CONDAMNATION D’AÏDA DIONGUE PAR LA COUR SUPRÊME : L’Ujtl parle de «décision téléguidée»

L’Union des jeunesses travaillistes (UJTL) n’approuve pas la peine que la Cour suprême de Dakar a infligée à l’ancienne sénatrice libérale Aïda Diongue.


CONDAMNATION D’AÏDA DIONGUE PAR LA COUR SUPRÊME : L’Ujtl parle de «décision téléguidée»
La décision de la Cour suprême condamnant l’ancienne sénatrice libérale à une peine d’1 an ferme, d’une amende de 2 millions FCfa et la confiscation de tous ses biens continuent de susciter des vagues de réaction. L’Union des jeunesses travaillistes libérales (UJTL) a, à travers un communiqué, dénoncé cette décision rendue par la plus haute juridiction du pays.
«La Cour suprême a perdu toute crédibilité et confiance aux yeux des Sénégalais depuis un certain moment en voulant à chaque fois dans des dossiers à soubassements politiques satisfaire Macky Sall qui cherche désespérément et vainement un second mandat», a pesté l’instance des jeunes libéraux.
Avant d’ajouter : «Cette décision est manifestement téléguidée par Macky Sall lui-même à travers son bras armé Sidiki Kaba.» «Aida Diongue a été innocentée par la justice Sénégalaise dans un procès historique où elle a prouvé de bout en bout son innocence. Par ailleurs, elle n’a jamais été ministre, ni administrateur de crédit, encore moins Directeur. Bref, elle n’a jamais géré des deniers publics. Mais malheureusement voilà que la justice de Macky Sall préoccupée par des considérations politiciennes la condamne du simple fait de son ancrage au PDS et son dévouement à la cause d’Abdoulaye Wade et sur- tout de sa volonté non ébranlée de conduire Karim Wade au Palais en 2019.»
Ainsi, l’Ujtl dénonce ce «gangstérisme d’Etat». «Nous demandons à la justice sénégalaise de prendre son indépendance et de dire le droit au nom du peuple sénégalais et non au nom de Macky Sall.» Dans le même ordre d’idées, elle «condamne la fuite en avant des ouailles de l’APR qui continuent de promouvoir le culte de la haine et de la stigmatisation à travers leur débat malsain et irresponsable sur la double Nationalité.»
Non sans ajouter : «Il est inimaginable de tenir une élection présidentielle sans la présence du candidat Karim Wade. C’est la ligne rouge à ne pas franchir. Si Karim Wade n’est pas candidat, Macky Sall non plus ne le sera pas.»
Mercredi 24 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :