Booba affronte Tariq Ramadan


Booba affronte Tariq Ramadan
Tandis que la situation entre Israéliens et Palestiniens s'est nettement détériorée ces derniers jours, les réseaux sociaux sont les témoins du vif émoi des internautes. Le rappeur Booba, en tentant d'écarter tout message militant de son compte Facebook s'est attiré les foudres du philosophe Tariq Ramadan.
Alors que Rihanna créait lundi la polémique avec son tweet "Libérez la Palestine", le rappeur Booba a lui aussi apporté son grain de sel. Devant le nombre grandissant de messages postés sur son compte Facebook par des fans appelant à la libération de la Palestine, le natif des Hauts-de-Seine a tenu à faire le ménage dimanche dernier. Il s'est exprimé via son compte Instagram, "Pas d'politique ici. Si vous voulez aider, allez sur le terrain bande de truffes ou sinon fermez-la à jamais!". Une réaction plutôt honnête dans un milieu où les rappeurs aiment se dire engagés même s'ils apparaissent dans leurs clips avec le prix d'une clio au poignet tout en descendant des magnums de champagne hors de prix.
 
Le message du rappeur n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Quelques heures après sa publication, le philosophe suisse Tariq Ramadan a réagi en ligne. "Mais qui est donc cet hypocrite?", s'est-il emporté avant d'ajouter que le fait de ne pas commenter l'actualité était en soit un acte "très politique". Il n'en fallait pas plus pour que Booba réponde. Grand amateur des joutes verbales dont il fait l'une de ses spécialités, le rappeur a rétorqué en plusieurs points, avec un soupçon de moquerie. "Wesh Tarik t'as un C.A.P. secrétariat ou quoi?", commence le message. Booba précise immédiatement n'être "ni pro Israélien, ni pro Palestinien" et ne pas cautionner "le massacre de femmes et d'enfants", mais il tient à faire passer un message très clair. "Ca poste un 'free Gaza' et ça se croit militant. On n'arrête pas les chars avec la 3 G. Soutenir la Palestine sur ma page n'aidera malheureusement personne si ce n'est la bonne conscience." Puis le rappeur prend les auteurs (...)

Gala.fr
Vendredi 18 Juillet 2014




Dans la même rubrique :