CONFERENCE DE l'AJTU / Thème : « La question de l’Ethique et de la Responsabilité dans l’exercice des fonctions universitaires » (Par le Professeur Ahmadou Lamine NDIAYE Recteur Fondateur et Honoraire de l’UGB)

CONFERENCE ORGANISEE PAR L’ASSOCIATION DES JEUNES TRAVAILLEURS DE L’UNIVERSITE GASTON BERGER (AJTU)
Thème, « la question de l’Ethique et de la Responsabilité, dans l’exercice des fonctions universitaires ».
Par le Professeur Ahmadou Lamine NDIAYE
Recteur Fondateur et Honoraire de l’Université Gaston Berger.
LE 16 MARS 2016.


Je commence par remercier Monsieur le Recteur, qui a permis, soutenu et accompagné, la tenue cette manifestation.

Ensuite, je félicite, le Président et les membres de l’Association des Jeunes Travailleurs de l’UGB (AJTU), pour avoir eu l’initiative de créer cette association, ensuite je le remercie, pour m’avoir donné l’occasion de rendre visite à l’UGB. Comme vous le savez, c’est toujours avec un plaisir renouvelé que viens à l’Université Gaston Berger.  Je me considère toujours comme en étant une partie intégrante.

 

En créant l’Association des Jeunes Travailleurs de l’UGB (AJTU), vous affirmez votre appartenance à l’UGB et vous vous faites porteurs des valeurs de cette institution. 

Peu après la création, en 1990, de cette seconde Université publique de notre pays, votre Université, notre Université, a marqué l’espace universitaire de notre pays par tout un ensemble d’innovations.

Cela lui a valu rapidement le qualificatif d’Université d’excellence qui lui a été donné par des observateurs extérieurs.

Mais pour nous de l’UGB, comme disait Wole. Soyinka,Prix Nobel de littérature en 1986, « le tigre n’a pas besoin de proclamer sa tigritude ». C’est donc de l’extérieur que, très rapidement, on lui a donné, le qualificatif d’Université d’Excellence.

Elle fut considérée comme chef de file des Universités dites de troisième génération.

 

Cette reconnaissance de l’extérieur de l’espace universitaire de Gaston Berger, découle des efforts déployés pour assoir les règles de fonctionnement de l’Institution sur un certains nombre de caractéristiques et surtout de valeurs, qui font la particularité des communautés universitaires, consacrées par l’autonomie et les franchises universitaires; je citerai entre autres :

Ø Un projet pédagogique novateur, qui a pris en compte la professionnalisation des filières ;

Ø Un plan stratégique qui avait la particularité, dans notre pays, d’exister dans un établissement d’enseignement supérieur et qui a été régulièrement évalué et adapté, au fur et à mesure du développement de l’institution ; 

Ø Des textes organiques clairs ;

Ø Des modes transparents  de recrutement, aussi bien de étudiants que des enseignants et des personnels administratifs, techniques et de service;

Ø Des effectifs d’étudiants compatibles avec les ressources disponibles ;

Ø Un personnel administratif, technique et de servie jeune, dont la presque totalité en était à leur premier emploi.

Ø Une gestion rigoureuse.

 

Mais ce qui a fait la plus grande différence, ce fut le choix d’inclure l’Anglais et l’Informatique obligatoire pour tous les étudiants, en le considérant comme langage du 21eme siècle.

 

Monsieur le Recteur, Monsieur  le Président, Mesdames Messieurs,

La création de l’Association des Jeunes Travailleurs de l’UGB, (AJTU) est donc une continuation de l’histoire récente de votre Institution.

 

Monsieur le Président de l’AJTU,

Votre jeune Association, en organisant cette rencontre, participe aux activités d’animation saine de l’espace universitaire. Il s’y ajoute la symbolique du thème que vous avez choisi ;

« La question de l’Ethique et de la Responsabilité, dans l’exercice des fonctions universitaires ». Ce thème, à la fois, d’actualité et délicat est bien pertinent.

 

En acceptant de m’engager dans cet exercice, j’ai commencé par m’assurer que l’éthique avait été respectée. De ce point de vue, j’ai été totalement rassuré car votre demande m’est parvenue par votre Recteur. Il ne pouvait en être autrement car c’est dans l’intérêt de communauté universitaire de l’UGB, de soutenir et de participer tous, aux activités de l’une de ses composantes.

Cette conférence vise à donner une image positive de l’Institution. En évitant « le cavalier seul », vous avez commencé par informer votre Recteur, ce faisant toute la communauté universitaire.  

Vous avez donc évité à votre conférencier de tomber dans votre université comme un cheveu dans la soupe. Merci donc de m’avoir facilité la réponse à votre sollicitation et le résultat de toutes ces considérations est cette mobilisation des différentes composantes de la communauté, qui met tout le monde à l’aise !!!

Le milieu Universitaire comporte, en fait de nombreux aspects où l’on est confronté à différents secteurs, à l’intérieur, comme à l’extérieur, aussi divers et diversifiés, les uns que les autres.

Parmi ces communautés ont peut noter:

Ø Les Recteurs ou Présidents de l’Université,

Ø Les Enseignants et Chercheurs, dont certains sont également responsables administratifs, pédagogiques, des Facultés et Unités de Formation et de Recherche,

Ø Les Etudiants et

Ø Les Personnels Administratifs, Techniques et de Services.

Ø Les Alumni.

Chacune de ces composantes à sa spécificité, dans ses responsabilités, avec ses contraintes, ses particularités et son génie propre; vous devinez alors, la complexité la complexité des fonctions universitaires.

 

Il est donc nécessaire, pour faire face à l’exercice des fonctions universitaires, de posséder, de faire appel à de solides valeurs.

 

XXXXXX

 

Permettez-moi de dire un mot sur la place et le rôle de la communauté universitaire, dans l’exercice des fonctions universitaires.

En ce qui concerne l’Association des Jeunes Travailleurs de l’Université (AJTU), l’article 2 des statuts de votre Association, notamment, en son article 2 :

Ø Unir tous les jeunes travailleurs pour participer au développement de l’Université ;

Ø Soutenir tous les projets de l’Université ;

Ø Œuvrer dans le même but ; « l’excellence au service du développement ;

Ø Œuvrer à la sauvegarde de l’environnement ;

Ø Organiser  et de développer des activités culturelles et socio éducatives…

 

On constate alors, si j’ai bien compris, que, vous de l’AJTU, vous laissez de côté l’aspect syndical classique.

 

(De ce point de vue, sans être nostalgique, j’ouvre ici une parenthèse pour souligner qu’une Association peut considérablement contribuer à l’amélioration des conditions de vie de l’Institution. Je veux évoquer ici l’Association du Personnel du Personnel Africain de l’Enseignement Supérieur APAES, qui pendant longtemps a participé activement, à l’amélioration des conditions de vie de ses membres, avec des acquis significatifs, comme l’attribution de quotas dans les programmes de la Sicap et de l’OHLM, la réalisation de la Cité des enseignants de Fann résidence)).

 

Vous êtes partie intégrante de la communauté universitaire, la composante la plus jeune. Vous devez en être l’élément le mieux organisée, le plus dynamique, le plus ouvert pour donner à toute la communauté, un cadre, un espace et une ambiance de dialogue et de concertation, au sein de la communauté universitaire tout entière.

 

Cette communauté universitaire est faite de plusieurs groupes, parmi lesquels je cite les Personnels Administratifs, Techniques et de Service, les Enseignants et Chercheurs, les Responsables académiques (Directeurs des unités de formation et de recherche) et le Recteur ou Président de l’Université.

Une autre communauté est représentée par les organes délibérants et de décision. Bien que chaque groupe assume des responsabilités spécifiques, ces différents groupes constituent des ensembles d’un même attelage.

C’est cela qui constitue la particularité des fonctions universitaires.

 

Vous avez proposé, comme thème de réflexion d’aujourd’hui

« L’Ethique et la Responsabilité, dans l’exercice des fonctions universitaires ».

 

L’Ethique et la Responsabilité sont, en général, des valeurs cardinales dans tous les domaines de la vie et de l’activité de l’homme. on les retrouve aussi, dans la vie de tous les jours, dans  les relations et les comportements au quotidien.

 

Ethique et Responsabilité sont, à mes yeux, au cœur de l’exercice de responsabilités, mais avec une importance toute particulière, dans l’exercice des fonctions universitaires, en raison de la composition et de la qualité de la communauté universitaire, notamment, en matière d’analyse, de compréhension et de jugement.

 

L’Ethique est une discipline philosophique, portant sur les jugements de valeur, dont la formulation se caractérise par des énoncés normatifs, prescriptifs ou encore évaluatifs.

La démarche éthique se distingue donc de la démarche scientifique qui elle, se base sur des jugements de fait, formulés dans des énoncés descriptifs.

 

Le champ d’application de l’éthique peut s’articuler, selon son degré de généralité. Dans cette perspective, l’éthique normale ou générale, s’intéressera principalement aux concepts du bien et du bon, véhiculés dans les théories de justice sociale, que l’on retrouve entre autres, dans les doctrines utilitariste, égalitaristes, alors qu’au départ de ces théories, l’éthique appliquée, s’intéresse plus particulièrement à des applications pratiques tels que la déontologisme.

 

Dans l’éthique, il est communément question de valeurs qui sont de l’ordre de l’Être et du Bien, qui indiquent des idéaux à poursuivre,  des principes, qui donnent de grandes orientations à l’action, qui fixent des attitudes de la vie, pour rendre à chacun son dû de normes et de règles qui déterminent l’action et encadrent les actions.

Ici le mot valeur est le plus général et le plus dynamique. On peut alors considérer l’éthique comme un ensemble, rationnellement structuré de valeurs explicites, qui définissent le bien, le juste et le beau. Elle est la manière de dire comment l’individu se doit de vivre et, à partir de là, comment juger et décider.

 

A titre d’exemple dans la communauté universitaire, il y a les modalités d’admissions dans les établissements d’Enseignement Supérieur.

Ø Le recrutement des étudiants.

Dans ce domaine, un élément fondamental de la liberté académique est de laisser aux structures fondamentales de l’institution les critères et modalités d’admission des étudiants et de recrutement des personnels. En particulier, l’admission à l’Université doit être faite par des commissions d’admission, travaillant sur la base de critères transparents. Une telle démarche devrait permettre d’éviter tensions, suspicion, du fait de  manque d’information.

Une fois les listes établies, il faut les appliquer rigoureusement dans la transparence..

Ø Le recrutement des Enseignants et Chercheurs ;

Ø Le recrutement des PATS.

Ø Savoir résister aux pressions d’où qu’elles viennent. Cabinets

ministériels, toutes autres personnalités.

 

XXXXXXXXX.

 

La Responsabilité, Au sens philosophique  est l’obligation pour, pour un individu de répondre de sa conduite ou dans certains cas, de celles d’autres individus.

La responsabilité est  objective quand l’individu répond devant les hommes, d’une conduite qui est l’objet, de sanctions extérieures, mesures légales ou réactions de l’opinion.

La responsabilité est subjective quand l’individu répond de sa conduite, devant sa propre conscience et que la sanction est purement intérieure, satisfaction ou remords.

La détermination de la responsabilité s’accompagne d’une récompense ou d’une punition qui constitue la sanction même du jugement porté.

Les sanctions sont extérieures ou intérieures, selon qu’elles intéressent les rapports des hommes, entre eux en tant qu’êtres sociaux ou en tant personnes morales. Quelles que soit donc ses origines, la responsabilité a deux aspects, elle est aussi bien de nature individuelle que sociale.

