Badara Diagne : "Je n’ai pas subi de tortures au commissariat de Sao Domingo"


Badara Diagne : "Je n’ai pas subi de tortures au commissariat de Sao Domingo"
 Le jeune Sénégalais Badara Diagne, arrêté et gardé en vue à Sao Domingo, en Guinée Bissau, avant d’être relâché, suite à une altercation avec deux Bissau-Guinéennes, a assuré n’avoir subi ’’aucune sorte de torture ou de maltraitance’’ lors de son interpellation.
 
"J’ai été bien traité au commissariat de Sao Domingo. Je n’y ai subi aucune sorte de torture ou de maltraitance", a réagi ce commençant ambulant établi à Ziguinchor, dans un entretien avec l’APS et la RFM.
 
Badara Diagne a été relâché grâce à une médiation menée de concert par l’ambassade du Sénégal à Bissau, le ministère bissau-guinéen de l’Intérieur, les forces de police sénégalaises et la Maison de la CEDEAO basée à Ziguinchor.
 
Il avait été conduit au commissariat de São Domingos, au nord de la Guinée Bissau, par un policier bissau-guinéen en civil, suite à une altercation avec deux Bissau-Guinéennes. Les deux filles seraient entrées en colère après qu’il leur aurait adressé des paroles en langue nationale wolof. 
 
Les deux filles en question ne comprenant pas cette langue, le ton serait alors monté. Le commerçant a été ensuite conduit au commissariat, avant d’être placé en garde à vue.
 
"J’avoue que ce sont elles qui m’ont provoqué. Mais puisque je me trouvais sur un territoire qui n’est pas le mien, il était facile de porter le tort sur moi", a-t-il déclaré. 
 
Selon le coordonnateur de la Maison de la CEDEAO qui a convoyé le jeune commerçant sur Ziguinchor, Alioune Badara Diagne a dû s’acquitter de pénalités dont le montant n’a pas été précisé.
 
"Au cours de l’altercation, Diagne aurait déchiré les habits des deux femmes et causé peut-être d’autres dommages. La justice locale a retenu cela comme un délit de destruction d’un bien appartenant à autrui, tout comme elle a retenu des délits de troubles à l’ordre public, entre autres accusations’’, a expliqué Alexandre Gomis, coordonnateur de la Maison de la CEDEAO.
Mardi 4 Octobre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :