BENNO SIGGIL SENEGAAL - Sur le mandat du président de l’Assemblée nationale : 5 ans pour Niasse ou la rupture


BENNO SIGGIL SENEGAAL - Sur le mandat du président de l’Assemblée nationale : 5 ans pour Niasse ou la rupture
Le torchon brûle au sein de la coalition Benno bokk yaakaar au sujet du mandat du président de l’Assemblée nationale. Muette depuis un certain temps, la coalition qui a porté la candidature de Moustapha Niasse, Benno siggil Senegaal, est sortie de sa réserve hier. Face à la presse, les alliés de l’Afp réclament que le mandat soit ramené à cinq ans et n’entendent pas «transiger» quitte à ce que cela soit «source de rupture».
La loi «Sada Ndiaye» sème la zizanie dans la coalition au pouvoir : Benno bokk yaakaar (Bby). Soulevée par le parti Rewmi de Idrissa Seck, la révision de cette loi qui a fait passer le mandat du président de l’Assemblée nationale de cinq à un an pourrait être «source de rupture». Du moins, selon les alliés de l’actuel dauphin constitutionnel du président de la République, Moustapha Niasse. Restée à l’écart de la polémique qui enfle depuis quelques temps, la coalition Benno Siggil Senegaal est entrée en scène hier pour recadrer le débat. Exprimant leur position sur cette question, Bss rappelle «qu’il s’agit là d’un des legs de la gestion politicienne de Wade qui, pour soustraire son fils au contrôle de l’Assemblée nationale et se défaire de Macky Sall, a dû tordre le cou à la Constitution et au règlement intérieur de l’Assemblée nationale». 
Mieux, renchérit Seydou Guissé Sall, «c’est une anomalie. Sa correction est de principe et ne saurait être source de divergence entre alliés au sein de Bby». Cependant, il en est autrement car l’Apr est d’un avis contraire. D’ailleurs, en marge d’un point de presse tenu avant-hier à la permanence du parti au pouvoir, l’administrateur de l’Apr, Pape Maël Thiam a donné la position officielle de son parti qui opte pour le maintien du statu quo. Mais, l’Afp et ses alliés restent déterminés et n’entendent pas «transiger» sur cette question dont est suspendu l’avenir de leur coalition dans Bby. «Ce n’est pas raisonnable de faire subir aux autres une injustice dont on a été victime. Benno Siggil Senegaal ne va pas perdre de temps pour réclamer que le mandat du président de l’Assemblée nationale soit ramené à cinq ans. Nous pensons que nous aurons gain de cause parce que c’est une question sur laquelle nous ne transigerons pas», fulmine Seydou Guissé Sall. A l’approche du renouvellement du bureau, la tension supplante la sérénité et l’entente. 
Enfonçant le clou, ce dernier tonne que «cela peut-être source de rupture si le camp de l’Apr persiste. Nous prendrons toutes nos responsabilités dans ce cas». L’arbitrage du président de la République n’est, cependant, pas souhaité au nom du respect de la séparation des pouvoirs. «Ce n’est pas à Macky Sall de trancher le débat car ce serait contraire à la séparation des pouvoirs. Et on a changé de régime pour que la séparation des pouvoirs soit une réalité. Nous pensons que c’est au niveau de l’Assemblée nationale que le débat doit être posé», précise M Sall. 
Pour remédier à la discorde qui mine la coalition victorieuse du 25 mars 2012, Bss lance un appel au Président Macky Sall pour l’élaboration d’un cadre de concertation bien organisé. «Il y a cacophonie au sein de la coalition. Chacun va de  son côté pour prendre une position qui n’engage que son parti. Il faudrait harmoniser les positions sur toutes les questions. Nous appelons aussi au renforcement de l’unité au sein de Bby. Mais pour cela, il faut nécessairement qu’il ait un cadre de concertation, d’échange et de réflexion au sein même de la coalition Bby», soutient Momar Samb de l’alliance Pencco. 
 
lequotidien.sn
Jeudi 6 Juin 2013




1.Posté par PFFF le 06/06/2013 15:45
Les dictatures dans les partis ou coalitions ont un impact direct sur la manière de gérer le pays. Le mal du pays réside donc dans vos conneries de partage!!!! Au boulot chers compatriotes!!!

2.Posté par diax le 06/06/2013 16:00
on s'en fou de Bby c'est une coalition ki n'a plus la raison d'etre.

3.Posté par sylla le 06/06/2013 17:42
TU PLAISANTES OU QUOI?SANS BBY WADE REVIENDRA.......ATTENTION!!!!CECI EST COALITION....LES GENS DE L'APR DOIVENT FAIRE TRES ATTENTION POUR UNE SEULE RAISON:L'APR N'A PAS EU LE TEMPS DE SE MASSIFIER POUR POUVOIR AFFRONTER UNE SCISSION DE BBY......ALORS LACHER LES ALLIES SEAIT UN SUIICDE POLITIQUE!!!!!!!

4.Posté par NIETY MBAR le 06/06/2013 23:57
Ce chantage sur Macky et l'AFP est dégueulasse!

On verra bien si Macky s'armera de son courage ou pliera devant le chantage de BSS

Si Moustapha Niass qui a mobilisé BSS pour aller à l'assaut est logique & cohérent avec lui même, il ne devrati pas se représenter pour un mandat d'une année et ainsi assumer la défiance, sinon BSS se sera ridiculisé pour rien.

Qui vivra verra



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016