Birane Ngom, cadre républicain sur la libération de Karim Wade : « C’est un pardon présidentiel décliné sous la forme d'une grâce, mais pas un deal »


Birane Ngom, cadre républicain sur la libération de Karim Wade : « C’est un pardon présidentiel décliné sous la forme d'une grâce, mais pas un deal »
Le débat autour de la libération va crescendo. Chacun y va de sa méthode et de son explication. Ainsi, pour le cadre républicain, Birane Ngom militant aux USA (New-York) et à Matam, il faut juste voir la libération de Karim Wade comme «un pardon présidentiel décliné sous forme d’une grâce ».
 
Selon Birane Ngom, il ne s’agit surtout pas d’un deal encore moins d’un arrangement. Car, explique-t-il, à dakaractu, «le Président Macky Sall n'est pas un homme de deal,  mais plutôt un champion de la vertu ».
 
 Selon le natif de Matam «Karim Wade a été élargi de prison par le biais d'une grâce que le président de la République, Macky Sall, a bien voulu lui accorder, conformément aux prérogatives que lui confère la Constitution ».  Il est d’autant plus convaincu de cette décision, qu’il rappelle, pour mieux convaincre que « dans le sens de renforcer davantage la paix sociale, des chefs religieux et certains de ses homologues lui avaient demandé depuis belle lurette d'accorder son pardon à Karim Wade ». Mais, précise-t-il, en grand républicain, respectueux de la séparation des pouvoirs, le chef de l'État n'avait pas donné de suite à ces demandes, préférant laisser la justice faire son travail jusqu'au bout ».
 
Toute chose qui fonde sa conviction à balayer d’un revers de  main toute idée de deal. Parce que, selon lui, «qui connaît Macky Sall, sait qu’il n’est pas un homme de deal ». Puisque théorise Birane Ngom qui est par ailleurs ingénieur en Informatique, «le Chef de l’Etat a placé son magistère sous le sceau de la transparence et de la bonne gouvernance qui fonde sa formule, «la patrie avant le parti ». 

Taclant au passage, le Président du Rewmi, Idrissa Seck, Birane Ngom pense que «ceux  qui parlent de deal sont des adeptes du deal ». «Idrissa Seck en parle à longueur de journée, parce qu'il en a bénéficié », note-t-il non sans souligner que le mouvement «Y en a marre », a perdu toute crédibilité et ne saurait donner des leçons à qui que ce soit….
Mardi 28 Juin 2016
Dakaractu




1.Posté par welainde le 28/06/2016 10:47
Le président de la république n'a exercé que son droit constitutionnel.L'application de ce droit n'a pas besoin de marchandage.Les textes sont clairs.Cette libération a créé, il est vrai, beaucoup de frustration chez les politiques, journalistes et citoyens lamda, à savoir son départ précipité pour le Qatar au nez et à la barbe de tous.Ils l'ont appris par les radios.Le président Macky Sall ne parle pas.Il agit.Ceux qui sont avec Karim Wade qui est toujours poursuivi, il est parti.Ceux qui sont avec le Sénégal, le Sénégal est là rayonnant et plein d'ambition pour son émergence.C'est le Sénégal qui nous intéresse :les hommes passent, le Sénégal reste.Bon Ramadan.

2.Posté par aladjiba le 28/06/2016 16:06
je salue la fidelité et la probité de Birane, Cadre émérite, je salue encore votre courage et votre leadership dans l'exercice de vos fonctions. Très bonne contribution.

3.Posté par DAKAROIS le 28/06/2016 18:35
Le chef de l'Etat un homme de grand cœur n'a aucune raison a passé un deal, parce que de toute façon les deals finissent toujours par sortir au grand jour. c'est un homme de parole qui a juste utilisé les prérogatives que lui confère la constitution.



Dans la même rubrique :