n’a pas voulu nous suivre. C’est vrai qu’elle a une autorisation de construire mais elle ne doit pas occuper cet espace qui appartient à tous les citoyens. Nous avons commis des avocats et allons déposer une plainte contre elle et contre la mairie du Point E qui lui a délivré l’autorisation de construire», a déclaré Pierre Goudiaby Atépa, porte-parole du jour.
Avant d’ajouter : «La mairie, au lieu d’aménager ce rond-point pour favoriser un espace digne de ce nom où les étudiants, entre autres, pourraient venir se relaxer, veut nous mettre ici des gargotes et des restaurants. Ce que nous n’accepterons pas.»
A en croire l’architecte et ancien conseiller de Wade, les membres de ladite Plateforme avaient pris langue avec l’actuel maire de Point E qui leur avait promis d’arrêter le processus. En vain. «Ils ont pris la Corniche, ça ne leur suffit pas et ils veulent prendre nos ronds-points. Nous nous y opposerons farouchement», prévient-il.
A la suite de la déclaration de la Plateforme pour l’environnement et la réappropriation du littoral, la chanteuse Aby Ndour qui a envahi les lieux très tôt a apporté des précisions sur ce qu’elle considère comme des accusations portées contre sa personne.

«J’attends la plainte et j’irais répondre. J’ai toutes les preuves attestant que je suis en bonne règle ici», rétorque la petite sœur de Youssou Ndour

D’emblée, elle a tenu à préciser qu’elle ne construit pas un restaurant comme l’a soutenu Pierre Goudiaby Atépa mais plutôt une terrasse et des bancs pour «offrir des rafraîchissements aux sportifs qui empruntent cette partie de la Corniche». «Il n’y a même pas deux rangées de briques ici. C’est une terrasse», précise-t-elle. Très en verve, la petite sœur de Youssou Ndour renseigne avoir obtenu l’autorisation d’occuper cet espace depuis 2011. Et, l’autorisation lui a été délivrée par Docteur Malick Diop, alors maire du Point E.
«A l’époque, je payais, chaque fin du mois, 150 mille et 170 mille francs CFA. L’actuel édile de la mairie de point E, Palla Samb, m’a fait une autorisation et, maintenant, je paye 250 mille francs CFA par mois», a souligné Aby Ndour tout en dénonçant le fait que Pierre Goudiaby Atépa et sa bande se sont basés sur des rumeurs pour l’attaquer alors qu’elle est en règle.
Visiblement très fâchée, elle n’a pas apprécié le comportement de l’architecte qui, depuis le matin, a cherché par tous les moyens à la provoquer. «Il était là à prendre des photos et à me lancer des quolibets. Je n’ai pas répondu à sa provocation. Je le considère comme mon père et c’est une personne à qui je voue beaucoup de respect. Mais, je dois lui faire savoir qu’il n’est pas plus dakarois que moi. Il est né à Bignona (Ziguinchor) alors que moi je suis née à la Rue 15X Corniche», a fait savoir l’artiste chanteuse qui dit attendre la plainte qui sera déposée contre elle. «J’attends la plainte et j’irais répondre. J’ai toutes les preuves attestant que je suis en bonne règle ici», rassure-t-elle.
Jeudi 22 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :