BSIC : Jeu de chaises musicales à la holding libyenne

La libyenne Banque Sahélo-Saharienne pour l'investissement et le commerce (BSIC) vient de relifter le management de ses filiales au Sénégal, au Niger, au Mali. Le staff de la holding qui ambitionne de conforter la position des filiales, a procédé à des changements à la tête de ces filiales. Les Afriques dévoile en exclusivité, les DG promus.


BSIC : Jeu de chaises musicales à la holding libyenne
La Banque Sahélo-Saharienne pour l'investissement et le commerce (BSIC) opère sa mue. La holding bancaire a procédé, dans le cadre de sa nouvelle feuille de route managériale, à un relifting de ses filiales au Niger, au Sénégal et au Mali. Au prix d'un jeu de balancier. Selon des informations crédibles recoupées par Les Afriques, auprès des autorités, les banquiers sénégalais, Mamadou Diouf et Adama Diop sont respectivement aux manettes des filiales BSIC Mali et BSIC Sénégal, tandis que le Tchadien Adoum Abakar atterrit à la tête de la filiale au Niger.

Le sénégalais, Mamadou Diouf, qui occupait le fauteuil de directeur général de BSIC Niger avant ce grand remue- ménage prend les rênes de BSIC Mali qui était pilotée par le Tchadien, Annour Mahamat Hassan. Ce dernier, qui a intégré le groupe bancaire libyen, en 2003 drivait la filiale malienne depuis juin 2013. Celui que l'on présente à Tripoli et à Tunis comme la " cheville ouvrière " du top management " new look" a conforté la position de BSIC Mali au rang des filiales les plus rentables du groupe. Annour Mahamat Hassan quitte désormais le groupe, apprend Les Afriques, pour se consacrer à ses nouvelles fonctions de Directeur national de BEAC- Tchad.

Son compatriote, Adoum Abakar, jusque-là DGA de BSIC Tchad, migre sur les berges du fleuve Niger, où il remplace le sénégalais Mamadou Diouf. La filiale sénégalaise reçoit un nouveau vent de fraîcheur avec l'arrivée d’Adama Diop, précédemment au Bénin. Il remplace le libyen Abdusalem Al Ageli, promu responsable de la nouvelle société d'intermédiation de la holding libyenne, sise dans la capitale sénégalaise.

Le Tchadien Hissene Senoussi Ahmet n'a pas fait les frais de ce chamboulement en haut lieu. Il garde toujours les clés de BSIC Burkina. Alors que le vétéran Amadou Diaw, après avoir dirigé, entre autres, les filiales du Sénégal, du Bénin, reste l'inamovible coordinateur des filiales africaines de la holding avec siège à Tunis, depuis le printemps libyen.

lesafriques.com
Vendredi 22 Avril 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :