COMPETITIVITE : POURQUOI L’ÉCONOMIE SÉNÉGALAISE TARDE À DÉCOLLER ?


COMPETITIVITE : POURQUOI L’ÉCONOMIE SÉNÉGALAISE TARDE À DÉCOLLER ?
Le Sénégal est confronté depuis son indépendance à la problématique du développement économique et social et aux contraintes structurelles d’un pays anciennement colonisé. La croissance économique reste faible et nous sommes encore largement dépendants de l’aide publique au développement. Cette situation résulte de 52 années de pratiques qui n’ont jamais intégré l’impérieuse nécessité de bâtir une vision sur le long terme pour repenser le mode de création de richesses d’un pays pauvre sans ressources naturelles. Soit 52 années qui peuvent et doivent être passées en pertes et profits…   
Ce fut d’abord 40 ans de régime socialiste où la priorité consistait à reconduire le modèle d’une ‘‘économie de traite’’ au service de l’Hexagone. Le mode de fonctionnement avec des fonctionnaires bureaucratiques, centré sur ‘‘la dictature des Administrateurs civils’’, a certes permis de bâtir les fondements d’un Etat républicain mais il n’y a jamais eu l’émergence d’une vision pour positionner le Sénégal comme pays émergent. 
Puis, 12 années d’un régime, qui se disait libéral, du moins ‘‘affairiste’’, avec certes des avancées significatives en termes d’infrastructures, mais avec toujours cette absence de vision sur le long terme. Toute la stratégie était plus centrée à ‘‘gagner la prochaine élection’’. Soit 12 années, couronnées par la destruction de pans entiers de l’économie, son ‘‘informalisation’’, la floraison des agences, la désacralisation des fonctions régaliennes de l’Etat… Mais aussi, la destruction de certaines valeurs fortes qui donnaient envie de continuer à entreprendre au Sénégal. 
Et comment peut-on continuer à fermer les yeux sur l’inefficience de la Senelec qui plombe la compétitivité des entreprises ? Comment, peut-on laisser les rares secteurs qui créent de la valeur dans ce pays, otage du secteur informel ? 
Les pistes de solution pour relancer l’économie existent. Il ne faut cependant pas se faire d’illusions. Cette relance, ce n’est pas la Banque Mondiale ou le FMI qui la feront. Notre situation de pays pauvre ne nous donne pas forcément le choix, mais il faut se rendre à l’évidence que ces organisations sont composées de fonctionnaires qui, comme tous les fonctionnaires n’ont aucune obligation de résultats. Ils considèrent nos pays (ceux du sud en particuliers) comme de simples ‘laboratoires’.
Il existe plusieurs axes qui peuvent permettre de relancer certains pans de l’économie, mais cependant certains semblent prioritaires. 
  
La place des PME dans notre économie 
La priorité de la relance de l’économie sénégalaise a toujours été le soutien des ‘‘grandes entreprises’’, essentiellement à cause de leur contribution aux recettes fiscales. Des sommes colossales ont été dépensées ces 30 dernières années pour en faire des leviers de croissance de l’économie sénégalaise. Mais, la plupart des programmes ont connu des résultats assez mitigés parce que d’une part, ils n’ont pas de systèmes intégrés. D’autre part, dans la plupart des cas, ces programmes mettent en place d’énormes ressources sans en assurer l’utilisation efficiente (en termes de management. Ce qui est, somme toute, un énorme gâchis… 
La performance du secteur des PME n’est pas seulement vitale pour des raisons économiques, mais aussi une exigence rationnelle de la stabilité politique et la viabilité économique. Les PME apparaissent, aujourd’hui, comme des acteurs importants de la croissance économique. Elles constituent un levier essentiel de la lutte contre la précarité, le chômage et le sous-emploi. Il serait difficile d’enclencher une relance sans  une dynamisation des PME. 
Le financement de notre économie 
La structuration de l’offre de financement n’est simplement pas adaptée à notre économie, en dépit d’une forte tendance à l’implantation des banques, notée depuis quelques temps. Mais, force est de noter que la plupart des institutions financières sont sous le contrôle de groupes étrangers dont les ambitions et objectifs ne cadrent pas souvent avec les impératifs de développement. 
Les aspects de rentabilité  et de maîtrise des risques sont prépondérants dans l’appréciation des requêtes de financement des projets. Ce qui amène les institutions financières à souvent privilégier des financements à court terme au détriment des ceux à moyen et long terme. 
Il existe d’autres leviers à explorer comme les banques de développement ou les fonds de garantie qui sont, aujourd’hui, reconnus au niveau mondial comme de puissants catalyseurs d’investissement. Ces deux leviers complémentaires s’avèrent indispensables dans un bon dispositif de promotion des PME. 
Pour qu’elles soient viables, ces institutions doivent être bien gérées et correctement alimentées en ressources 
L’optimisation du dispositif d’appui au Secteur privé 
L’état des lieux révèle un cadre institutionnel de l’appui au Secteur privé, caractérisé par une multiplicité des documents de politique publique. En effet, il n’existe pas un document de référence avec une stratégie englobant l’ensemble des problématiques de l’appui au Secteur privé et déclinant des axes clairs et précis d’intervention autour desquels se retrouvent l’ensemble des acteurs impliqués. 
Une autre faiblesse, non moins importante, touche la gouvernance. C’est le cas pour le choix des directeurs d’agences qui relève des prérogatives exclusives de l’autorité politique qui, par décret, les nomment. Ce qui n’est pas la meilleure stratégie quand on cherche l’efficacité. Le problème de la gouvernance interpelle aussi les partenaires au développement qui jouissent, parfois, de marges de manœuvre excessives et qui ont tendance à se conformer plus à la volonté de leurs Etats qu’aux exigences et réalités locales du Sénégal. 
Les pistes de solution devraient s’articuler autour de la redéfinition du cadre institutionnel de l’appui au Secteur privé. L’Etat doit réaffirmer, sans équivoque, sa volonté politique de faire du Secteur privé, le moteur du développement économique du pays. Cela implique l’adoption d’une nouvelle Lettre de Politique sectorielle, basée sur un large consensus de tous les acteurs. Elle devrait aider à avoir une plus grande cohérence et une meilleure visibilité de l’appui au Secteur privé. 
Cette redéfinition du cadre institutionnel doit nécessairement être accompagnée par un dispositif amélioré de la gouvernance des structures d’appui, les agences en particulier. Ce nouvel dispositif doit poser des règles plus transparentes dans le choix des directeurs et cadres des structures d’appui, mais aussi instaurer un référentiel comptable et des règles de contrôle plus proches de ceux qui sont en vigueur dans les sociétés de droit privé. 
Le nouveau régime semble avoir compris les enjeux de l’agriculture, comme pilier de relance de l’économie sénégalaise. Cependant, le problème n’est pas seulement la production mais la commercialisation… Il faut un système intégré qui prenne en compte cette dimension. Des efforts importants ont été faits pour améliorer la production du riz et de l’oignon mais on bute sur l’éternel problème de la commercialisation. Notre marché intérieur semble assez étroit. C’est par un renforcement des capacités à l’export qu’on y arrivera. Cependant, mettre à la tête de la structure (ASEPEX), qui doit piloter toute la stratégie d’exportation de l’Etat du Sénégal, un pharmacien, semble décalé par rapport aux ambitions. Le bon sens doit primer sur les arrangements politiques… 
Le lancement imminent du Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP), avec la nomination de son Administrateur, semble être un signal très fort pour améliorer l’accès des PME aux financements. Il montre la volonté des nouvelles autorités de placer la problématique de la compétitivité au cœur de la stratégie de promotion et de développement des PME. Cette promotion des PME peut permettre de corriger le contraste entre l’importance numérique des PME (90% des entreprises au Sénégal) et leur niveau de contribution dans l’économie nationale, notamment dans la création d’emplois (30%), la constitution du chiffre d’affaires (25%), la valeur ajoutée nationale (20%). 
Cependant, l’accompagnement opérationnel des PME financées s’avère tout aussi important. La mise en place du FONGIS devrait être accompagnée par la création d’une nouvelle nouvelle race d’entrepreneurs responsables. Toute idée de projet doit être analysée en rapport avec sa contribution au développement économique et social. A cet effet, intégrer le FONGIP à l’ADEPME et en faire son bras financier semble plus pertinent en termes d’efficience et d’optimisation des ressources. 
  
Désamorcer la bombe sociale 
Au Sénégal, 54% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Aussi, le coefficient de dépendance ou le rapport entre l’effectif de la population d’âges généralement inactifs- soit de 15 ans et de 65 ans ou plus- et l’effectif de la population en âge de travailler entre 15-64 ans est de 86% en 2011. 
Sur le marché de l’emploi, il y a, chaque année, 200 000 nouveaux arrivants. Le Secteur privé ne permet d’offrir que 30 000 emplois par an. Alors, il subsiste donc, chaque année, quelque 170.000 demandes d’emplois résiduels à satisfaire. 
Aussi, malgré une croissance économique faible et une forte dépendance à l’aide publique au développement, il est plus qu’urgent d’anticiper sur la réduction de l’aide, bâtir une économie compétitive et désamorcer la bombe sociale qui menace notre existence en tant que nation. La compétitivité d’une économie nationale est la capacité de son secteur productif à satisfaire la demande intérieure et étrangère avec, en arrière-plan, l’objectif d’une hausse du niveau de vie des résidents du pays concerné. Nous en sommes très loin… 
Le gouvernement devra prendre, à bras-le-corps, la question de l’emploi à travers la création d’une économie compétitive, créatrice d’emplois décents, résiliente aux chocs externes. La demande d’équité est aussi très forte ainsi que la demande de gouvernance. 
Ces demandes émanant des populations ne peuvent se traduire que par une redevabilité plus accrue au niveau des politiques publiques et donc par une meilleure organisation de l’Etat pour satisfaire ces préoccupations. 
Enfin, 52 ans avec respectivement un poète, un fonctionnaire & un affairiste passés en pertes et profits, nous ne pouvons plus nous permettre un tel gâchis. 
L’état de l’économie sénégalaise au lendemain des élections présidentielles de 2012 et sa structuration ne permet pas créer 500.000 emplois encore moins une croissance de 9% à l’horizon 2017. Il faut tenir un langage de vérité aux populations & travailler sur le long terme, ce n’est pas en 5 années qu’on arrivera redresser 52 années de pilotage à vue. 
La jeunesse sénégalaise a déjà montré un certain 23 juin 2011 que rien ne sera plus comme avant. L’homme politique, qui mettra l’économie du Sénégal sur les rails, sera celui-là qui pensera à la prochaine génération. Celui-là qui bâtira une vision créatrice de richesse. Ce sera celui-là qui sera probablement sanctionné à la prochaine élection parce qu’il aura pris ‘les mesures impopulaires’ qui feront le Sénégal de demain mais il aura surtout sauvé le Sénégal d’un cahot social… comme un certain Jerry John Rawlings. 

Setal
Mardi 9 Juillet 2013




1.Posté par GODART le 09/07/2013 08:05
le pillages des ICS qui continu est une illustration.

2.Posté par GODART le 09/07/2013 08:09
le pillages des ICS par les indiens qui continu est une illustration.

3.Posté par social connexion le 09/07/2013 09:15
VOUS REVEZ PAS C'EST REEL, LES PORTES DES GRANDES UNIVERSITES ETRANGERES S'OUVRENT A VOUS.
DONC OCCASION A NE SURTOUT PAS MANQUER, SOCIAL CONNEXION CONSULTING ETANT PROCHE DE VOUS AVEC SON EQUIPE COMPETENTE VOUS AIDE A PREPARER VOTRE AVENI...R... AVEC LA PLUS GRANDE SURETE A OBTENIR VOS PREINSCRIPTIONS, TROUVER UN LOGEMENT, PREPARER VOTRE SEJOUR DANS LES MEILLEURES CONDITIONS, SOCIAL CONNEXION CONSULTING VOUS PROPOSE SES SERVICES POUR LES BACHELIERS ET ETUDIANTS SOUHAITANT POURSUIVRE LEURS ETUDES A L'ETRANGER.
NOUS VOUS PROPOSONS NOS SERVICES AVEC NOS PARTENAIRES PRESENTS UN PEU PARTOUT DANS LE MONDE A SAVOIR: FRANCE, CANADA , ETAT UNIS, SUISSE, ANGLETERRE, ALLEMAGNE, AUTRICHE, ARGENTINE, AUSTRALIE, ROUMANIE, POLOGNE, MAROC , CHYPRE, UKRAINE, PORTUGAL, TUNISIE, ALGERIE, ESPAGNE, ITALIE, BRESIL, BULGARIE, INDE, AFRIQUE DU SUD, JAPON, DUBAI....

N'ÉXITEZ PAS À NOUS CONTACTER.
SKYPE: SOCIAL CONNEXION.
77 796 57 77 / 70 600 18 81 / 33 824 58 06.

4.Posté par gor12 le 09/07/2013 10:31
Rien de nouveau tout est dans le fruit la corruption plus de 1000 milliards voles par les agents de l'etats et de l'administration décentralisée

5.Posté par christian le 29/09/2013 14:13
bonjour
on pourra parler du décollage de l'économie sénégalaise lors ce que l'on aura jugulée la corruption à tous les étages !!!
on en reparle dans ?? ans.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016