 

Répondre de ses actions ou de celles des autres, ou d’en être garant ; prendre cela sous sa responsabilité.

Les différentes composantes d’une communauté universitaire ont, chacune, une responsabilité à la fois individuelle et collective. Le plus important est, pour chacune d’elles, de prendre conscience de ses responsabilités, individuelles, collectives, et de les assumer pleinement. Voila la manière de donner un sens à cette communauté dont on parle beaucoup. Force est de reconnaitre qu’elle est encore caractérisée par une juxtaposition des ses composantes alors que celles-ci  doivent vivre en symbiose. Autrement dit, dans l’exercice de l’éthique et des responsabilités dans les fonctions universitaires, les communautés universitaires doivent renforcer leur cohésion, montrant ainsi leur appartenance à une même communauté, partageant un destin commun. Elles doivent donc, comme nous y invite ce matin, l’Association des Jeunes Travailleurs de l’Université Gaston Berger, dialoguer entre elles, pour chaque fois que possible, dégager une image partagée de l’Institution. C’est dans cette prédispositions qu’il faut rechercher à bâtir l’image de la communauté, image à partager au sein de l’Institution, et à donner à l’extérieur. (Exemple les plates formes revendicatives et leurs différents volets, volet pédagogique, volet social.

 

La contribution de la communauté elle-même, à prévenir ou à rechercher des solutions aux difficultés, au sein de l’institution est fondamentale, pour trouver les bonnes solutions. Ce doit être là une responsabilité partagée, au sein de la communauté universitaire. Elle est aussi conforme à l’esprit des franchises universitaires et de la liberté académique.

 

A cet égard, les instances délibérantes (Conseil d’administration, Assemblée de l’Université, les conseils de Faculté, d’UFR ou  d’établissement), doivent, dans le cadre de leurs responsabilités, jouer pleinement leurs rôles et assumer leurs responsabilités, au lieu de tout laisser, entre les mains du Chef de l’établissement, pour ensuite s’insurger contre ses décisions.

 

Il faut même essayer d’aller plus loin. Chaque structure universitaire devrait être dotée d’une cellule, chargée de la prévention et de recherche de solution aux crises. Pour être crédible et efficace, une telle cellule doit comprendre une représentation des différentes composantes de la communauté de l’établissement. La création et le fonctionnement de telles structures, marquent un pas important, dans l’autonomie de l’Université. Cette structure doit être acceptée et respectée, du dedans comme du dehors. C’est ce respect qui lui donnera sa crédibilité, lorsqu’il faudra dialoguer avec les partenaires, en dehors de l’université, au premier rang desquels il y a le Gouvernement et les médiats. 

XXXXXXX

 

Mais avant de conclure je veux vous dire que pour prendre en compte l’Ethique et la Responsabilité, il faut aussi, il faut surtout duCourage.

 

Fort de mon expérience vécue, dans l’exercice des responsabilités dans les fonctions universitaires, au cours de plus de trente ans-30 ans, à l’EISMV dont 10 comme Directeur et 10, comme Recteur de l’UGB, j’ajoute à l’Ethique et à la  Responsabilité, le Courage.

 

Le Courage est la Fermeté de  l’esprit, qui fait que l’on affronte les périls avec intrépidité, qu’on ne laisse pas abattre par les revers et que l’on supporte, les souffrances physiques et morales, comme nous y invitent Bossuet et Racine.

 

Un grand courage se dit parfois dans un sens plus général pour, grandeur d’âme, caractère noble (élevé)  et ferme. Les grands courages ne se laissent point abattre par l’adversité

 

Le courage et la bravoure sont, essentiellement, moraux.

Le courage est une vertu constante qui se manifeste dans tous les évènements de la vie. Il est chez Platon, la seconde des trois vertus cardinales, la première étant la sagesse et la troisième étant la tempérance.

 

Sans le courage, un responsable, surtout dans le milieu universitaire, sera limité dans ses activités. En tout cas il sera tenaillé, dans ses actions qui témoigneront de son sens de l’Ethique et de sens des Responsabilités.

