BOY NIANG 2 AU LENDEMAIN DE SA VICTOIRE SUR GOUYE GUI : «Ama Baldé ne me dira pas d’éviter Balla Gaye 2»

Trouvé à Pikine hier, Boy Niang 2 est ravi de raconter la journée du dimanche 5 mars, jour de sa victoire, la troisième de rang, sur Gouye Gui (Mor Fadam). Après avoir terrassé six lutteurs de Guédiawaye, le fils de De Gaulle veut aller à l’assaut du leader de cette localité, Balla Gaye 2.


BOY NIANG 2 AU LENDEMAIN DE SA VICTOIRE SUR GOUYE GUI : «Ama Baldé ne me dira pas d’éviter Balla Gaye 2»
Lendemain de victoire

​« On rend grâce à Dieu de nous avoir donné cette victoire. qui, du reste, a été célébrée comme les précédentes, c’est-à-dire dans la joie et la bonne humeur. Je remercie d’ailleurs ceux qui ont mis la main à la patte, de la préparation au jour J. les supporters notamment pour la grande mobilisation. Certains ont quitté la Gambie pour assister au combat. »

Round d’observation

« C’était un grand jour. Il ne fallait pas attaquer à l’emporte-pièce. De plus, l’adversaire avait dit, si je reste statique, qu’il allait me donner trois minutes avant d’attaquer. Il n’a pas tenu parole. De plus, il reculait dès le moindre de mes mouvements. Il n’était pas prêt à prendre des initiatives. C’est pourquoi, il fallait guetter le bon moment pour le saisir. Chacun est venu avec sa stratégie. »

Sa main droite, le barrage de Diama

« Il (Gouy Gui) a levé sa main (gauche) pour m’empêcher d’engager la bagarre. C’était un bar- rage de Diama, qui m’a privé de la moindre brèche. A un moment donné, j’ai saisi cette main pour ensuite enchaîner par un coup (du droit). Dieu merci, je l’ai touché et ouvert une porte. La suite, on la connait. »

Préparation du combat

« Seul le travail paye. La lutte est arrivée à un certain niveau grâce à nos ainés. Nous devons donc poursuivre le travail. Je suis resté en Europe durant trois mois. quand je suis rentré, mon staff m’a dit qu’il y avait des choses à parfaire. Je remercie d’ailleurs Commando, le centre Jacques Chirac avec Antoine Marie Mbengue, Jules Lemerre et les autres spécialistes. Depuis tout jeune, je trimais dans les compétitions pour remporter des médailles. Les photos sont là. Et j’avais dit à Gouye Gui que les amateurs devaient être contents de la tournure du combat. C’est ce qui justifie toute cette préparation. On ne peut tout dévoiler dans un combat. Petit à petit, les gens dé- couvriront beaucoup d’autres aspects. »

Bagarre

« Si on avait engagé la bagarre, on verrait autre chose. D’ailleurs, Gouye Gui n’a pas voulu se battre avec moi. Je l’ai provoqué dans ce sens. En vain. Maintenant, il faut reconnaitre que j’ai eu mal à la main car c’était pour me prémunir de ses law (crochet large). Ce que beaucoup ne savent pas non plus, c’est qu’il a perdu son protège dent lorsque je l’ai atteint. C’était en pleine action. »

Blessure d’avant combat

« Je vais vous montrer enfin la blessure. A l’origine, je me suis blessé à l’entraînement. Le jour de l’Open-press, si les journalistes avaient vu la blessure, le combat pouvait être reporté. C’est pour- quoi, j’ai mis des lunettes. Ça fait partie du risque à prendre lors des séances de contact ou de boxe. »

Potentiels adversaires

« Je reste sur ma position d’avant : je veux lutter contre Balla Gaye 2 (Balla Gaye 1) ou Gris Bordeaux (Fass). Ils restent là à se chamailler pour des histoires d’accord de principe ou non. On n’a qu’à me donner l’un d’eux avant la fin de la saison. Je ne le dit pas pour les snober - avant tout, j’ai des supporters là-bas - mais retenez que j’ai battu six personnes qui habitent à Guédiawaye. Il ne reste que le leader, Balla Gaye 2. Mon ami Ama Baldé ne me dira pas d’éviter de prendre son avance sur cachet. A chacun sa trajectoire après tout. Et ça ne peut gâcher nos relations. »

Sa Thiès

« On ne peut me parler de Sa Thiès. Celui-ci se prépare pour son combat (contre Ness de Lansar). Et puis, nos palmarès sont différents. S’il est sur mon chemin, je le prendrais. Ça dépend de la logique de l’arène. Mais on n’a pas eu les mêmes adversaires. Logiquement, c’est entre Gris et Balla Gaye 2. En y regardant de plus près, l’on se rencontre que la fuite des sponsors est causée par un phénomène : le fait que le cercle des ténors tourne autour de cinq à six lutteurs. Ce n’est pas à cause de la violence, juste qu’on voit les mêmes affiches. On parle tout le temps de revanche ou clarification. A longue, ce n’est plus excitant. Il faut donc que les VIP tendent la perche à ceux qui ont prouvé. Comme Moustapha Gueye, Tyson ou encore Baboye qui ont eu à donner la chance aux Balla Gaye 2 et Cie. »

Chorégraphie tardive

« J’ai abrégé mon Touss (chorégraphie) pour ne pas me fatiguer. Dès mon arrivée au stade, j’ai demandé à Thioune (chargé de la sécurité) l’heure de mon passage. La danse, c’est bien mais la victoire prime sur tout. En tant qu’athlète, il (Gouye Gui) devait tenir compte de tous ces paramètres. »

Comportement de Gouye Gui

« J’ai beaucoup apprécié son comportement après le combat. C’est un geste noble. Gouye Gui est un gentleman. Malgré les apparences, il a un grand cœur. Nous sommes tous de la même génération. Je l’encourage pour la suite. Une génération est arrivée à la retraite durant l’intersaison. Nous serons là pour montrer le chemin à nos frères. »

Violence

« Il n’y a pas eu de violence. En fait, mon poulain a traversé le camp de Gouye Gui. Et puisqu’il portait un blouson avec mes initiales, ses accompagnateurs l’ont attaqué. De loin, j’apercevais la scène. J’ai ainsi invité les policiers à le laisser tranquille car faisant partie de mon proche entourage, qu’ils pouvaient l’amener à la fin du combat (Ndlr : Il a été appréhendé par des policiers en civil 30 minutes après). Je tiens à préciser que ceci n’était pas un acte d’in- discipline ni de défiance. Ils devaient aussi arrêter un proche de Gouye Gui qui est venu dans l’en- ceinte pour me jeter quelque chose avant de partir. Je voulais le taper mais l’arbitre m’a dit qu’il a déjà tout vu et que le CNG est là pour ça. Sinon, j’ai beaucoup de respect pour les forces de l’ordre. A preuve, à deux semaines de mon combat, j’ai répondu à leur invitation lors d’un tournoi qu’ils organisaient au stade Alassane Djigo. »

Absence des ténors de Pikine

Eumeu Sène et Ama Baldé sont engagés dans des affiches décisives (respectivement contre Bombardier et Papa Sow). On s’est entretenu au téléphone, ils ont beaucoup prié pour moi. D’ailleurs, je leur ai dédié la victoire une fois sur le plateau télé. Sinon, les Aliou Mané, Nguer sont venus au stade manifester leur soutien. Les autres, Jet Lee, Sock, ont des combats à livrer. » 
Mardi 7 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :