C R E I : Le Procureur Ndao au banc des accusés/un magistrat en clair-obscur


C R E I : Le Procureur Ndao au banc des accusés/un magistrat en clair-obscur
Choix ne pouvait être plus désastreux que celui de Alioune Ndao comme procureur de la cour de répression de l’enrichissement illicite (C R E I). Dés sa première sortie, au cours d’une conférence de presse qu’il porte déjà comme un boulet, NDAO le surexcité a fait des déclarations tonitruantes qui hantent depuis lors ses sommeils. Quid des 694 milliards de fcfa attribués à Karim Wade ?

Même si la somme (revue considérablement à la baisse) de 117 milliards est importante; le mal du discrédit est déjà fait. La différence de chiffres est vertigineuse. Elle installe le doute et oblige à se poser des questions sur le sérieux, la rigueur, la compétence et l’équilibre qui doivent être des impératifs catégoriques pour toute action crédible de justice. Et la nouvelle fuite en avant du procureur NDAO dans ses accusations fantaisistes contre Abdoulaye BALDE ont fini de ruiner complètement son image.

Comment évaluer le prix d’une maison sans jamais y avoir envoyer des experts pour faire le travail ? Comment justifier le cumul des biens d’un couple marié sous le régime de la séparation des biens ? Pourquoi d’ailleurs remettre au goût du jour le cas Baldé maintenant, après son triomphe aux élections locales ? Veux-t-on remettre en cause le suffrage librement exprimé des Casamançais ?

Si l’incompétence de NDAO est avérée comme l’apparition subreptice de son adjoint Antoine Diome semble le prouver du reste, les zigs-zags qui caractérisent son action sont symptomatiques d’une manipulation. De qui est-il le bras armé ? La justice véritable est aussi recherche de l’équilibre. Le symbole de la balance est édifiant à cet égard. Mais NDAO, ancien policier dont le mérite est à saluer car il a poursuivi ses études pour gravir les échelons, d’une façon ou d’une autre, n’a pas cependant effectué une brillante carrière. Loin s’en faut. Dans la région de Tambacounda où il a servi comme procureur, il n’a pas laissé des souvenirs glorieux. D’ailleurs, au cours d’un CRD (comité régional de développement) mémorable, un notable avait demandé publiquement qu’il soit relevé de ses fonctions et affecté ailleurs.

Les éleveurs confrontés aux voleurs de bétail n’ont pas versé de larmes lorsque l’heure de son départ a sonné. Faut-il rappeler que c’était du temps où Mame Madior Boye était Premier ministre du Président Wade et que ce fut à la suite de l’envoi d’une mission d’enquête à Tamba. Ensuit le procureur NDAO était retourné à l’anonymat jusqu’à la réactivation de la C R E I.C’est peut-être ce retour à la lumière aveuglante qui lui a causé des coups de chaleur. Le procureur –vedette a fait un vrai show devant les caméras pour une première sortie calamiteuse. Aujourd’hui l’action de la C R E I est plombée.

Les choses ont trop duré et le doute a gagné les esprits. Même les plus farouches défenseurs de la nécessité de la reddition des comptes sont gênés aux entournures. Ce qui est troublant; c’est le caractère inquisitoire et discriminatoire de la C R E I qu’accentue la personnalité controversée du procureur NDAO. Manifestement il y a eu erreur de casting; ou alors cela a été fait à dessein. Antoine Diome aurait été une figure plus consensuelle et crédible car lui, au moins, sa compétence, au vu de ses interventions, semble réelle.

Quant à NDAO, il pose problème; et c’est là où le bât blesse. Sans oublier sa carrière et ses aspérités et surtout l’image négative qu’il renvoie. Il a donc intérêt à se concentrer sur le procès Karim Wade qui est en cours et se pencher sérieusement sur les réponses détaillées de BALDE, un document de 1000 pages qui témoigne du sérieux et de la volonté d’éclairer l’opinion et la lanterne de la cour de l’édile de Ziguinchor qui est, soit dit en passant docteur en droit. Les 5 milliards attribués à BALDE sont une fiction et il le démontre rigoureusement. La C R E I se recrédibiliserait un tant soit peu en acquittant purement et simplement BALDE sur la base des réponses pertinentes apportées et qui sont étayées par des preuves irréfutables. Ainsi elle (la C R E I) montrerait qu’elle n’est pas le bras armé d’une justice politique de vengeance et de vendetta. Qu’elle refuse de devenir un tribunal de l’inquisition; et qu’elle a pour seul souci de défendre les intérêts légitimes du peuple sénégalais. Les menaces et les arrestations intempestives sont contre-productives sur tous les plans aussi bien judiciaires que social. Pourquoi soulever la « FITNA » en Casamance où la situation est déjà catastrophique depuis plus de 30 ans ? On peut penser qu’elle sera explosive à la moindre dérive assimilée à une parodie de justice.
Ousmane DIEME, Paris 20ème.



Samedi 16 Août 2014
Dakaractu




1.Posté par Deg deg le 16/08/2014 19:21
Arretez votre bavardage Mr Dieme. Le procureur Ndao est bien l'homme qu'il faut a la place qu'il faut. C'est trop facile que des gens volent des milliards comme ca et qu'il n'y ai aucune suite. Au nom de quoi ? qu'ils ns rendent nos sous et c'est ce a quoi la CREI est entrain de s'occuper. Wa Salam

2.Posté par Cato le 16/08/2014 19:38
Resume des lamentations de Dieme: n'emprisonnez pas Balde, sinon vous ne serez pas credible, sinon le MFDC va se soulever, patati-patata.
Dieme a deja "blanchi" son gars, alors circulons y'a rien a voir.

