BAMBOULA FONCIERE : 100.000 hectares attribués au Roumain Ovidiu Tender

En 2011, 100.000 hectares ont été attribués au Sénégal au sulfureux homme d’affaires roumain Ovidiu Tender pour la culture du jatropha ou «or vert». La révélation est contenue dans un rapport de «Land Matrix» rendu public en début de semaine.


BAMBOULA FONCIERE : 100.000 hectares attribués au Roumain Ovidiu Tender
Visé dans son pays pour fraude et blanchiment de capitaux, l’homme d’affaires roumain, Ovidiu Tender n’a pas fait que bénéficier de permis de recherches minières au Sénégal. Un rapport de «Land Matrix» rendu public en début de semaine renseigne que le sulfureux milliardaire a bénéficié de... 100.000 hectares au Sénégal pour la culture du jatropha ou «or vert».
Selon les informations de Libération, cette cession s’est faite en 2011 et la procédure est entachée d’irrégularités. Mais faut-il s’étonner de cette attribution record si on sait que, dans la même période, Ovidiu Tender avait invité en Roumanie un des ministres les plus influents sous Wade et qui exécutait ses moindres désirs ?
Cette acquisition fait que, d’après «Land Matrix», le Roumain a été le bénéficiaire de la plus grande attribution de terres au Sénégal. En effet, plusieurs attributions foncières ont été effectuées au profit d’investisseurs étrangers entre 2007 et 2011.
On peut citer Dangote Industries (8000 hectares), AgroAfrica As (30.000 hectares), Sid Sénégal Sa (5000 hectares), Grands domaines du Sénégal (418 hectares), Sococim Sénégal (150 hectares), Asiyla Gun company (20.000 hectares), Danone (10.000 hectares), Barfoots Sénégal (1430 hectares), Neha Agri Senegal Suarl (60.000 hectares), Senhuile (10.000 hectares), Jtf Senegal Sarl (500 hectares), Hayat (3150 hectares), African National Oil Corporation (2750 hectares)...
Par nationalités, les 19 investisseurs proviennent de 12 pays dont, en tête, la Roumanie avec un contrat de 100 000 ha (Tender), l’Italie avec 4 totalisant 68 250 ha, la Norvège avec une opération de 30 000 ha, une également d’Arabie saoudite de 20 000 ha, 5 de France totalisant 16 498 ha, ainsi qu’une du Cameroun de 11 000 ha, suivi du Nigeria, Inde, Belgique, Libye, Pays-Bas et Royaume Uni pour des superficies inférieures à 10 000 ha.
Si les auteurs du rapport soulignent que, s’agissant de l’accaparement des terres, « les méga deals ne concernent le Sénégal qu’à la marge" , ils notent que depuis 2004, les acquisitions foncières sont de plus en plus nombreuses et ont atteint un pic en 2010-2011.
Un fait déjà signalé par l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR) dans un rapport qui consacré à la période 2010-2011. Dans la région de Saint-Louis par exemple, ce sont surtout les communautés rurales de Mbane et de Ross-Béthio qui ont été concernées par les affectations de terres à des personnes de nationalité étrangère. C’est ainsi que 40 000 ha de terres ont été attribués à un milliardaire nigérian pour la plantation de la canne à sucre. Une société originaire du Moyen Orient dénommée Afrinvest, a également obtenu dans la même zone 5 000 ha pour l’exploitation de biocarburants.
En association avec un riche homme d’affaire sénégalais, l’Arabie Saoudite souhaitait durant la même période disposer de 100 000 ha de terres dans différentes zones du Sénégal pour y implanter des fermes fourragères. 5 000 ha de terres ont été attribués dans la communauté rurale de Ross-Béthio à des investisseurs privés. C’est aussi le cas dans la communauté rurale de Diama où il a été question de déclasser 1 800 ha sur les 2290 ha de la forêt classée pour les affecter à des investisseurs privés.
Jeudi 24 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :