Baisse de la mortalité infantile : 40millions de francs CFA pour réhabiliter l’unité de néonatalogie de l'hôpital A. Le Dantec


L’inauguration  de l’unité de néonatalogie du service pédiatrique de l’hôpital le Dantec équipée  par Dp Word en partenariat avec l’association «Lueur d’espoir» a eu lieu hier après-midi dans l’enceinte de l’institution hospitalière.
Le don médical est constitué - 3 tables de réanimation néonatale, 3 tables chauffantes, 3 incubateurs ou couveuses, 4 insufflateurs pédiatriques, 10 pousses seringues électriques, 2 moniteurs dynamap, 4 aspirateurs pédiatriques et enfin 3 appareils de photothérapie de près de 31 millions F CFA. Mais ce n'est pas tout, puisque ce geste a été suivi de la réfection de la cuisine et du service portant l'enveloppe à un coût global de 40 millions de francs CFA.
Une action qui vient à son heure, puisque selon le docteur Younoussa Keïta du service  pédiatrique, les nouveau-nés représentent près  de 40% de la mortalité intra hospitalière.  « L’analyse des causes de décès fait apparaître, entre autres, l’inadaptation des infrastructures et l’insuffisance de matériels pour la prise en charge de cette tranche d’âge délicate » a-t-il fait savoir.
Alassane Diop, Directeur de Dp World a indiqué  que la Rse n’est nullement un don, mais un bénéfice dont les produits doivent retourner d’abord à la communauté.  Selon lui, l’État ne doit pas tout faire. Les entreprises doivent investir leurs bénéfices dans la société dans laquelle elles ont pu réaliser des bénéfices. Le meilleur développement que l’on peut espérer est celui qui vient du pays. D’autres projets existent car le Dantec étant une référence surtout dans la formation des médecins. Il faut travailler en synergie pour mettre la santé sur de bons rails.Ce qui nous intéresse c’est le développement. Il faut que chacun dans le milieu où il exerce, puisse cumuler ses forces pour construire le Sénégal », dira-t-il.
La présidente de « Lueur d’espoir », N'dèye Jeanne Diouf, quant à elle, a fait savoir que l’association continuera à  travailler pour l’amélioration des conditions de vie des malades, surtout les plus jeunes dans cet établissement hospitalier. D’où l'appel lancé en direction des industries alimentaires, car les enfants ont besoin et de soins, mais aussi d’aliments adaptés.
Dr Claude Moreira, médecin chef adjoint du Service Pédiatrie a mis l’accent sur la santé nutritionnelle, la réorganisation des soins et sur la santé psychologique. Cela veut dire que les besoins doivent être satisfaits dans la restauration en tant que besoins ludiques pour leur bien être.  Les ressources humaines sont également importantes notamment en qualité et en quantité tout comme le programme de formation du personnel en néonatologie, a conclu, Dr Claude Moreira. 
 
Mercredi 28 Octobre 2015
Dakar actu




Dans la même rubrique :