Cato

3.Posté par Smoothuk le 16/08/2014 21:13
Ah Cato, toi aussi, tu as telement raison :)

4.Posté par vérité le 16/08/2014 23:55
Le Procureur spécial Alioune Ndao de la CREI nouveau spécialiste de la Santé.


L'information est à ranger dans les annales de l'histoire de la Médecine au Sénégal. En effet, la presse a annoncé que : "M. Alioune Ndao, Procureur spécial près la CREI, assisté de son Greffier Me El Hadj Macky Barro, se transportera ce jeudi 14 août au Service de Cardiologie du CHU Aristide Le Dantec et au service d'urologie de l'hôpital général de Grand Yoff, accompagné des conseils du requérant (Bibo Bourgi)".
La presse a précisé : "cette inspection de la CREI dans les hôpitaux pré-cités viserait à voir si les plateaux techniques de ces deux infrastructures sanitaires sont en mesure de recevoir le prévenu Bibo Bourgi. Une réponse négative devrait normalement permettre une évacuation à l'étranger de l'accusé Bibo Bourgi vers des plateaux plus relevés".
Mais de quelle expertise le Procureur spécial Alioune Ndao et son Greffier disposent-ils pour oser prendre l'initiative d'inspecter des plateaux techniques médicaux ? La démarche de M. Ndao est d'autant plus surprenante que les médias citant les conseils de Bibo Bourgi, écrivaient que "le médecin-colonel Serigne Maguèye Guèye, chirurgien urologue, et le Dr. Ousmane Dièye, cardiologue, commis par la fameuse CREI, avaient conclu dans un rapport : "M. Bibo Bourgi est effectivement atteint d'une grave affection cardiaque et d'une grave affection rénale et son état de santé nécessite une évacuation sanitaire urgente en France".
A moins que ces deux médecins réputés n'aient pas été commis par la CREI, il est incompréhensible que suite à une telle conclusion, Monsieur le Procureur spécial Ndao, enfile sa blouse blanche pour inspecter les plateaux techniques des hôpitaux de Dakar.
Les médecins Serigne Maguèye Guèye et Ousmane Dièye sont réputés pour les expertise et leur professionnalisme. Ils n'auraient jamais recommandé l'évacuation de Bibo Bourgi s'ils pensaient une seule seconde que le plateau d'une structure médicale privée ou publique du Sénégal était en mesure d'accueillir et de permettre le traitement rigoureux du malade que gère la CREI. Si comme le disent les conseils de Bibo Bourgi, ces deux professionnels ont effectivement souligné dans un rapport, l'urgence de l'évacuer à l'étranger , l'inspection de Monsieur le procureur spécial Ndao est totalement irresponsable et déplacée. C'est un excès de zèle qui n'a pas sa place dans un dossier aussi sérieux que la santé d'un malade fut-il le pire criminel économique de l'histoire du Sénégal.
Les magistrats sont très jaloux de leur droit absolu de dire le droit. C'est leur droit. Ils n'acceptent pas que leurs décisions soient commentées. De quel droit un Procureur fut-il spécial devrait-il effectuer une inspection de plateaux techniques médicaux pour vérifier la pertinence des recommandations de médecins indépendants ? Que sait-il de ce qui fait la qualité d'un plateau technique ? Nous aurions compris que M. Ndao s'attachent les services d'autres médecins pour inspecter et vérifier les conclusions des experts Guèye et Dièye. La démarche de M. Ndao est une faute professionnelle inacceptable. Pour sa crédibilité, l'Ordre des médecins du Sénégal doit dès à présent prendre ses responsabilités et analyser objectivement le rapport des docteurs Dièye et Guèye. Si ce rapport est jugé professionnel, l'Ordre des médecins devrait sans hésiter dénoncer la démarche du Procureur spécial Alioune Ndao. Les médecins méritent autant le respect qu'un Procureur... Bibo Bourgi est entre les mains de Ndao, les médecins doivent éviter d'être instrumentalisés dans cette série qui risque d'aboutir à mort d'homme si un magistrats spécial se prend pour un spécialiste de la santé...

5.Posté par babacar le 17/08/2014 04:55
il n'ya pas de doute sur le fait que le procureur ndao est à la solde de l'exécutif .Je fus l'un de ses victimes à travers un procès en appel à la premiere chambre de la C.A. Et d'ailleurs je me pose la question de savoir comment se fait il que nos journalistes n'ont pas pu faire de rapprochement sur sa nomination à ce poste et celle de son adjoint qui sans nul doute est à la solde de Abdoulaye SYLLA (Administrateur provisoire de AHS) .Ce dernier connu de tous est un MACKY BOY qui n'a jamais pu etre condamné malgrés ses cas avérés de détournements, de fraudes et d'avis de conviance( ORYX, AC;.AMSA ET autres).Je peux vous assurer que sa nomination a été faite sur proposition de SYLLA. Cela peut sembler irréaliste mais pour moi il démontre encore une fois la faiblesse de notre macky sall national et de la légéreté dont nos institutions sont managées par des gens qui sont intéressés que par le gain .Ce jeune SYLLA dont je vous parle est officiellement sans poste ni nomminationau sein de l'appareil étatique mais je vous assure qu'il est au coeur l'état et y joue un role propondérant pour les intérets exclusifs du couple présidentiel. Sans le paraitre c'est vers lui que beaucoup d'hommes d'affaires nationaux comme étrangers passent pour trouver place au soleil dans tious les micmacs économiques et juridiques.



Dans la même rubrique :