 

Ce qui est rassurant ici, à l’UGB, c’est la manière dont de jeunes travailleurs ont, avec toute la communauté universitaire, pris conscience de cela et entendent pleinement jouer leur partition, en nous invitant, aujourd’hui, à réfléchir sur la responsabilité et l’éthique, dans l’exercice de leur profession.

 

Les valeurs que sont l’Ethique, la Responsabilité et le Courage sont essentielles dans l’exercice des fonctions universitaires. Elles vont s’affirmer de plus en plus dans le l’évolution actuelle du monde universitaire.  

Dans le dernier numéro de « INTERNATIONAL HIGHER EDUCATION) qui vient de paraitre, notre collègue Goolam Mohamedbhai, (Ancien Vice chancelier de l’Université de Maurice et ancien Secrétaire Général de l’Association des Universités Africaines), aborde le fléau de la fraude et de la corruption, dans l’enseignement supérieur, qui se développe, aussi bien dans les pays développés que ceux en développement. Dans un examen de cette question, (notamment en Australie, en Russie, en Chine, en Inde….) il cite le cas de l’Afrique du Sud où, les autorités ont fermé 42 établissements d’enseignements fantômes, (Collèges et Universités fantômes.) qui offraient de faux programmes, sans accréditations et qui impliquaient, 3 Universités, supposées basées aux USA qui délivraient des Diplômes en 15 Jours. Il est heureux que notre pays se soit doté d’une Agence Nationale d’Assurance Qualité pour le Supérieure-ANAQ SUP. (Un Conseil scientifique à composition restreinte examine et approuve les évaluations externes des experts indépendants.

Dans ce même numéro, l’attention est attirée sur les classements des Universités, à la lumière des fraudes notées, dans le sport.

 

Dans une communication, faite cours d’une Conférence Internationale par les Nations Unies, à Tokyo, en 2000, en développant le thème, « EDUCATION POUR DEMAIN », nous écrivions : « Il ne faut pas croire que l’éducation est égale à l’instruction ou à la seule éducation formelle. Aussi pour éviter toute ambiguïté,  face aux défis du nouveau millénium, nous parlions, pour le 21eme Siècle, de Système d’éducation et de formation, en lieu et place du concept classique d’éducation ».  

 

CONCLUSION.

Pour conclure, je voudrais reprendre ici, en échos, le plaidoyer, du professeur Michèle FALISE, Recteur Emérite de l’Université de Lille, membre du Conseil d’administration de l’Association internationale des Université (AIU), sur l’université,, je cite :« composante majeure de l’enseignement supérieur, acteur responsable de la transformation sociale, pour dire, l’Université contribue à façonner et orienter l’avenir social, à court, moyen et long terme. Elle bénéficie à cet égard d’une capacité toute particulière, à la fois de l’objet de son travail et les conditions institutionnelles dont elle dispose. L’objet de son métier, c'est-à-dire la production et la diffusion de connaissance est en effet, au cœur de toute mutation. Par ailleurs, l’Université, come composante du corps social, dispose assez fréquemment, plus que d’autres, de conditions de liberté, d’aisance matérielle de capacité de critique vis-à-vis de la société, qui, avec l’Ethique favorise, à priori son potentiel contributif à la transformation ».

Je félicite et remercie l’Association des Jeunes Travailleurs et l’ensemble de la communauté universitaire de l’UGB, de m’avoir associé à cette manifestation.

 

Par-dessus tout, je remercie et félicite Monsieur le Recteur pour l’attention qu’il apporte à vos activités et qui contribuent au rayonnement de notre chère Université Gaston Berger. Je lui demande, dans toutes ses actions, de s’inspirer comme moi d’Alfred de Vigny ;

« Fais énergiquement ta longue et lourde tâche, dans la voie où le sort a voulu t’appeler,

Puis, après, comme moi, souffre et meurt sans avoir parler. »

Mercredi 23 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :