Bureaux fictifs, élection non transparente : Abdoulaye Daouda Diallo flingue Amsatou Sow Sidibé et Cie


Le ministre de l'intérieur a essuyé une batterie de critiques sur son implication dans l'organisation d'élection révélant son impartialité lors de la discussion ouverte ce matin sur le processus électoral.
Le ministre serein, a apporté la réplique à Amsatou Sow Sidibé et Déthié Fall qui ont révélé la présence de bureaux fictifs lors du dernier référendum.
" On revient toujours sur ce point-là depuis le référendum, il n'y a eu aucune contestation durant ces élections cependant, zéro recours. Comment quelqu’un de sérieux ne constatant rien de tout cela continue de dire qu'il y a eu des bureaux fictifs ou que l'élection n'est pas transparente? "
Le ministre d'ajouter à l'endroit de ses accusateurs " s'il y a eu des bureaux fictifs donnez-nous les noms. Il n'y en a pas, il n'y a pas de recours, et je crois que nous sommes dans des instances suffisamment sérieuses pour que l'on soit amené à parler des choses parce qu'on les aurait entendues. Ce n'est pas acceptable! "
Le ministre qui a été aussi interpellé sur la rationalisation des partis, a fait savoir que ce serait pour le moment "un exercice hautement difficile". "Nous sommes pris par le délai et le temps. On a six mois pour finir ce travail que nous entamons, et donc objectivement c'est un débat qui pourrait attendre parce que c'est la rationalisation, le financement et tous ces questions devraient se retrouver en principe dans un document et nous sommes en train de réfléchir sur ce qui peut s'appeler le code des partis politiques. On pourra continuer la réflexion après, et les suggestions pourraient être contenues dans ce code-là".
  " Nous sommes à 267 partis légalement institués au Sénégal, finira par dire Abdoulaye Daouda Diallo, est ce n'est pas fini. Certains me rappellent qu'ils ont dissout leurs partis, mais l'administration ne connait que l'écrit ", leur rappellera t-il.
Jeudi 9 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :