COLONEL MALICK CISSÉ, ANCIEN HOMME DE L’OMBRE DE WADE : «Idy s’était effectivement engagé à rembourser, dans un premier temps, 21 milliards en trois tranches de 7»

Durant plusieurs années, le colonel Malick Cissé a «géré» des missions de l’ombre pour Me Abdoulaye Wade. On se souvient encore de son rôle dans le rapprochement entre l’ancien Président de la République et Idrissa Seck à la suite de leurs bisbilles. Aujourd’hui, il brise le silence après Mes Ousmane Sèye et Nafissatou Diop. En exclusivité pour Libération, le colonel Malick Cissé revient sur les coulisses du protocole de Rebeuss dont il dit détenir une copie et fait des révélations explosives. Nous reproduisons ses propos in extenso.


COLONEL MALICK CISSÉ, ANCIEN HOMME DE L’OMBRE DE WADE : «Idy s’était effectivement engagé à rembourser, dans un premier temps, 21 milliards en trois tranches de 7»
«Je ne sais pas si c’est un protocole, un engagement, un traité ou un deal. Appelez-le comme vous voulez mais ce document financier existe bel et bien. Je suis témoin et acteur et c’était dans la soirée du 22 décembre 2005 à 22 heures que tout a été déroulé. Dans les moments de doute, d’interrogation et de débats, le devoir me donne le droit à la parole pour éclairer l’opinion nationale et internationale sous le contrôle de Me Abdoulaye Wade, ancien Président de la République au moment des faits et maître de la Real politik. Je voulais d’abord préciser que je ne suis ni un mercenaire comme m’a qualifié Yankhoba Diattara ni l’homme des sales besoins de Wade.» 
«Pour revenir à cette fameuse nuit du compromis, je rappelle d’abord que Me Wade était tout malheureux de voir Monsieur Idrissa Seck en prison. Et il ne cessait de nous répéter, à chaque fois qu’il parlait de lui : ‘’Je ne comprends pas ce qui lui arrive, mais l’argent et le pouvoir rendent fou’’. Allons à l’essentiel. Après cette fameuse soirée du 22 durant laquelle il y’a eu beaucoup de tractations de part et d’autres - j’y reviendrai peut-être un jour - des instructions ont été données le 29 décembre 2005, pour que le problème financier entre Wade et Idrissa Seck soit réglé d’une autre façon que la prison. Il a été décidé sur nos conseils d’utiliser d’autres stratégies.»
«Je me souviens que lorsque les deux parties sont tombées d’accord sur les modalités de remboursement, Me Ousmane Sèye et Me Nafissatou Diop sont arrivés dans les appartements du Président Wade, plus précisément dans l’anti chambre où il aimait travailler. Ils lui ont présenté deux documents avec des propositions financières. A un moment, le téléphone a sonné et c’était le Président malgache qui était au bout du fil. Wade leur a demandé de sortir de la pièce en attendant qu’il discute avec son homologue. Il en a profité pour faire des copies des documents avant de remettre les originaux à leur place. Je me souviens, Wade m’a dit textuellement : ‘’à malin, malin et demi’’.
C’est d’ailleurs un de ces documents qu’il avait brandi lors de sa conférence de presse. Dans un des documents, Idrissa Seck s’est effectivement engagé à rembourser des montants. Me Ousmane Sèye a raison puisqu’il s’est engagé à rembourser, dans un premier temps, 21 milliards de FCfa, payables en trois tranches de 7 milliards de FCfa. Cet argent était principalement destiné à financer la campagne électorale. Me Wade m’a remis copie de ce document. C’est pour vous dire que Idrissa Seck a bel et bien pris des engagements financiers et j’y reviendrai en détails.» 
Jeudi 14 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :