CARTE D’IDENTITE BIOMETRIQUE : Dans quelle condition le marché de 50 milliards a été confié aux Malaisiens Iris épinglés en 2011 par la Cour des Comptes ?


Le Chef de l’Etat Macky Sall vient de lancer les cartes nationales d’identité biométrique de la CEDEAO. Une belle initiative que nous saluons puisqu’elle symbolise l’intégration sous régionale des peuples.

Toutefois, ce marché est confié à la société malaisienne IRIS Corporation Berhad basée à Kuala Lumpur (Malaysia) pour la confection de 10 millions nouvelles pièces d’identification biométriques pour un coût global de 50  milliards de francs Cfa. Le paiement de cette somme sera échelonné sur 5 ans en raison d’environ 9 milliards 825 millions francs Cfa par an. C’est le Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO qui aurait approuvé le marché le 27 mai 2016. Nous voulons savoir dans quelle condition ce marché a été attribué aux malaisiens ? Dans un souci de transparence, nous invitons le Gouvernement à publier le contrat le liant à cette entreprise malaisienne. Quelles sont les entreprises soumissionnaires concurrentes et leurs offres respectives ? Et pourquoi vendre la carte après un délai de 06 mois ? Qui sera le bénéficiaire des recettes de cette vente ?

En plus, en confiant ce marché a une entreprise étrangère, l’Etat confie une partie de sa souveraineté à la Malaisie, car l’ensemble des données personnelles des citoyens seront gérées par des étrangers. Alors, quelles sont les dispositions prises par le Gouvernement pour sécuriser les données personnelles des citoyens ?

Pour rappel, cette entreprise a été épinglée par la Cour des Comptes dans son rapport publié en 2011. L'Etat sénégalais avait payé, de 2004 à 2007, un montant annuel de 5,9 milliards de francs cfa alors que la valeur des passeports produits chaque année équivaut en moyenne à 1,2 milliard de francs cfa selon la Cour des comptes. Le Sénégal avait aussi subi un manque à gagner dû au fait que le nombre de passeports à fabriquer par an n'a jamais été atteint. Pourquoi  alors remettre à cette même entreprise ce marché de 50 milliards de FCFA ? Qui se cache derrière Iris ?
Mardi 4 Octobre 2016
Dakaractu




1.Posté par john doe le 04/10/2016 21:49
Cadre de concertation et d’échange pour la défense des intérêts Dakar, le 02/10 2016/
De Ouakam
Tel : 77 578 39 15

A Monsieur le Premier Ministre de la République du Sénégal
Objet : Demande d’annulation de baux pas encore signées
Monsieur le premier ministre,
Nous venons par cette présente vous informer d’un litige foncier entre la population de Ouakam et le sieur cheikh Thiam qui bénéficie de la complicité du maire de la commune de Ouakam monsieur samba Bathily Diallo sur le titre foncier 1306/DG sis au batrain.
En comptant sur votre éminente autorité nous vous demandons solennellement de ne pas signer les demandes de baux déposées auprès de vos services.
En effet monsieur le premier ministre, le cadre évoque plusieurs raisons pour la non signature de ces baux.
Par délibération portant création d’équipements marchands, le conseil municipal en sa séance du 26 mars 2010 avait autorisé la création d’équipements marchands sur le même site.
L’équipe municipale ayant signé un Protocole avec le sieur Cheikh Thiam pour un partenariat public-privé pour la création d’un marché sur le site, ce qui avait permis au sieur Cheikh Thiam de commencer à construire le marché jusqu’au 1 er étage.
Le marché ayant accusé un retard dans sa livraison et avec la mise en place d’une autre équipe municipale, le suivi de ce protocole revenait de droit et incombait à cette nouvelle équipe.
Malheureusement, il a été constaté la destruction de ce qui a été déjà réalisé sans l’accord du conseil municipal actuel, et le démarrage de nouveaux travaux à usage d’habitations sur ledit site.
Ainsi le sieur Pape Samba Diop ayant commencé ses travaux, nous a notifié qu’il a déjà déposé une demande de bail sur le site dans la date du / 01/10/2016/
La population est aujourd’hui dans le désarroi le plus total et des voix s’élèvent contre tout détournement de l’objet et du bien communal à des fins purement privées.
Un morcellement de 08 parcelles de 200m2 est fait sur ce site.
Des correspondances ont déjà été déposées à la commune de Ouakam avec ampliation
- à la primature- Descos-et la sous-préfecture des Almadies une autre correspondance a été déposé à la sous-préfecture pour avoir une copie dudit document et du protocole d’accord.
- Copies jointes
Comptant sur votre autorité et votre sens de l’équité nous espérons que la population ouakamoise obtiendra gain de cause et pourra bénéficier sereinement de ses terres afin de pouvoir réaliser ses projets socio-culturel et éducatifs et ainsi jouir pleinement d’un bon cadre de vie favorable à l’érection d’une école, mosquée, centre de santé, marché ou d’un espace vert
Vous souhaitant bonne réception de ce courrier, nous vous prions d’agréer monsieur le premier ministre l’expression de nos salutations les plus respectueux.



Le coordonnateur

2.Posté par john doe le 04/10/2016 21:49
Cadre de concertation et d’échange pour la défense des intérêts Dakar, le 02/10 2016/
De Ouakam
Tel : 77 578 39 15

A Monsieur le Premier Ministre de la République du Sénégal
Objet : Demande d’annulation de baux pas encore signées
Monsieur le premier ministre,
Nous venons par cette présente vous informer d’un litige foncier entre la population de Ouakam et le sieur cheikh Thiam qui bénéficie de la complicité du maire de la commune de Ouakam monsieur samba Bathily Diallo sur le titre foncier 1306/DG sis au batrain.
En comptant sur votre éminente autorité nous vous demandons solennellement de ne pas signer les demandes de baux déposées auprès de vos services.
En effet monsieur le premier ministre, le cadre évoque plusieurs raisons pour la non signature de ces baux.
Par délibération portant création d’équipements marchands, le conseil municipal en sa séance du 26 mars 2010 avait autorisé la création d’équipements marchands sur le même site.
L’équipe municipale ayant signé un Protocole avec le sieur Cheikh Thiam pour un partenariat public-privé pour la création d’un marché sur le site, ce qui avait permis au sieur Cheikh Thiam de commencer à construire le marché jusqu’au 1 er étage.
Le marché ayant accusé un retard dans sa livraison et avec la mise en place d’une autre équipe municipale, le suivi de ce protocole revenait de droit et incombait à cette nouvelle équipe.
Malheureusement, il a été constaté la destruction de ce qui a été déjà réalisé sans l’accord du conseil municipal actuel, et le démarrage de nouveaux travaux à usage d’habitations sur ledit site.
Ainsi le sieur Pape Samba Diop ayant commencé ses travaux, nous a notifié qu’il a déjà déposé une demande de bail sur le site dans la date du / 01/10/2016/
La population est aujourd’hui dans le désarroi le plus total et des voix s’élèvent contre tout détournement de l’objet et du bien communal à des fins purement privées.
Un morcellement de 08 parcelles de 200m2 est fait sur ce site.
Des correspondances ont déjà été déposées à la commune de Ouakam avec ampliation
- à la primature- Descos-et la sous-préfecture des Almadies une autre correspondance a été déposé à la sous-préfecture pour avoir une copie dudit document et du protocole d’accord.
- Copies jointes
Comptant sur votre autorité et votre sens de l’équité nous espérons que la population ouakamoise obtiendra gain de cause et pourra bénéficier sereinement de ses terres afin de pouvoir réaliser ses projets socio-culturel et éducatifs et ainsi jouir pleinement d’un bon cadre de vie favorable à l’érection d’une école, mosquée, centre de santé, marché ou d’un espace vert
Vous souhaitant bonne réception de ce courrier, nous vous prions d’agréer monsieur le premier ministre l’expression de nos salutations les plus respectueux.



Le coordonnateur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :