Bizarrerie dans la gestion du restaurant du Campus social de l'UCAD


Bizarrerie dans la gestion du restaurant du Campus social de l'UCAD
Le président Macky Sall a une occasion en or massif de sauver l’avenir de dizaines de pères de famille dont les emplois ne tiennent plus qu’à un fil. Ce, dans le cadre du péril humain qui se dessine à pas de géant au niveau du Restaurant ex-Ensut, après que le Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) a arraché la gestion des lieux des mains de Mamadou Ameth Amar. Ce sont nos confrères de Actusen.com qui alertent, ainsi, pour évoquer la situation confuse qui prévaut au Campus social de l’UCAD.
La situation l’est d’autant plus que plusieurs bizarreries sont notées dans le retrait de ce restaurant. «D’abord, c’est le 9 novembre que le COUD a saisi le désormais ex-gérant du restaurant, aux fins de lui demander d’ouvrir celui-ci, dès le 10 novembre. Soit, dans 24 heures », écrit le site en ligne. Qui souligne : « là, le sieur Amar lui répond, à travers une correspondance, dans laquelle il lui explique qu’il a beau vouloir s’exécuter.
Mais le délai qui lui était imparti était trop court. Pour ne pas dire surréaliste ! Aussi, l’ancien gérant explique à Cheikh Omar Hann que, du fait que le COUD lui doit une dette de 135 millions F Cfa et que ses fournisseurs lui courent derrière pour qu’il les paie, sinon il lui sera difficile de renouer avec le boulot ». Visez la suite !
Restons avec ces bizarreries pour vous dire que les choses ont bardé pour des raisons inconnues, car samedi 17 décembre, lorsque M. Amar lâche prise et annonce la date du 19 décembre pour l’ouverture effective du restaurant, il y a coup de théâtre le lundi matin. Quand Samba Faye, Chef du Département en charge des Restaurants, joint par téléphone le repreneur et l’informe que le COUD le sommait de vider, finalement, les lieux.
Sur ce, fait remarquer Actusen.com, «le sieur Amar lui demande une notification écrite, puisque lui et le COUD sont liés par un contrat en bonne et due forme. Qui devra expirer le 17 juillet 2017. Mais comme si tout était, déjà, planifié, en termes de coup de force, le même jour, le sieur Faye, accompagné de plusieurs individus, décide de défoncer les portes. On invoque la gestion dudit Restaurant à un autre repreneur, capable de démarrer le service.
Et comme s’il avait flairé le coup, le sieur Amar s’était tôt le matin, attaché les services d’un huissier qui constata, non seulement qu’étaient en cours, les derniers réglages concernant les travaux de réhabilitation avant l’ouverture effective du restaurant, le mercredi 21 décembre. Mais aussi, l’huissier a constaté que tout le matériel indispensable au fonctionnement normal des lieux était sur place.
A 15heures, tout bascule, avec la décision prise de défoncer les portes, de confisquer la logistique (ustensiles pour la préparation des mets et autres outils (fourchettes, plats, cuillères pour la restauration) du Sieur Amar et de confier les lieux au repreneur du Restaurant «Self». Pourtant, aucune notification écrite n’a été adressée, à ce jour (22 décembre 2016), au désormais ancien gérant du Restaurant ex-Ensut, pour lui signifier si oui ou non son contrat devant expirer le 17 juillet 2017 est résilié. Tout comme, c’est l’omerta totale autour des 100 millions F Cfa restants que le COUD doit verser au sieur Amar. C’est pourquoi, écrit Actusen.com, il y a de fortes chances pour que les deux parties soldent leurs comptes devant les Tribunaux.
Vendredi 23 Décembre 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :