Bravo Monsieur le Président (Par Majib Sène)


Bravo Monsieur le Président  (Par Majib Sène)
En suivant à la télévision la cérémonie d’hommages et de récompenses organisée à l’intention des Lionnes du basket-ball, j’ai applaudi des deux mains après l’allocution de Monsieur le Président de la République qui a exprimé, une nouvelle fois, toute sa générosité. En récompensant de la manière que l’on sait nos vaillantes lionnes, il a compris, mieux que personne, que le Sénégal à bâtir, qu’il appelle de tous ses vœux, apparait aux yeux de tous, comme une terre promise. Celle-ci s’annonce et s’énonce à travers le plan Sénégal Emergent qui chemine droit vers son accomplissement, fatalement, comme un lit d’espérance.  Mais qui ne saurait être sans la reconnaissance et la récompense de tous ceux qui ont mérité de la Nation.
Parce que ceux là, au prix de maints efforts, allant parfois jusqu’au sacrifice suprême, auront balisé la voie pour que leur pays reste debout, jamais fini, toujours recommencé. Dans cette œuvre de grande envergure, les femmes se portent en première ligne, ne renonçant jamais au sacrifice.
En 1995, honorant les lionnes du basket, le Président Abdou Diouf ne s’était pas trompé en déclarant que « le Sénégal qui gagne, c’est d’abord le Sénégal des femmes dont je salue, à travers les lionnes, l’engagement patriotique, l’esprit d’initiative et le sens des responsabilités ». Ainsi, les expéditionnaires de Yaoundé, ivres d’amour à l’endroit de leur pays, de bravoure mais aussi de victoires éclatantes et rayonnantes, ont inscrit leurs noms légendaires comme une écriture en incuse d’oracle sur la carapace des tortues et sur l’écorce du baobab millénaire. Dans le Sénégal d’hier comme dans celui d’aujourd’hui, les femmes ont toujours joué le beau rôle.
Gardiennes des traditions les plus nobles et les plus chevaleresques elles ont, à l’image de Yacine Boubou, de Aline Sitoe Diatta et des femmes de Nder, défendu l’honneur et la dignité de notre peuple. En revenant sur la cérémonie, je voudrais, pour rappel historique, souligner que les sacres des Lionnes du basket ont commencé bien avant 1974 avec la médaille d’argent en 1963 derrière la France à l’occasion des Jeux de l’Amitié, et la première médaille d’or en 1965 remportée aux Jeux Africains de Brazzaville.
C’est également le lieu de saluer, respectueusement, la mémoire d’un des plus grands pionniers du basket sénégalais Alioune Diop dit Lune et celle de l’inoubliable Aïda Diagne sacrée meilleure basketteuse du cinquantenaire.
En renouvelant toutes mes félicitations au Chef de l’Etat pour son geste plein de symbole, je voudrais l’inviter à penser à tous les sportifs sénégalais qui, sur le plan international, ont incarné les vertus fortes qui font les grands pays et les grands peuples. Malgré les difficultés de la conjoncture, je l’encourage à persévérer dans la voie qu’il vient de tracer car il sait pertinemment que les sportifs, toutes disciplines confondues, font partie des ambassadeurs les plus brillants de notre pays.

Majib Sène 
Mardi 29 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :