Blanchiment d’argent en 2010 : La Centif retrace 1 120 milliards

Les révélations sur le blanchiment des capitaux donnent des frissons. Les sommes retracées dans les déclarations de soupçon en 2010 avoisinent environ 1 120 milliards de Francs Cfa soit l’équivalent de 17,6 % du Pib du Sénégal et 63,88 % de la dette extérieure du pays.


Blanchiment d’argent en 2010 : La Centif retrace 1 120 milliards
Un énorme manque à gagner pour une économie exsangue. Mise en place en 2004 pour lutter contre le blanchiment d’argent, la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) a pu réaliser un exercice typologique des opérations de blanchiment et se saisir d’un nombre croissant de déclarations de soupçon, entre autres grâce aux actions de formation et de sensibilisation.
Contrairement aux autres agences qui luttent contre la corruption, la Centif dispose d’un pouvoir de saisine du procureur de la République, qui a obligation de transmettre les dossiers à un juge d‘instruction. D’après l’étude, l’action de la Centif est limitée par les lenteurs de la justice et la faible collaboration d’acteurs clés comme les notaires et les institutions financières.
LeQuotidien
Dakaractu2




Jeudi 28 Février 2013
Notez


1.Posté par deug le 28/02/2013 16:07
gni gno meuna sathie té niak yeurmandé comment ils ont eu le courage de voler a ce point un pays pauvre comme le sénégal

2.Posté par Deugg Gui le 28/02/2013 17:41
Y a-t-il manque à gagner au niveau économique si l'argent vient de l'extérieur?

3.Posté par VERITE le 01/03/2013 07:47
La Centif devrait s'inspirer des méthodes appliquées en Europe, car il devrait exister un cahier de charges, dont y sera inclus, le volet formation , donc qui règle le problème de la prévention. Prenons le cas de la communauté asiatique , bien établie chez nous; elle effectue le transfert de leurs fonds , sans passer par le système bancaire , car en collusion avec des sociétés de transfert d'argent sénégalaises qui encaissent l'argent au comptant et qui débitent leurs comptes bancaires éparpillés un peu partout en Europe vers l'Asie. Dans ce cas précis , en abscence de réglementation , la Centif reste un sourd muet.Je cite le cas de cette communauté, mais d'autres méthodes pour d'autres types de transactions sont monaie courante chez nous.



Dans la même rubrique :