Bilan des Lions en Premier League: Les Tops et les Flops

Du bon et du pire ! L’exercice 2016-2017 de Premier League anglaise a fait couler des larmes de plaisir et de déplaisir parmi les neuf pensionnaires sénégalais. Même si la flamme pour ces Lions se signale en fin de compte du bord de la Mersey, chez les deux clubs de la ville de Liverpool.


Bilan des Lions en Premier League: Les Tops et les Flops

La performance des Sénégalais en Premier League anglaise a été surtout marquée par le titre de meilleur joueur de Liverpool de la saison décerné au feu follet Sadio Mané. Sous le feu des projecteurs déjà après son transfert de plus de 25 milliards F Cfa durant l’été 2016, le natif de Bambaly (Sédhiou) a répondu favorablement aux attentes des Reds et des observateurs et fans sénégalais. Ces derniers avaient surtout en mémoire le passage d’un certain El Hadji Diouf, dont le séjour n’a pas été idyllique avec le public d’Anfield et certains membres du vestiaire.

Mais pour l’attaquant de 25 ans, il a d’ores et déjà été couvé par son entraîneur allemand (Jurgen Klopp) et par les Liverpooldiens. Des sentiments globaux conjugués à ses qualités qui ont déteint ainsi sur son rendement : 13 buts et 5 passes décisives en 27 matches de championnat. Il partage en fin de compte le titre de meilleur buteur du club avec le Brésilien Philippe Coutinho, permettant ainsi à Liverpool de terminer 4e de la PL. Une place qualificative au prochain tour préliminaire de la Ligue des champions.

La presse sportive sénégalaise (ANPS) était tombée en première sous le charme de Mané en lui décernant le Ballon d’or sénégalais (BOS) en décembre 2016, bien avant que la chaîne française Canal+ ne lui délivre lundi dernier le « Talent d’or », pour saluer son époustouflante saison. Tout n’a pas été rose cependant pour l’ancien de Génération Foot. Fauché en plein vol après sa blessure du genou lors de la 30e journée dans le derby contre Everton, il sera absent pour les prochains matchs de l’équipe nationale.

Chapeau !

Autre Lion, autre performance ! Le buteur belge d’Everton (Romelu Lukaku) a été le premier à tirer son chapeau pour Idrissa Gana Guèye, au vu de la superbe saison réalisée par son coéquipier. « Il a été la grande signature de la saison pour moi. Il a amélioré l’équipe au milieu de terrain en remportant tant de duels. Il nous permet de contrôler le jeu beaucoup plus, ce qui nous manquait légèrement l’année dernière. Il nous a donné ce contrôle à travers son abattage. Il est un joueur dont nous avions vraiment besoin », estime l’ancien de Chelsea. Auteur de 33 matchs pour un but inscrit et 11 avertissements récoltés, le joueur formé à Diambars a même dompté dans les statistiques (nombre de passes et tacles réussies, récupérations…) le meilleur joueur de la Premier League, l’infatigable Ngolo Kanté. Une des valeurs sûres de la PL, le milieu de 27 ans a réussi une fois encore à mettre tout le monde sous sa patte après une première saison chez les Toffees (7e).

West Ham (11e, 45 pts), qui nourrissait des ambitions plus croustillantes cette saison, a été clopin-clopant, à l’image d’un de ses éléments en attaque, Diafra Sakho. Le Sénégalais n’a joué que 4 matchs cette saison avec les Hammers pour un but marqué. Ses pauvres statistiques sont tributaires de ses blessures du dos qui le poursuivent depuis la précédente saison. Ce qui a semblé agacer, par moments, son entraîneur croate. « Au début de la pré-saison, Sakho s’est blessé, est revenu lors du match contre les Spurs… Après 5 mois d’absence, il ne s’est toujours pas remis… C’est vraiment un problème. C’est encore son dos et malheureusement, c’est terminé pour le reste de cette saison. Il a été très malchanceux », déplorait Slaven Bilic après la rechute de l’ancien buteur du FC Metz (Ligue 1).

Une situation que n’a certes pas vécue son coéquipier et capitaine de l’équipe nationale, Cheikhou Kouyaté. A l’image de son équipe, cependant, l’enfant de Khar Yallah, titularisé à 31 reprises pour un but marqué, n’a pas été fringant cette saison comme il nous l’avait habitué. Cela est peut-être dû à son repositionnement, par moments, dans l’axe de la défense, même si on sait que ce milieu est un joueur polyvalent. Mais l’ancien capitaine d’Anderlecht n’a pas réussi à arrêter la saignée, West Ham ayant obtenu au finish un « goal average » de -17 buts.

La grisaille

Même s’ils ont réussi à se maintenir avec leurs clubs, Mame Biram Diouf de Stoke City (13e) et Pape Ndiaye Souaré de Crystal Palace (14e) n’ont pas vécu la plus belle saison de leur carrière. Régulièrement mis sur le banc, le premier n’a été titularisé qu’à 15 reprises sur 27 matchs joués. Pour un seul but inscrit, le Parcellois n’a pas réussi à exprimer ses talents de buteur. Son coach Mark Hughes le faisait bourlinguer parfois dans plusieurs secteurs du jeu, loin de son registre habituel. L’ancien joueur du Jaraaf et de Manchester United a même été aligné comme arrière droit.

Pour son compatriote de Londres, cet exercice fut l’un des plus cauchemardesques de sa jeune carrière. Sa saison a pris fin en septembre 2016, après avoir disputé les 3 premiers matchs du championnat. Victime d’un accident de voiture, Pape Souaré nourrissait des craintes pour la poursuite de sa carrière après son hospitalisation. Actuellement rétabli après sept mois d’inactivité, il a individuellement repris les entraînements le mois dernier, sous l’œil protecteur des médecins du club.

Outre ce malheureux épisode, l’autre grisaille sportive de la Tanière anglaise est constituée par Hull City (18e) de Baye Oumar Niasse et Alfred Ndiaye, mais aussi par Sunderland (20e) de Papy Mison Djilobodji. Reléguées, ces deux équipes croiseront à la porte du Championship (D2 anglaise) Newcastle de Mohamed Diamé qui remonte en Premier League.

Après leur arrivée sous forme de prêt en deuxième partie de saison, les deux Tigers ont fait de leur mieux pour sauver leur équipe de la relégation. Baye Oumar Niasse n’a pas été bon certes à Everton, mais a réussi à marquer 4 buts à Hull. Quant à Alfred, en provenance de Villarreal (Liga espagnole), il a joué 15 matchs pour un but inscrit. Enfin pour Djilobodji, il n’a pas beaucoup participé aux dégringolades des Black Cats, ne jouant que 18 matchs dans l’ensemble. Il est vrai que le secteur défensif de Sunderland n’était qu’un passoir (-40), mais le libéro gaucher n’a pas été à la hauteur du prix de son transfert (+ de 5 milliards F Cfa) pour stopper l’hémorragie. Même si en début de saison, l’ancien international El Hadji Diouf pensait ceci du Kaolackois : « Il peut être la surprise de cette saison car je trouve qu’il est très bon en défense et en relance. »


EnQuête+

 

Vendredi 26 Mai 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :