Burkini : les ventes explosent depuis la polémique

Interrogée par Europe 1, la créatrice du burkini annonce que, ces dernières semaines, le vêtement contesté s'écoule très bien en France.


Burkini : les ventes explosent depuis la polémique
Alors qu'août attaque sa dernière quinzaine, que les plages sont encore bondées, le débat français s'est focalisé depuis quelques jours sur le burkini. Cette sorte de "burqa des mers" crée la polémique dès le début du mois lorsque l'on apprend qu'un parc aquatique du côté de Marseille a été privatisé pour permettre à des femmes qui le portent de se baigner en toute tranquillité. Certaines municipalités ont décidé d'interdire ce vêtement sur leurs plages, suscitant un débat vif au sein de la classe politique. Mais loin d'affaiblir le burkini, ces polémiques lui profitent. Interrogée par Europe 1, la créatrice annonce que les ventes explosent !
"C'est juste un maillot de bain"

"On a eu une augmentation des ventes en France depuis plusieurs semaines, entre 35 à 40 %, se réjouit Aheda Zanetti, une Australienne d'origine libanaise. Ces femmes vont continuer à acheter le burkini et peu importe qu'elles aillent nager en France, en Espagne, en Suisse ou ailleurs… Personne ne pourra les arrêter de faire ce qu'elles veulent." Zanetti défend bec et ongles sa création, qui fête son douzième anniversaire. "Ces femmes, quelle que soit d'ailleurs leur religion, peuvent continuer à être actives et aller sur la plage. Je ne comprends pas, c'est juste un maillot de bain ! Cela ne fait de mal personne ! Le burkini ne discrimine personne", affirme-t-elle. Elle ne comprend d'ailleurs pas qu'on puisse arrêter ou verbaliser des femmes pour ce motif. Pour elle, cette politique aurait un effet contraire : "Ces femmes vont aller passer leurs vacances ailleurs qu'en France, en Espagne… ou alors en Australie, nous, nous accueillons tout le monde ici !"
Aheda Zanetti raconte à nos confrères d'Europe 1 que si ce produit a été à l'origine créé pour les femmes musulmanes, 30 % de sa clientèle ne serait pas issue de cette communauté. "Cela peut-être des femmes juives, des mormones, des chrétiennes, des hindoues… ou même des femmes qui veulent protéger leur corps du soleil", commente-t-elle, vantant un vêtement qui permet aux femmes de ne pas être privées d'activité physique.
Jeudi 18 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :