Burkina : la vengeance est un plat qui se mange chaud

Ragaillardis par l'échec du coup d'État, les dirigeants de la transition se sont appliqués à faire payer au RSP et à l'ancien parti de Compaoré, lui aussi tenu pour responsable, leur outrecuidance. Et ça n'a pas traîné.


Burkina : la vengeance est un plat qui se mange chaud

C’est donc cela, Naaba Koom, ce camp militaire « que tout le monde connaît mais que personne n’a jamais vu », de l’aveu même du président de la transition, Michel Kafando. C’est vaste, très vaste. Et bien doté, bien mieux en tout cas que les autres garnisons du pays. On y trouve un centre de soins moderne, des cuves de carburant en libre-service et des armes à faire saliver un état-major au complet. Kafando, qui a vécu pendant près de dix mois juste à côté, dans le palais présidentiel de Kosyam (seuls deux murs et une langue de bitume de 4 mètres séparent les deux enceintes), a reconnu, le 30 septembre, qu’il n’y était jamais venu jusqu’à ce jour. La veille, les « loyalistes », soldats de l’armée et gendarmes réunis, en avaient pris le contrôle après quelques coups de semonce qui avaient fait fuir les derniers éléments du régiment de sécurité présidentielle (RSP) .

Avec cette « prise », le fief des putschistes, qui s’étaient emparés du pouvoir le 17 septembre  avant de le rendre six jours plus tard, est tombé. Naaba Koom, c’était l’un des derniers bastions de l’ère Compaoré. Un de ses symboles les plus significatifs, comme l’était le général Gilbert Diendéré, le chef des mutins, qui s’est réfugié dans une enclave diplomatique des environs lorsqu’il a compris que la partie était finie, avant d’être finalement arrêté le 1er octobre. À présent, « le nouveau Burkina est en marche », a proclamé Kafando, à l’évidence ragaillardi, au milieu de ses « boys » en treillis, sur la place d’armes de Naaba Koom. La vengeance, pour les hommes de la transition, est un plat qui se mange chaud.

Zida, Kafando et Sy : en finir avec le RSP

Dès leur retour au pouvoir, le 23 septembre, les trois têtes du régime issu de l’insurrection d’octobre 2014 n’ont eu qu’une idée en tête : en finir une fois pour toutes avec le RSP. Pour Cherif Sy, le président du Conseil national de transition (CNT), qui a assuré l’intérim de Kafando pendant le putsch, c’est une évidence depuis plusieurs années. Ce fils d’officier émérite, de fait bien introduit chez les « milis », l’avait d’ailleurs affirmé lors de son audition pour prendre la présidence du CNT.

STR/AFP

Pour Yacouba Isaac Zida  aussi, cela coule de source. Dès sa nomination à la primature, en novembre 2014, le lieutenant-colonel, qui a fait toute sa carrière au sein du RSP et qui la doit en grande partie à Gilbert Diendéré, a eu trois obsessions que ses interlocuteurs ont du mal à expliquer, sinon par une ambition démesurée : obtenir le départ des forces spéciales françaises, se débarrasser des quatre seuls généraux que compte le pays (Gilbert Diendéré, Djibrill Bassolé, Nabéré Honoré Traoré, l’ancien chef d’état-major mis au placard depuis la chute de Compaoré, et l’actuel chef d’état-major, Pingrenoma Zagré) et avoir le scalp du RSP.

Dans son entourage, on admet qu’il avait compris dès le début que ses anciens patrons, le général Diendéré et le colonel Kéré, n’accepteraient pas d’être sous ses ordres. « Chez les militaires, un supérieur reste un supérieur. La menace ne venait pas tant du RSP en lui-même, mais des individus qui sont à sa tête. » Zida avait donc dans l’idée de reformater le régiment, et surtout de faire assurer la sécurité du président par une sorte de garde républicaine composée d’hommes venant de plusieurs corps.

Comme tant d’autres, Kafando a cru Diendéré quand il lui disait que Zida avait un agenda caché, souffle-t-on dans l’entourage du Premier ministre

Kafando, lui, était moins radical. Tout au long de la transition, l’ancien diplomate a joué de son statut pour calmer les ardeurs des uns et des autres. Il s’est même transformé en médiateur lorsque la guerre entre Zida et le RSP s’est déclarée, dès le mois de décembre 2014. « Diendéré lui a retourné la tête, souffle-t-on dans l’entourage de Zida. Comme tant d’autres, Kafando a cru Diendéré quand il lui disait que Zida avait un agenda caché. » Mais le coup d’État du RSP lui a fait revoir sa copie. Dès son exfiltration par les forces spéciales françaises, le 21 septembre, il s’est rangé à l’avis de Sy et de Zida.

Sy, lors de son « intérim » clandestin, a dissous le RSP. En Conseil des ministres, le 25 septembre, le gouvernement a entériné sa décision à la grande surprise des chancelleries, qui n’en ont pas été informées, et des hommes du RSP eux-mêmes, qui avaient accepté un cantonnement lors de l’accord de sortie de crise passé devant le Mogho Naba, le roi des Mossis, mais pas leur désarmement ni leur dissolution. « On nous a trompés, protestait un de leurs chefs les jours suivants. Jamais nous n’avons signé pour acter notre disparition. Nous pensions que cette question relèverait des autorités issues de la prochaine élection ! » « Personne n’aurait compris que nous ne prenions pas cette décision », rétorque Sy.

La chasse aux ex-putschistes

La transition a irrité la communauté internationale, qui prônait plus de dialogue. Elle a braqué les éléments du RSP, ce qui a paralysé le processus de désarmement et a obligé l’armée à lancer l’assaut sur Naaba Koom. Mais Sy, Zida et Kafando n’en ont que faire. Depuis leur retour à la liberté, ce sont des généraux en guerre qui – ils le savent – ont le soutien du peuple, excédé par les « caprices » du RSP. Les jours suivants, ils poussent leur avantage. « Leur objectif est clair : démonter ce qu’il reste des forces de l’ancien régime », glisse un ministre. Ils annoncent la création d’une commission d’enquête sur les infractions commises lors du putsch (le bilan officiel fait état de 11 morts et de près de 300 blessés), placée sous la tutelle… du Premier ministre, l’homme que les putschistes s’étaient juré de faire tomber. Le gouvernement se lance en outre dans une guerre de communication avec les ex-putschistes, allant jusqu’à leur prêter des liens avec « des forces étrangères » et même des « groupes jihadistes »  (un abus de langage pour évoquer des mouvements armés de la sous-région). « Des contes pour enfants », estime un diplomate.

J.A.

De son côté, le parquet indique avoir procédé au gel provisoire des avoirs de quatorze personnalités et de quatre partis politiques suspectés d’avoir commandité ou soutenu financièrement le putsch. Curieusement, cette mesure punitive ne touche que trois militaires, dont le général Diendéré, et concerne de nombreux hommes politiques, dont plusieurs barons de l’ancien régime. Il y a là des caciques du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de Blaise Compaoré qui sort en lambeaux de cette épreuve, et Djibrill Bassolé, son ancien ministre des Affaires étrangères.

Une telle liste laisse songeurs les diplomates. « On ne sait rien de ce qu’on leur reproche, glisse l’un d’eux. On a l’impression qu’ils veulent se débarrasser de tous ceux qui les dérangent. » Y figurent également quatre partis, dont le CDP et la Nouvelle Alliance du Faso (Nafa), le parti fondé par Bassolé il y a quelques mois. L’objectif est clair – c’est un dirigeant de la transition qui le résume : « On voit mal comment des partis qui ont soutenu un coup d’État pourraient participer à des élections »… De fait, l’inclusion mise en avant par Diendéré lors du putsch et défendue par le CDP n’est aujourd’hui plus d’actualité.

Zida, qui s’est attiré les bonnes grâces de plusieurs influentes organisations de la société civile, se verrait bien président un jour

« En faisant ce coup d’État, les hommes du RSP se sont tiré deux balles dans le pied, constate un membre influent de la société civile. Un : ils ont précipité leur dissolution. Deux : ils ont renforcé leurs principaux adversaires. » Aujourd’hui, la ligne radicale de Sy et de Zida l’a très clairement emporté. Les deux hommes ne cherchent pas forcément la même chose, mais ils ont la même conception de la transition : sa mission, pensent-ils, n’est pas seulement d’organiser des élections, mais plus encore de faire disparaître toute trace de l’ancien régime. Et, tant qu’à faire, de servir leurs propres ambitions.

Faut-il y voir un agenda caché ? Voilà plusieurs mois que les rumeurs, mais aussi quelques diplomates, prêtent à Zida, ainsi qu’à son bras droit, Denise Auguste Barry, son ancien ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité dont le RSP avait obtenu la démission en juillet, des intentions inavouables. Ils joueraient le jeu du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) de Roch Marc Christian Kaboré  et Salif Diallo, entend-on. Ils ne seraient pas contre une prolongation de la transition, et Zida, qui s’est attiré les bonnes grâces de plusieurs influentes organisations de la société civile, se verrait bien président un jour. Son entourage nie timidement, avec la pieuse rhétorique qui fait sa curiosité : « Dieu a voulu que Zida soit Premier ministre. C’est à Dieu de décider s’il aura une autre position plus tard, ou pas. »


Qui a parlé de frères d’armes ?

Menacé de dissolution depuis des mois, le régiment de sécurité présidentielle (RSP) a définitivement réglé son sort en tentant un éphémère coup d’État contre le régime de transition. Ce faisant, il a aussi mis fin à une vieille rivalité interne à l’armée burkinabè, qui s’est soldée, le 29 septembre, à Ouagadougou, par l’assaut de plusieurs unités militaires sur le camp Naaba Koom, fief de la garde présidentielle, pour contraindre les derniers putschistes à déposer les armes.

Créé en 1995 par Blaise Compaoré, le RSP était l’unité d’élite des forces armées nationales. Fort de 1 300 hommes surentraînés et suréquipés (soit 10 % des effectifs de la grande muette), il était une véritable « armée dans l’armée ». Accusé d’avoir commis les basses œuvres de l’ancien régime (plusieurs de ses membres ont été cités dans les enquêtes sur les assassinats de David Ouédraogo et de Norbert Zongo), il inspirait la méfiance, mais aussi une pointe de jalousie dans les autres corps. Sa chaîne de commandement parallèle, sous l’autorité du général Gilbert Diendéré, a toujours suscité des rancœurs au sein de la haute hiérarchie militaire. Mieux rémunérés, les membres de la garde présidentielle ont aussi longtemps bénéficié des largesses financières de Blaise Compaoré, qui s’assurait ainsi leur fidélité.

Malgré cette rivalité palpable entre le RSP et le reste de l’armée, des liens persistent entre les gradés. La grande majorité d’entre eux a fréquenté les mêmes écoles de formation, au Prytanée de Kadiogo, à Bobo-Dioulasso, et surtout à Pô. Cette proximité a notamment permis d’éviter un affrontement qui aurait pu être sanglant. Elle sera désormais primordiale pour assurer la cohésion des forces de sécurité, alors que les ex-putschistes sont en cours de réaffectation dans les différentes garnisons du pays.

Lundi 12 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :