BANC DES LIONS : Aliou Cissé «reconduit» jusqu’en 2018

En signant un contrat de quatre ans avec les Lions, en début mars 2015, Aliou Cissé savait que cela était conditionné à un objectif intermédiaire au bout de deux ans d’exercice. Le premier tour de la CAN 2017 franchi lui permet de rester sur le banc au moins jusqu’en 2018.


La qualification des Lions en quarts de finale fait des heureux pas seulement du côté des joueurs mais aussi du staff technique. Au delà de sa satisfaction personnelle – il a mis fin à une diète de 11 ans - le sélectionneur national rempile de façon tacite sur le banc.
En mars 2015, dans un contexte d’élimination du Sénégal au premier tour de la CAN ‘’Guinée Equatoriale 2015’’, l’ancien joueur du PSG signait un contrat en béton. Pour travailler sur le long terme, l’instance fédérale lui propose un bail de quatre ans avec un objectif intermédiaire au bout de deux ans d’exercice. L’objectif intermédiaire n’est rien d’autre qu’une qualification au second tour de cette 31e édition. 
Plus qu'un billet d'accès dans le top 8, l'ancien capitaine des Lions a assuré la première place du groupe B après des victoires sur la Tunisie (2-0) et le Zimbabwe (2- 0), non sans clôturer par un nul devant les Fennecs d’Algérie (2-2).

«Aliou Cissé est passé de grand joueur à grand entraîneur des Lions »

Me Augustin Senghor, saluant la dimension d’unité du peuple sénégalais, a vanté son mérite.
« Après avoir fait ses gammes en équipe de jeunes (quart de finaliste des Jeux olympiques 2012 sous l’aile protectrice du technicien chevronné Karim Séga Diouf), il a montré qu’il a su passer de grand joueur à grand entraîneur de la même équipe nationale. Souvent, on met en avant d’autres aspects comme sa rigueur mais il essaye de faire en sorte que les joueurs puissent exprimer leurs talents. En faisant passer le message qui veut que quelles que soient leurs individualités, ils ne gagneront jamais seuls. Et ça c’est un message fort. Après, il y a la qualité de l’entraîneur, intrinsèquement, qui a su s’entourer de collaborateurs qui puissent lui permettre de mener à bien sa mission », a reconnu le président de la Fédération.
Le second défi d’Aliou Cissé est de poursuivre le sans faute durant cette phase finale. Et cela commence par le Cameroun, ce samedi. Avant de penser à rectifier le tir à la phase de groupe éliminatoire du Mondial 2018.
Jeudi 26 Janvier 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :